Préparer la saison prochaine, déjà

Préparer la saison prochaine, déjà

Pour ce match face à Wohlen, dont le solide 4-3-3 a fait ses preuves cette saison, Marco Simone avait décidé de repasser à quatre défenseurs. Exit le 3-5-2, bienvenue au 4-1-4-1 avec Mohamed Maouche en milieu défensif et Quentin Ngakoutou en seule pointe. L’ancien buteur du Milan AC l’avait dit en préparation: la blessure de Florent Sinama-Pongolle allait peut-être devoir le contraindre à jouer avec un seul attaquant nominal. Il a tenté le 3-5-2 avec Jordi Delclos en pointe, sans succès. Le Français est un bon joueur, mais certainement pas un attaquant. Et vu qu’Andelko Savic court après la forme, le LS ne dispose « que » de Kevin Dupuis, Quentin Ngakoutou et Romain Dessarzin pour jouer devant. Le LS en pénurie d’attaquants? Peut-être, mais pas de milieux de terrain et Marco Simone a donc décidé de modifier quelque peu son dispositif tactique avant de recevoir Wohlen.

Wohlen n’était pas meilleur que Lausanne dimanche

Le résultat? Un bon LS, surtout en première période, mais un LS largement inefficace, comme dans toute l’année 2015 pour l’instant. Lausanne, cette année, ne marque pas de but. Enfin si, un. A Chiasso lors du match de reprise, grâce à Kevin Dupuis, un attaquant qui nous plaît beaucoup. Mais depuis, 270 minutes stériles, qui ont toutes accouché du même résultat: une défaite 0-1. Ce n’est pas faute d’essayer, pourtant, et le LS, on l’a dit, a dominé la première mi-temps. « Franchement, si on avait marqué en premier, on aurait sûrement gagné », argumentait Xavier Hochstrasser après le match. Vrai. Wohlen, prétendant à la Super League, n’était pas meilleur que Lausanne dimanche, vraiment pas. Mais les Argoviens ont ce que le LS n’a pas: de l’efficacité et de la solidité. « On manque de sérénité derrière. Leur but, il faut que je le revoie, mais c’est une erreur de marquage, leur attaquant est seul au deuxième poteau », explique Mohamed Maouche, plutôt convaincant à mi-terrain. Un constat partagé par Abdel Chakhsi: « Il faut qu’on soit plus solides, c’est sûr ». Pourtant, le LS n’est pas largué. Wohlen, dimanche, a eu deux ou trois occasions nettes, rien de plus.

La confiance appelle la confiance

Le problème, en réalité, n’est pas défensif. Lausanne manque de confiance et, donc, de réussite offensive. Si Xavier Hochstrasser avait marqué sa splendide frappe de la 33e, qui sait ce qui aurait pu se passer? Et si Quentin Ngakoutou avait pu convertir l’une de ses actions? La confiance appelle la confiance et aujourd’hui, Lausanne est clairement dans un creux à ce niveau-là. Il y a une chose dont on est sûr, c’est que Marco Simone connaît mieux le football que nous, et de très loin. Et si lui n’arrive pas à trouver la solution, on voit mal laquelle on pourrait lui apporter, même avec toute la meilleure volonté du monde. En football, il suffit de peu de choses pour faire tourner le vent. Aujourd’hui, il souffle largement en vent contraire.

Le LS est premier au Trophée M21 et de loin

A court terme, le LS va s’en sortir, bien sûr. Mais à moyen et à long terme? Où va cette équipe, où va ce club? Aujourd’hui, le LS doit se choisir une direction pour demain et s’y tenir. On avait aimé le projet du début de saison: on joue avec des jeunes et on construit. Pour rappel, lors de la 3e journée, 4500 personnes s’étaient rendues à la Pontaise pour assister au derby vaudois face au Mont. Il soufflait un vent de renouveau et de sympathie autour de cette équipe. Ensuite, Xavier Hochstrasser et Chris Malonga sont arrivés: deux jolis coups, qui auraient pu permettre au LS de viser plus haut. Raté, largement, mais tout n’est pas à jeter et il faut rappeler ici une vérité: Lausanne, aujourd’hui, est largement premier de Challenge League et de Super League au  Trophée M21 (voir le classement ici). De plus, les M21 sont en haut de classement de la 1re ligue et Jean-Yves Aymon y accomplit un travail remarquable. Il faut le dire une fois pour toutes, la formation est de qualité à Team Vaud. Avec une moyenne de 3,33 joueur de M21 sur le terrain, le LS est la meilleure des 20 équipes de ligue nationale et de très loin. Ceci, il ne faut pas le taire, au contraire, mais s’appuyer dessus. En clair, arrêter de le cacher et constater que, dans tout le pays, personne ne fait mieux que le LS en ce qui concerne la promotion des jeunes talent locaux. Oui, même YB, même Bâle, même Servette. Les résultats ne sont pas les mêmes? C’est vrai et c’est indéniable.

