Renato Rocha a choisi le FC Echallens

Renato Rocha a choisi le FC Echallens

« Oui, c’est bon, j’ai averti tout le monde, je suis désormais un joueur d’Echallens ». Renato Rocha a mis du temps avant d’officialiser sa décision pour le deuxième tour, même si les contacts avec le club challensois ne datent pas des derniers jours. « C’est un club avec une mentalité qui se rapproche de la mienne. Je connais de nombreux joueurs, avec qui j’ai de bons souvenirs. Nicolas Bastardoz, Mathieu et Damien Germanier, Carl Martinet… Ce sont tous des gars qui sont au top de la 1re ligue. Il y a un gros potentiel dans ce groupe, mais aussi un challenge! On doit faire des points, la barre n’est pas loin derrière. Je suis à 100% derrière ce projet. Le discours de Julien Marendaz m’a plu, il m’a donné envie. Franchement, c’est aussi pour cela que j’ai privilégié Echallens » Le buteur des Azzurri avait d’autres offres, y compris en 1re ligue Classic, mais n’a pas donné suite. « Echallens est un club qui me convient très bien. J’y ai déjà joué six mois, je connais un peu les lieux. »

La page « Azzurri 90 » est tournée

Si « RR » a signé aux Trois-Sapins, c’est déjà, forcément, qu’il a quitté Azzurri. « Il y a trop de choses qui m’ont déplu, et je ne suis pas quelqu’un qui s’assied sur ses principes. Je ne me sentais plus bien à Azzurri, et j’ai besoin d’être à l’aise pour être performant. Je ne peux pas tricher. J’ai préféré annoncer que je partais, c’est mieux pour tout le monde. Ce qui m’a déçu? On était un groupe soudé, qui a obtenu la montée, et on a perdu ça cette saison. Je n’ai pas aimé la manière dont ont été traités Salmon Loche, Cyril Oulevay, Piero Arena… Ils ont tous amené leur pierre à l’édifice, et, tout d’un coup, on ne comptait plus sur eux. Je n’en veux pas au président, surtout pas, et j’aimerais que vous l’écriviez. J’ai beaucoup de respect pour Antonio D’Attoli, pour lui en tant qu’homme et pour le projet qu’il a avec ce club. C’est tout ce qui se passe autour de lui qui m’a déçu. Je ne souhaite que du bien aux Azzurri, et je leur souhaite d’atteindre les finales. Mais moi, je ne me reconnaissais plus dans ce qui se passait là-bas. Vous savez, un groupe ne se construit pas comme ça, il faut un peu de vécu. » La page est donc tournée, après une année civile. Le buteur était en effet arrivé au mois de janvier 2013, en provenance du FC Renens. Il avait largement aidé Azzurri 90 à atteindre la première promotion de son histoire en 1re ligue, mais avait moins été utilisé depuis le début de la saison 2013/2014, notamment en raison de blessures.

Prochain objectif: 200 buts en actifs

Dans quel état de forme arrive-t-il à Echallens, lui a qui peu joué lors de ce premier tour? « J’ai quand même marqué six goals mais, oui, vous avez raison, j’ai une revanche à prendre. » A 29 ans, l’ancien buteur de Malley et de Chiasso a encore de belles années devant lui. Se voit-il rester à long terme à Echallens? Il sourit: « Vous n’avez qu’à regarder ma carrière pour comprendre que je ne vais pas faire de plans à long terme. Mais si je suis bien ici, pourquoi pas? On a déjà discuté pour l’année prochaine, c’est sûr, mais il faudra voir les ambitions du club, ce qu’il veut jouer. » Ne se voit-il pas déjà tirer un trait sur le monde semi-amateur pour s’en aller mettre des buts en 2e ligue, par exemple? Son frère Ricardo vient d’être nommé entraîneur de Benfica… De quoi donner des idées? « Non, non, pas pour l’instant. J’ai marqué 187 buts en actifs dans ma carrière. Je vais arriver à 200 très vite, c’est mon premier objectif. J’en ai marqué 35 en 2e ligue, 13 en 2e inter, et le reste entre 1re ligue et Challenge League. Et après avoir atteint 200 buts, j’aurai d’autres objectifs, ne vous inquiétez pas. Vous allez encore me voir sur les terrains », rigole-t-il.

Renato Rocha est un buteur qui a toujours faim. Et ça, c’est une très bonne nouvelle pour Echallens. Un peu moins pour les défenseurs de 1re ligue Classic.

Categories: 1re ligue

Auteur