Pully n’est pas là pour calculer

Pully n’est pas là pour calculer

Qualifié pour les demi-finales de la Coupe vaudoise et toujours en course pour accrocher les finales de 2e ligue dans son groupe, Pully sera, comment souvent, une équipe à suivre dans les moments importants de la saison. Une ligne défensive tout à fait correcte, l’inépuisable Hervé Rickli qui fait toujours autant la différence aux avant-postes et des jeunes qui poussent pour se faire une place: la formation pulliérane ne manque pas de faire valoir ses arguments et ce n’est pas très étonnant de la voir encore présente sur les deux tableaux à ce moment-là de l’exercice. Ces bons résultats, ce sont également ceux du coach, Mario D’Alessandro, qui parvient à gérer des joueurs extrêmement sympathiques, mais qui possèdent chacun leur petit caractère, et qui ont tous une vie bien chargée à côté du football. Entre ambitions et plaisir, l’équilibre est rarement simple à trouver, ce que s’efforce de faire le boss de la première équipe du Pully Football, qui a toujours des choses à dire lorsqu’il s’agit de parler de football et à qui on a volontiers laissé la parole.

La qualification en demi-finale de la Coupe

On ne peut pas dire qu’on partait très confiant. Il nous manquait pas mal de joueurs, on s’attendait à un match vraiment compliqué. Mais, lorsque tout le monde se met d’accord sur une même idée dans le vestiaire, on est très forts. C’est ce qui est arrivé face à Pied du Jura, où l’on menait 0-3 après trente minutes de jeu. Dans ces conditions, tout devient beaucoup plus facile. Ils ont eu une latte, d’accord, mais, sinon, on n’a pas vraiment été mis en danger. On a réalisé une partie solide, le genre de matches qu’on est tout à fait capable de disputer lorsque tout va bien. La Coupe vaudoise, c’est très important pour nous. J’aime dire que c’est la compétition qui appartient aux joueurs, et uniquement à eux. C’est ce qui donne les plus beaux souvenirs. C’est un truc de vestiaire, par rapport auquel je prends un peu de distance, et je sais qu’ils ont à cœur d’aller au bout.

Le prochain adversaire

Je ne pense pas qu’il y ait de bons ou de moins bons tirages, donc je ne peux pas dire si on est particulièrement heureux ou réticents à l’idée d’affronter Renens en demies. Toujours est-il que cela va être une très belle affiche et qu’on se réjouit de l’accueillir. On a, d’ailleurs, réussit à avancer l’heure du match (18h45), ce qui nous permettra de jouer sur notre grand terrain qui ne dispose pas d’éclairages. Une bonne nouvelle. A titre personnel, Renens est une équipe que j’apprécie particulièrement. On s’apprête à retrouver certains joueurs qui était à Prilly la saison dernière, avec qui on a eu une jolie rivalité, ça promet. On s’attend en tout cas à une grosse opposition.

Le championnat

L’avantage de la Coupe, c’est qu’il n’y a pas véritablement besoin de constance, ce qui nous fait cruellement défaut en championnat. Mais cela a toujours été comme ça à Pully. Si l’on revient à la rivalité de la saison dernière avec Prilly, on avait réalisé un match juste énorme chez eux, au second tour, où l’on s’était imposés 1-3. Le match suivant, on s’incline face à Assens à la maison… C’est une partie de ce qu’il nous manque pour mieux figurer lors du décompte final. Cette saison, ce n’est pas bien différent. On vit une reprise difficile, en partie à cause de certaines absences, on commence à enchaîner quelques victoires puis on perd contre La Sallaz cette semaine, alors qu’on inscrit trois buts à l’extérieur (4-3). Malgré tout, on n’est pas lâchés, tout le monde y croit encore. Il reste plusieurs échéances importantes, à commencer par la venue de Saint-Légier dimanche, qui a battu Montreux le week-end dernier. Puis ce sera, justement, au tour de Montreux, le week-end prochain. Tout reste à faire, mais disons qu’il faudrait éviter de perdre après-demain.

L’effectif

Comme je l’ai dit, on doit composer avec pas mal de monde à l’infirmerie actuellement, dont Edon Mustafa, un tout jeune joueur prometteur qui nous a rejoint récemment et qui s’est blessé après trente minutes la première fois que je l’ai fait entrer. Le problème, c’est qu’on ne peut pas compter sur un énorme banc pour palier à ce genre d’absences. On a, cependant, la chance d’avoir une deuxième équipe de grande qualité, qui nous rend bien service parfois, mais cela ne nous empêche pas de parfois nous retrouver un peu limités.

Les ambitions

Elles sont un peu partagées entre une partie de l’effectif qui voit loin et l’autre qui regarde dans le rétro, et ce n’est pas nécessairement une question d’âge. Il suffit de regarder Hervé Rickli qui, à 37 ans, ne vit que pour gagner. Je le disais déjà l’an dernier, mais on n’est pas aussi ambitieux que les gens pourraient le penser. Il faut avouer qu’on est même avant tout dans le foot plaisir. Plus que la constance, c’est ça qu’il nous manque pour viser plus haut que notre rang actuel. Les joueurs ne font pas forcément du football leur priorité absolue dans la vie, ce que je respecte, bien sûr. Il arrive fréquemment que je reçoive des désistements un peu bizarres pour un entraînement, par exemple, ou que certains choisissent de partir un week-end durant la saison. En tant que coach, bien sûr que j’aimerais pouvoir leur demander plus d’implication, histoire de se montrer plus ambitieux, mais, derrière, il y a une réalité à ne pas oublier, celle qui nous rappelle que l’équipe fanion du Pully Football évolue en sixième division. Lorsqu’on voit des clubs comme Echichens, notamment, qui ont fait la montée et qui sont parvenus à tenir leur place en 2e ligue inter, il y a à chaque fois eu un moment où il a fallu serrer la visse. Je ne suis pas sûr qu’on soit vraiment prêt à ça à Pully pour le moment.

L’avenir à court terme

Sans se soucier de ce genre d’objectifs, tout ce qu’on veut c’est jouer au football et donner notre maximum à chaque rencontre. On ne va absolument pas brader nos matches de championnat pour se concentrer à 100% sur la Coupe, ou l’inverse. Cela n’a pas de sens. On a la chance d’être encore en lice sur les deux tableaux, de beaux moments nous attendent, autant en profiter.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*