Rances ne doit s’attendre à aucun cadeau à Suchy

Rances ne doit s’attendre à aucun cadeau à Suchy

Un point, c’est tout. Si le capitaine Sébastien Osti et ses coéquipiers obtiennent le match nul dimanche matin à Suchy (6e), à 10h, ils seront alors assurés de disputer les finales de 4e ligue (à moins de prendre 26 cartons jaunes lors de cette partie). Alors, mission facile en vue pour le deuxième de ce groupe 4? Absolument pas, non. Car aller gagner à Suchy un dimanche matin n’a rien de simple.

La démonstration de courage de Damien Seiler

Rances, c’est à souligner, s’est mis en bonne position dimanche dernier. Dans le choc au sommet face à Montcherand, celui qui décidait quasiment tout, les joueurs de Sébastien Guex ont fait tout juste. Ils ont mis de l’agressivité et de l’envie, mais aussi énormément de lucidité, pour mener de deux longueurs à la pause grâce à un autogoal sur corner et à un but de Tafil Hoti à la suite d’une énorme erreur du gardien du FCM. Deux cadeaux dont a su profiter un FC Rances très volontaire et déterminé. Même le but de Jérémie Lambercier à vingt minutes de la fin n’a pas fait trembler les Ransignolets, qui ont eu droit à une démonstration de courage de la part de leur gardien Damien Seiler. Blessé dès la 70e, il a tenu sa place (comment faire autrement?) et a sorti un arrêt-miracle dans les arrêts de jeu afin de préserver la victoire des siens.

Sébastien Guex est revenu, les anciens aussi

Damien Seiler, donc, comme un symbole de l’abnégation d’un groupe qui a retrouvé des valeurs de solidarité cet hiver après avoir traversé quelques turbulences. Il y a eu l’épisode du départ de l’entraîneur Xavier Silva, lequel s’était engagé avec le FC Chavornay pour cet été sans que les dirigeants du FCR en soient les premiers avertis. Cela les avait irrités et les avait poussés à se séparer de leur coach avec effet immédiat. Solidaires, plusieurs joueurs étaient partis, dont le très bon attaquant Ken Castellanos (Bavois II). Rances se trouvait dans la tourment et c’est de là qu’est sortie la solution, puisque plusieurs glorieux anciens, qui s’étaient mis à l’écart, ont décidé de revenir pour « donner un coup de main » et aider le nouvel entraîneur Sébastien Guex, une figure bien connue du club et du football nord-vaudois, à reconstruire un groupe.

Sébastien Osti, quel exemple!

Le FC Rances 2016 est un tout petit peu moins jeune que celui de 2015, mais il a peut-être un tout petit peu plus l’amour du maillot, dirons-nous. Seulement des mots? Non, des actes aussi à l’image du match plein réalisé par Sébastien Osti au coeur de la défense centrale du FC Rances. Qu’est-ce qu’on peut aimer ce joueur-là, clubiste jusqu’à son dernier os, qui donne tout, et même un peu plus, lorsqu’il se trouve sur le terrain de son club de coeur. On a joué plusieurs fois contre lui et il est toujours le même, comme on l’a toujours aimé: il n’a jamais compris le concept de « relance dans les pieds », une expression qui lui est aussi étrangère et abstraite qu’une bière sans alcool, mais par contre il comprend assez bien ce que « duel », « don de soi » et « esprit de sacrifice » veulent dire. La finesse? Il laisse ça aux autres. Lui, ce qu’il recherche, c’est l’efficacité. On aime.

La force du FC Rances 2016 est dans son état d’esprit

Alors oui, Sébastien Osti est un bon symbole de ce FC Rances 2016, qui est en passe de disputer les finales de promotion pour la deuxième année consécutive. Sébastien Guex a construit un groupe à son image: sympa et travailleur, qui ne se prend pas la tête et qui reste faire quelques théories à la buvette après. Clairement, la force de ce FC Rances du deuxième tour est là, même si, pour finir deuxième, il faut bien savoir jouer un tout petit peu au football.

Même en perdant, Rances peut passer… grâce à Orbe II

C’est donc en bonne position que le FCR arrivera à Suchy ce dimanche matin. Montcherand est deux points derrière et reçoit Orbe II, le leader, à 13h30. Donc même si le FC Rances perd à 10h, il pourra faire quelques kilomètres après le rôi de midi et aller encourager les Urbigènes à tenter d’obtenir le nul à Montcherand. Cela s’appelle être en position favorable, clairement, d’autant qu’on l’a compris, les Ransignolets ont leur destin en main.

Suchy ne lâchera rien

Pour cela, donc, il faudra aller gratter un point à Suchy dimanche matin, une tâche qui n’est facile pour personne. Ependes (5e) et Cossonay (4e) sont tombés dans le chaudron, un endroit d’où il est difficile de ressortir autrement que vaincu. Orbe II et Montcherand y sont arrivés, c’est vrai, ce qui prouve bien que c’est possible, mais ce dimanche, le FCSS est bien disposé à ne rien lâcher. Ce sera le dernier match de la saison, il y aura du monde, un rôti qui tourne à la broche depuis le matin et des joueurs qui ne lâcheront rien, on peut l’écrire sans risque de se tromper. Ce n’est pas la mentalité de la maison et Rances, c’est sûr, doit s’attendre à un traquenard face à un FC Suchy-Sports du stratège Yann Rouilly, un vrai collectif au dessus duquel règne toujours en patron le grand Olivier Gaillard, sorte de mélange entre Carsten Jancker et Ulf Kirsten pour la finesse technique et le sens du combat. Il faudra déjà passer cette muraille-là pour approcher des buts sécherons, en essayant si possible d’éviter la deuxième lame de la tronçonneuse Dominique Favre. Suchy va vendre sa peau dimanche et Rances, bien sûr, doit également se méfier des coups de pied arrêtés de Frédéric Bapst, le roi du coup-franc puissant.

Les ultras du FCSS sont prêts

Rances devra donc se méfier du terrain, bien sûr, mais aussi de tout le contexte. Suchy est redoutable à domicile avec ses ultras, positionnés côté buvette, lesquels sont toujours d’une grande aide pour l’arbitre, eux qui lui indiquent toujours s’il y a hors-jeu ou pas. Et la règle est assez simple à comprendre: quand Suchy attaque, il n’y a jamais hors-jeu. Emmenés par le capo Johann Piaget, les ultras adorent ces matches du dimanche matin, quand il fait beau, qu’il y a de l’enjeu et une bonne bouffe après. C’est clair, Rances ne soit pas s’attendre à rigoler ce dimanche. Sauf peut-être dès midi…

Categories: 4e ligue, FC Rances

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*