Quatre arrivées à Vevey, qui veut retrouver une dynamique positive

Quatre arrivées à Vevey, qui veut retrouver une dynamique positive

S’il y a un club qui se réjouissait du passage à la nouvelle année, c’est bien le FC Vevey Sports 05. Après un premier tour extrêmement décevant, le club de la Riviera veut repartir sur de bonnes bases et préparer au mieux la saison prochaine, déjà. L’idée? « Retrouver un Vevey Sports plaisant et percutant », explique son président William von Stockalper. Il ne s’en cache pas, il fallait changer des choses après un premier tour vraiment pas en adéquation avec les objectifs. L’entraîneur? Non. Ugo Raczynski a la confiance absolue de son président et de toutes les instances du club. Depuis le début de leur collaboration, aucun indice d’une possible séparation n’est venu ternir les relations entre les deux hommes. « J’ai reçu des téléphones, évidemment. Le nombre d’entraîneurs qui veulent un nouveau challenge, c’est fou… », sourit William von Stockalper, qui n’a jamais eu l’intention de se séparer d’Ugo Raczynski. Le problème a été identifié et il est ailleurs.

« Les départs de certains joueurs étaient nécessaires »

L’avis du président? « Ce que je peux vous dire à ce sujet? Tout simplement que les départs de certains joueurs étaient nécessaires, afin de rebâtir un groupe solidaire. Celui-ci doit disposer d’un moral et d’un état d’esprit à toute épreuve. Ce n’était pas le cas au premier tour, même si l’équipe était pleine de talent et de bonnes intentions. » Un reproche qu’on ne peut pas faire à William von Stockalper serait de trop tergiverser et de laisser pourrir des situations. Il n’hésite pas à trancher et à prendre des décisions impopulaires. Le but? Faire progresser son club. Et là, clairement, la situation devenait tendue. William von Stockalper, toujours: « La divulgation d’informations confidentielles par des personnes qui étaient au club ont créé des tensions inutiles et ont pesé dans le vestiaire. Cette mauvaise atmosphère s’est fait ressentir sur le terrain, jusqu’à éclater sur le terrain de La Sarraz ». Le président du VS fait référence à un match perdu de la fin du premier tour, lors duquel les mots avaient volé sur le terrain et dans le vestiaire. Il y avait un abcès à crever et le club de la Riviera a pris des décisions fortes.

Une équipe « avec de l’envie et de la passion »

Comment le staff a réagi? « J’ai pris la décision de créer un petit électro-choc et de laisser libre de tout contrat tout joueur qui se sentait responsable ce de malaise, qui était sportivement en dessous des attentes ou qui voulait simplement changer d’air. Ceux qui n’avaient plus de plaisir à porter ce maillot ont également été libres de s’en aller », explique le président. Le risque? Que tout le monde s’en aille, forcément. Mais cela était égal. « Oui, le risque existait. Des joueurs importants auraient pu partir, mais nous étions décidé à faire avec ceux qui avaient de rester, afin d’assainir la situation. Nous voulons une équipe avec de l’envie et de la passion pour le football et le VS 05. » Des paroles fortes.

Cinq départs…

Alors, départs en masse? Non. « Seuls cinq joueurs sont partis. Ceux qui sont restés repartent sur de nouvelles bases contractuelles, morales et d’éthique. Ils sont prêts à faire honneur au Vevey Sports », continue William von Stockalper. L’occasion de rappeler que Vevey est l’un des clubs amateurs qui place ses joueurs sous contrat. Ceux-ci s’engagent pour un certain montant et une certaine durée et ne peuvent être libérés que si le club y trouve son compte. En compensation, le club s’engage évidemment à verser le salaire en temps et en heure, tout le temps de la durée du contrat. Par rapport au premier tour, cinq joueurs sont donc partis. Nous avons déjà dévoilé ici les départs de Cedrico Franja et de Julien Dubuis, lesquels vont vivre un nouveau challenge passionnant au FC Aigle, où ils viseront la promotion en 2e ligue inter. Bashkim Sukaj va lui aller renforcer le FC Bulle, en 2e ligue inter. Loïc Funcasta n’a pas encore de destination connue et Fabio Provenzano, l’historique gardien du VS, s’est engagé avec Montreux.

… et quatre arrivées

Les conséquences les plus visibles? Dominique Quillet passe de gardien n°2 à titulaire et sera épaulé par un jeune arrivé de Team Vaud. Vevey a également été actif sur le marché des transferts, annonçant quatre arrivées, toutes potentiellement très intéressantes. La plus spectaculaire? Sans doute celle de Darko Bondzic. Ce Serbe de 30 ans jouait l’an dernier au célèbre Ararat Erevan, en Arménie, après avoir joué dans les divisions supérieures en Bosnie, en Serbie et au Monténégro. Du lourd, vraiment. Autre bonne nouvelle, l’arrivée de Salim Karib, solide défenseur français habitué à la CFA et à la CFA 2. Il a notamment porté les couleurs de Morteau. Mohamed M’Sabeg (23 ans) est bien connu sur la Riviera, puisqu’après avoir porté les couleurs de Montreux l’an dernier, il était parti à Collex-Bossy. Il revient donc dans la région, mais à Copet cette fois. Enfin, Karim Dafir viendra postuler pour une place en attaque. A 21 ans, il change à nouveau de maillot, après avoir joué pour Azzurri Riviera et Aigle dans les huit derniers mois. « Nous voulions un joueur offensif de son profil, jeune et rapide, pour venir compléter le duo formé de Jean-Charles Dubois et de Juan Rodriguez », comment William von Stockalper. Autre bonne nouvelle, Damien Gleize, l’ancien défenseur du Mont arrivé en cours de saison à Vevey, fait toujours partie du contingent. S’il revient en forme, il sera un atout de poids pour le VS.

Un « gros joueur » déjà annoncé pour l’été 2015

Une autre arrivée est-elle possible? « Oui, je ne l’exclus pas. Et nous avons déjà signé un gros joueur pour la saison prochaine. On avance pas à pas. Avec 18 joueurs qui sont restés fidèles à notre club, plus ces quatre transferts et, surtout, 9 matches amicaux avec un nouvel état d’esprit de compétiteurs, je suis confiant », termine un président qui ne souhaite qu’une chose: que son club retrouve le sourire, le chemin de la victoire et une dynamique positive. Pour la montée, c’est évidemment trop tard. Il va falloir se sauver au plus vite et construire, déjà, pour la saison prochaine.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*