Avec Marco Simone? On l’espère vraiment

Mais pourtant, on rêve d’un LS enchaînant avec cette jeunesse la saison prochaine et on espère vraiment voir le club-phare du canton continuer sur ce rythme. Avec Marco Simone? Après la relégation, on disait que l’Italien, avec son palmarès de Champions League, ne voudrait pas découvrir la Challenge League. En clair, passer de San Siro à la Schützenwiese: « No, grazie ». Faux, il y est venu. Alors, pourquoi ne pas continuer avec lui? Les jeunes l’aiment, les anciens le respectent et son charisme ainsi que sa carrière plaisent aux sponsors. Il est l’homme idéal, mais il doit dire aujourd’hui clairement qu’il a envie de rester. Sinon? Le risque est grand d’une démobilisation générale. Lausanne mérite un entraîneur de son calibre et on espère que son avenir sera clarifié très vite. Il peut se décider dans les semaines à venir, puisque, de toute façon, le LS ne montera pas cette saison (et a priori ne descendra pas non plus).

On résume? On veut Marco Simone, des jeunes Vaudois sur le terrain et une équipe qui ait envie de séduire son public et de gagner. Il ne faut donc pas tout changer, mais un peu quand même.

Dylan Stadelmann: « C’était dur de reprendre le rythme »

Du côté de Wohlen, tous les voyants sont au vert, on l’a dit. Dylan Stadelmann ne dit pas le contraire, même s’il avoue avoir souffert en première période. « Après quinze minutes, j’étais mort! Cuit! Cela fait un mois que nous n’avons pas joué, c’était dur de reprendre le rythme, mais c’est venu petit à petit. On a mieux fini. Ca s’est vu, je crois », a souri l’ancien latéral du LS, aujourd’hui chouchou du public de la Niedermatten. Wohlen, toujours potentiellement leader, peut-il croire à la promotion? Sur le terrain, la réponse est oui. Dylan Stadelmann, toujours: « Bien sûr! Mais ces matches reportés ne nous font pas du bien. Là, on va enchaîner les semaines anglaises, il faudra bien récupérer. On va vraiment jouer tous les trois jours! Mais on a vraiment confiance en nous, on est solides et déterminés. »

 

La Niedermatten est trop petite: pas de licence Super League en vue

En début de semaine, les dirigeants du FC Wohlen ont déposé une demande de licence II, soit visant à l’accession en Super League. De quoi booster encore plus les joueurs? La réponse du Jurassien est négative. « On ne s’occupe pas de ce qui se passe dans les bureaux. Nous, on joue. » Les choses sont claires, mais les Argoviens prennent le risque d’être déçus. Leur dossier tient la route à une exception près, celle du stade. La Niedermatten est trop petite, et ils ne veulent pas déménager. La seule solution pour qu’ils montent? Une dérogation. Mais on ne voit vraiment pas pourquoi ils l’obtiendraient, en toute sincérité. La SFL, malheureusement, n’aura pas d’autre choix que de refuser le dossier du FC Wohlen. C’est injuste, sans doute, mais le système de licence est ainsi fait qu’un club doit avoir un stade pouvant accueillir 6500 personnes assises au minimum. La Niedermatten et son unique tribune latérale en sont bien loin. Lausanne et Wohlen, c’est quasiment sûr, se retrouveront en Challenge League la saison prochaine.

Les hommes du match

Du côté du Lausanne-Sport, on a bien aimé Abdel Chakhsi, jusqu’à son expulsion trop sévère. Le public de la Pontaise était d’accord avec nous, puisque le Marocain a été acclamé à sa sortie. Un moment sympa, qui aura réconforté le latéral droit. Sinon, Guillaume Katz a été plutôt bon, gagnant l’immense majorité de ses duels face à Roman Buess, ce qui n’est pas rien.

Du côté de Wohlen, la charnière centrale composée de Mario Bühler et d’Alban Pnishi est de très haut niveau. Ces deux hommes-là pourraient figurer dans n’importe quel contingent de Super League sans aucun problème. Le premier nommé est surveillé de très près par Aarau, notamment, ce qui n’est pas une surprise. A 23 ans (Bühler) et à 24 ans (Pnishi), ils ont encore le temps de découvrir l’élite suisse et de s’y imposer, même si le premier nommé, formé à Lucerne, a dû en partir pour commencer à jour régulièrement. Il aura une deuxième chance très vite, à la Swissspor Arena ou ailleurs, on en prend le pari.

Les prochains rendez-vous

Le LS se déplace à Winterthour le samedi 14 mars, à 17h45.

Lausanne-Sport – FC Wohlen 0-1 (0-0)

Buts: 57e Buess 0-1.

Arbitres: M. Schnyder, assisté de M. Vogel et de M. Bühlmann.

Lausanne: Fickentscher; Chakhsi, De Pierro, Katz, Rippert; Malonga (70e Krasniqi), Yang Yang (46e Delclos), Maouche, Hochstrasser, Romano (44e Dupuis); Ngakoutou.

Entraîneur: Marco Simone

Wohlen: Kiassumbua; Urtic, Pnishi, Bühler, Stadelmann; Geissmann (4e Weber), Grether, Holenstein; Schultz (86e Neziraj), Buess, Rapp (64e Ramizi).

Entraîneur: Ciriaco Sforza.

Stade Olympique de la Pontaise, 1150 spectateurs. Expulsion d’Abdel Chakhsi (68e).

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*