«Ce que fait la première équipe? On devrait tous s’en inspirer!»

«Ce que fait la première équipe? On devrait tous s’en inspirer!»

Victime des conditions météorologiques désastreuses de cette dernière semaine qui ont rendu le terrain des Trois-Sapins d’Echallens totalement impraticable, Team Vaud M-21 s’est retrouvé au repos forcé ce week-end. Son interminable pause hivernale s’est donc rallongée de quelques jours. La reprise s’effectuera ainsi face à Martigny, ce samedi à 16h, pour l’instant à la Pontaise. Un match important pour Team Vaud (10e du groupe 1 de 1re ligue), puisque les Valaisans sont un adversaire direct, qui plus est ayant fait le plein de confiance en remportant le duel sous la barre ce week-end face à Signal Bernex. Un changement de programme qui n’effraie pas pour autant Ilija Borenovic, coach des Lausannois, qui nous a fait le plaisir de nous parler de la situation actuelle de l’équipe-phare de la formation vaudoise.

L’attente commence à se faire longue

Si Patrick Muller, entraineur d’Azzurri, déclarait sans complexe qu’il aurait préféré que la rencontre de son équipe face à Fribourg ait été annulée ce week-end, plutôt que de jouer dans la boue, Ilija Borenovic se montre plus mitigé sur la question. Il faut dire qu’après quatre mois d’arrêt, ses hommes ont soif de compétition: «Je dois dire qu’on voulait vraiment recommencer ce week-end, on a assez attendu. Après, vu l’état des terrains de la région, je me demande si, finalement, ce n’était pas plutôt une bonne chose. Le fait de reprendre face à Martigny? Ça ne change pas grand chose, on devra jouer chaque équipe une fois dans tous les cas, à part Azzurri. L’essentiel, c’est surtout de recommencer, c’est ce qui compte pour nous à l’heure actuelle. Puis, le match face à Echallens été agendé au samedi suivant, donc on les affrontera assez vite».

Une préparation quasi-optimale

«On a eu beaucoup de chance, poursuit-il. On a pu s’entraîner 90% du temps lorsqu’on le souhaitait, grâce aux synthétiques mis à notre disposition. Donc par rapport à certaines autres équipes, je pense qu’on peut se sentir chanceux. On a juste eu quelques pépins physiques, mais vraiment rien de bien grave, aucune blessure importante».
Outre cette préparation sans accroc, Team Vaud M-21 semble aussi avoir tapé dans l’œil des connaisseurs, en plus de celui de son coach: «On a pu disputer huit matches amicaux durant cette période, et je ne suis pas le seul à le voir, beaucoup d’entraîneurs sont venus vers moi me le confirmer, l’équipe semble vraiment impressionnante. J’ai l’impression qu’on va pouvoir réaliser un très beau parcours ce printemps».

Une progression à suivre de près

Durant l’automne, les Vaudois ont engrangé 16 points en 14 parties. Un bilan comptable qui satisfait leur entraîneur, bien que l’essentiel se trouve ailleurs: «C’est acceptable, je pense qu’on peut le dire, même si j’ai quand même la certitude qu’on valait trois ou quatre points de plus. Avec une vingtaine de points, on aurait pu se montrer pleinement comblé. Mais ce qui me réjouit par-dessus tout, c’est la progression des jeunes. Tout au long du premier tour, d’abord, puis surtout lors de nos matches amicaux cet hiver, comme je vous le mentionnais tout à l’heure. L’important, il est là!
Un objectif pour le second tour? On est 10e aujourd’hui, si on est 10e à la fin, c’est excellent! Je ne vais pas donner mon propre avis sur la question, mais… si vous demandez, je dirais simplement qu’on vaut bien mieux que ça».

«Notre place en 1ère ligue? Ça dépendra avant tout de la première équipe»

Mis à part une solide formation de 1re ligue, Team Vaud M21 fait également office de réserve du Lausanne-Sport, ses joueurs étant également qualifiés avec « le grand frère ». D’où sa relation très étroite avec le club de Challenge League, de laquelle découle, notamment, la ligue dans laquelle il est préférable que l’équipe dirigée par Ilija Borenovic évolue:
«C’est toujours compliqué d’évaluer si cette place en 1re ligue nous convient et convient au club. Déjà, il y a la réalité: je ne suis pas certain qu’on puisse monter avec cette équipe-là. Derrière, bien sûr qu’on pourrait créer un Team Vaud plus fort, dans l’optique d’être promu. Mais serait-ce vraiment utile? Pas sûr… On voit que Zurich II et St-Gall II ont de la peine à l’échelon supérieur. Je ne suis pas certain qu’on ait intérêt à les imiter. Avant tout, ça dépendra de la première équipe. Il faudra voir où elle se trouve la saison prochaine, si elle est promue ou si ce n’est pas le cas. Et suivant comment, il est possible que beaucoup de choses soient remaniées. On verra alors quels seront les plans pour nous à ce moment-là».

Des renforts nommés Sessolo, Feuillassier ou Rushenguziminega

Être dans l’antichambre du LS, cela a aussi du bon au niveau du contingent. Ainsi, plusieurs éléments de l’effectif de Fabio Celestini ont pu aller s’aguerrir ou retrouver quelques kilomètres dans les jambes deux divisions plus bas. Un vrai plus, selon Ilija Borenovic: «Il n’y a jamais de soucis pour incorporer ce genre de joueurs dans l’effectif, c’est à chaque fois un vrai plus pour l’équipe. Ce sont de super joueurs, qui nous font un bien fou quand ils nous rejoignent. Ils nous ont, d’ailleurs, probablement apporté quelques points bienvenus cet automne. En plus, à l’exception de David Marazzi qui est venu une fois, ce sont la plupart du temps des joueurs de 1994-1995, comme la moyenne du groupe, qui sont donc parfaitement en âge de jouer chez nous».

Des répercussions bonnes comme mauvaises

Justement, quel regard porte Ilija Borenovic sur le parcours phénoménal du FC Lausanne-Sport cette saison?: «C’est juste génial ce qu’on réussi. On est dans un tel élan, un tel dynamisme, c’est magnifique. On devrait tous s’en inspirer, joueurs comme entraîneurs, car c’est vraiment un bel exemple. Si ça a des répercussions sur nous? Bien sûr! Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, d’ailleurs. On a remarqué par le passé que, statistiquement, quand la première équipe va bien, on va plutôt bien aussi. Et lorsque le LS éternue, et bien… notre équipe s’enrhume, on peine à se comprendre, le dialogue ne passe plus aussi bien, etc…».

Il devrait y avoir des renforts venus du LS ce printemps

Au vu de la forme du Lausanne-Sport aujourd’hui, il n’y a donc pas trop à s’inquiéter pour Ilija Borenovic et ses hommes. D’autant plus qu’avec la concurrence qui règne actuellement dans les rangs de la première équipe, on ne serait pas franchement surpris de voir quelques têtes venir effectuer une pige ou deux du côté de Team Vaud. On reste cependant convaincu que ces derniers n’auront aucunement besoin de renforts pour assurer leur place en 1re ligue, à en entendre la confiance qui émane des propos de leur entraîneur: «Maintenant: Place au jeu!», conclut-il.

Un article rédigé par Florian Vaney

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*