Quand Kevin Dupuis marque, le LS gagne

Quand Kevin Dupuis marque, le LS gagne

« Oui, ça été plus long que prévu… C’était frustrant pour moi, je venais d’arriver, je voulais montrer ce que je savais faire, aider l’équipe et je n’ai pas pu jouer. » Kevin Dupuis n’a pas connu le début espéré avec le LS, c’est peu de le dire. Il y a en effet mieux pour convaincre les supporters et ses coéquipiers que d’arriver blessé et de ne pas être apte à jouer tout de suite. Lors de la conférence de presse d’avant-saison du LS, à quelques jours du premier match de championnat face à Lugano, il nous disait son espoir de jouer le plus vite possible. Cela aurait pu être lors de la troisième journée, face au Mont, la première lors de laquelle il était officiellement qualifié… mais il a dû patienter jusqu’à la huitième journée et une vilaine défaite à domicile face à Wohlen pour faire ses débuts. C’était à la Pontaise et le LS s’était incliné 0-1, malgré les 22 première minutes de jeu de sa nouvelle recrue française.

Francesco Gabriele ne voulait pas jouer avec deux attaquants

Ensuite? Deux titularisation d’affilée, face à Winterthour et Lugano, Francesco Gabriele souhaitant faire « souffler » Cristian Ianu. Lors de ces deux matches, le Français a joué 90 minutes sans trouver le chemin des filets. Et comme le désormais ex-entraîneur du LS ne souhaitait pas jouer avec deux attaquants, la situation aurait pu devenir compliquée pour Dupuis. « Oui, c’est vrai que Cristian et moi sommes deux joueurs qui préférons l’axe. Dans ce système-là, c’était soit l’un, soit l’autre et comme il était en grande forme, ça aurait pu poser un problème. » La question ne s’est de toute façon pas posée, Gabriele se faisant débarquer et Marco Simone arrivant à la tête du LS.

Titulaire indiscutable depuis l’arrivée de Marco Simone

Avec l’ancien Milanais, les choses sont claires: son équipe joue avec deux attaquants. Romain Dessarzin, Andelko Savic, Cristian Ianu et Kevin Dupuis se disputent donc les deux postes disponibles, avec une préférence nette pour les deux derniers, pour l’instant. Alors, à deux, c’est vraiment mieux? « Sincèrement, je m’adapte à chaque système. Un, c’est bien, mais deux c’est bien aussi. Les rôles sont répartis différemment et c’est sûr qu’on est un peu plus tranchants comme ça », explique le Marseillais. Avec Marco Simone, il compte six titularisations et une entrée en jeu, au Mont. Son bilan? Deux buts (à Winterthour et à domicile contre Bienne) et une passe décisive (contre Bienne). « Je peux et je dois encore faire mieux, mais je me sens bien. Ma blessure est derrière moi. » Le but de la victoire à Winterthour, sur penalty, a donc permis de débloquer le compteur d’un joueur qui ne demande qu’à enflammer le public de la Pontaise, comme lors du dernier match de l’année, celui qui autorise tous les espoirs.

L’espoir de faire une bonne préparation, enfin

Lors de la réception de Bienne, il a en effet tout fait juste, faisant admirer notamment la qualité de son jeu de tête. Il a dominé Jérémy Manière pour inscrire le 3-1 sur corner, avant de dévier parfaitement en direction de Ianu pour le 4-1. Elégant, percutant et techniquement largement au dessus de la moyenne, il est sur le chemin de la réussite, mais refuse de s’enflammer, espérant surtout bien se préparer pour être disponible dès la première journée de championnat 2015, face à Servette. « Une préparation de qualité, cela change tout ». Pas question de rater les 8 premiers matches et de courir après la forme. Si, d’entrée, le LS bat le SFC et qu’il participe à ce succès, l’ancien attaquant du Toulouse FC engrangerait des points et de la confiance. Et là, ça pourrait faire mal. Très mal.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*