« Je reste persuadé que l’on va s’en sortir »

« Je reste persuadé que l’on va s’en sortir »

En difficulté en 2e ligue interrégionale, le Stade Payerne va se renforcer en vue d’un second tour qui s’annonce très difficile. Outre un effectif remodelé, un nouvel entraîneur est attendu par le Président Frédéric Danzi.

« Il faut se rendre à l’évidence, la sauce n’a pas pris ». Par ces mots, Frédéric Danzi, Président du Stade Payerne, résume parfaitement le premier tour de son club. Ce dernier est actuellement 12e du groupe 2 de 2e ligue interrégionale à six points de Dardania Lausanne, premier non relégable. Le changement de staff, l’arrivée massive de nouveaux joueurs et les départs ont profondément transformé la formation broyarde cet été, et pas de manière positive.

Afin de mettre fin à la spirale négative, un premier électrochoc a été tenté à quatre rencontres de la fin avec le licenciement de l’entraîneur. Quatre semaines plus tard, la réaction attendue n’a pas eu lieu avec un zéro pointé. Le mal était plus profond. « Plusieurs paramètres sont entrés en compte, se défend Frédéric Danzi. Les joueurs ont manqué de rigueur, de solidarité et pour enchaîner des victoires, il faut être présent à l’entraînement et surtout y travailler. Nous avons, de plus, manqué de réussite ». Cela reste la marque des équipes en perte de confiance.

Le nuage thounois

La rencontre des 32es de finale de la Coupe de Suisse face au FC Thoune (résumé vidéo) a aussi une part de culpabilité dans la situation actuelle, selon l’homme fort du club : « Ce match a pesé sur notre début de saison. Nous avons accroché une équipe de Super League. Les joueurs étaient sur un nuage et ont eu de la peine à redescendre. » Malgré l’aspect négatif de cette partie sur la suite de la saison, la fête était belle, « mais il faut rester conscient qu’un tel événement représente plus d’une centaine d’heures de travail », tempère le directeur d’une société de sécurité.

La tâche durant le deuxième tour s’annonce ardue, mais il reste de l’espoir, vu qu’il reste 39 points en jeu. « Je reste persuadé que l’on va s’en sortir, dit Frédéric Danzi. Il y a plusieurs gros chantiers sur lesquels nous sommes en train d’œuvrer avec le comité ». Le premier est de trouver un entraîneur qui est prêt à relever le défi. « J’aimerais trouver un coach rigoureux avec la tête sur les épaules. De plus, il devra vouloir travailler sur le long terme et faire progresser nos jeunes ». La Short list comporterait six noms, mais aucun n’a encore été dévoilé.

Déjà cinq départs actés

Outre ce chantier, l’effectif fait partie des travaux hivernaux. Cinq joueurs ont déjà été priés de voir ailleurs. « Nous essayons de construire sur le long terme, leur attitude ne correspondait pas à cet objectif, peut-être qu’il y aura encore d’autres départs », martèle l’ex-joueur de première ligue. Stade Payerne cherche évidemment à se renforcer avec au moins un joueur par ligne. « J’aimerais, dans l’idéal, des joueurs expérimentés afin d’encadrer nos jeunes ». Un paramètre  important au vu des défaites lors du premier tour. En effet, sur les neuf revers, sept ont été concédés par un seul but

Il reste tout de même difficile de motiver des footballeurs à intégrer une équipe qui se trouve sous la barre à Noël. « La situation est claire dès le départ, sourit l’ex-joueur de Baulmes. Ils savent pourquoi ils signent chez nous et quel est l’objectif. Ils devront être en mode guerrier, car chaque rencontre sera un combat de 90 minutes ». De surcroît, le but n’est pas seulement de signer des renforts pour six mois, mais de construire un Stade Payerne sur plusieurs années, car ces dernières saisons, la stabilité n’était pas la qualité principale du contingent broyard. Le mercato estival en est la preuve avec une dizaine d’arrivées et autant de départs.

L’optimisme est de rigueur

Pourtant, et malgré ce premier tour raté, le Président ne compte pas faire de folies. « Nous misons depuis des années sur nos juniors, dont 2-3 intègrent chaque année la première équipe. Nous remarquons cependant que cela ne suffit plus de miser sur notre relève et sur les talents locaux. Il faut, malheureusement, élargir notre horizon. C’est le football actuel qui veut ça », soupire Frédéric Danzi.

Autre mauvaise nouvelle, le club broyard a dû retirer sa troisième équipe en août dernier, car l’effectif n’était pas assez conséquent. Celle-ci était historiquement composée des Italiens de Payerne. « C’est une page qui se tourne, mais nous envisageons de reformer une « trois » pour la saison prochaine », ajoute, dans un éternel optimisme, le Président depuis quatre ans. Il en faudra pour que le Stade se sauve et reste une équipe de 2e ligue interrégionale pour l’exercice 2018-2019, car « Payerne a sa place dans cette division sur le long terme », conclut un Frédéric Danzi déterminé.