Poliez-Pittet remporte le derby à Bercher

Poliez-Pittet remporte le derby à Bercher

« C’était très important de remporter ce match, oui, je vous le confirme! » David Diez était soulagé d’un gros poids, quelques secondes après la rencontre. La raison? Son FC Poliez-Pittet n’avait pas gagné depuis… la première journée! Le 24 août, il y a déjà deux mois, Jorat-Mézières II s’était incliné 1-4, mais, depuis, la colonne « victoires » était restée vide. La lacune est désormais comblée, grâce à ces trois points acquis sur le terrain du FC Bercher lors d’un très joli derby. L’ACVF, c’est un compliment qu’on lui fait, a en effet accepté le principe de voir se dérouler la même affiche le même jour au même endroit, mais dans deux ligues différentes. Ainsi, Bercher II-Poliez-Pittet II, en 5e ligue, a pu se dérouler à 17h, juste avant la rencontre des équipes-fanions. Une bien belle idée, qui permet d’assurer une jolie ambiance et une affluence tout à fait intéressante pour un match de 4e ligue. Ce sont ainsi bien 150 personnes qui étaient présentes, en comptant tout le monde, pour assister à la deuxième rencontre.

Poliez-Pittet vise toujours les finales

Les scores ont d’ailleurs été inversés, pour que tout le monde soit heureux et profite des filets-mignons préparés pour l’occasion. Le choc des deuxièmes équipes? Remporté par Bercher (2-1). Le derby de 4e ligue? Gagné par Poliez-Pittet, sur le même score. Les hommes de David Diez remontent donc à la 5e place, à distance quand même déjà raisonnable des finales, l’objectif avoué de la saison. « C’est vrai, on ne s’en est pas cachés, on aimerait bien finir dans les deux premiers cette saison. Mais on a connu un début de championnat assez compliqué. On gagne d’entrée, puis ont fait match nul contre deux bonnes équipes, Assens II et Le Talent. Jusque-là, rien à dire, mais la défaite face à Puidoux-Chexbres me reste un peu en travers, tout comme le nul face à Cossonay. Il y avait sans doute mieux à faire. » Du coup, en ajoutant encore la défaite chez le leader Vignoble, Poliez s’est retrouvé largué avant même d’être véritablement entré dans son championnat. Cette fois, ce devrait être le cas, mais les deux prochains matches s’annoncent ultra-importants.

Deux semaines pour convaincre

Pourquoi? Parce que Poliez va recevoir Cheseaux II (4e), avant de se déplacer à Lutry III (3e). Pas besoin de grandes phrases, ni d’immenses calculs: l’occasion est belle de se rapprocher, mais pour cela, il va falloir gagner et, évidemment, assurer lors du dernier match de l’année, à domicile face à Villars-le-Terroir (dernier). On va le dire comme ça: Poliez-Pittet a encore une chance de sauver sa saison et a deux semaines pour s’en convaincre. Avec sept points ce serait bien, avec neuf ce serait mieux. On est exigeant? Ce sont les finales qui le sont, pas nous. Pour les atteindre, de toute façon, il faudra bien commencer à gagner à la maison, ce qui n’a pas encore été fait cette saison.

Mathieu Fleury, buteur providentiel venu de la II !

Les visiteurs se sont donc imposée dans le derby, et ont eu le mérite de montrer du caractère et une belle attitude. Menés d’entrée de jeu par l’intermédiaire d’un but de Julien Hungerbühler, l’avant-centre du FC Bercher, ils ont réagi par l’intermédiaire de Thierry Carrard, auteur de l’égalisation (28e). Le score allait-il rester à 1-1? C’était la tendance la plus probable à l’approche du dernier quart d’heure, mais c’était sans compter sur l’entrée de Mathieu Fleury. Le joueur de la II, qui ne pouvait pas être là pour le match de son équipe à 17h, a eu droit à quelques minutes avec la I. Juste pour faire le nombre? Si c’était le cas, il a bien profité de ses quelques minutes sur le terrain, en inscrivant rien de moins que le but de la victoire, dans le derby! Son coup de tête était parfait, à un peu plus de dix minutes de la fin, et surtout, il offrait les trois points à Poliez. « Les filets-mignons seront encore meilleurs », souriait David Diez.

Olivier Lauper a repris le FC Bercher cet été

Bercher, de son côté, n’avait aucune raison de se réjouir, mis à part la prestation d’ensemble de son équipe. Ce n’est pas une consolation, surtout après avoir perdu contre le voisin? C’est sûr, seule la victoire est belle. Mais Olivier Lauper peut être rassuré sur la qualité de son groupe, qui a prouvé pouvoir faire de belles choses. Emmenés par un très bon Flakron Sahiti (quelle technique!), ils auraient pu prétendre à mieux et ce n’est certainement pas faux de dire que le match aurait pu tourner en leur faveur avec un peu plus de réussite. « C’est comme ça depuis le début de la saison! On joue bien, mais on manque de réalisme devant. On a de bons attaquants, mais on ne marque pas assez », peste le « Moutze », ancien entraîneur de Chavornay et du FC Villars-le-Terroir notamment. Après avoir pris quelques temps sabbatiques, il a accepté de revenir aux affaires pour s’occuper du FC Bercher. « Je ne voulais rien entendre au départ, un peu fatigué du monde du football actuel, mais ils ont tellement insisté que j’ai fini par craquer », sourit le sympathique Olivier Lauper, véritable fou du ballon rond et homme de valeurs. Il a donc repris le FCB cet été et semble évidemment largement à l’abri de la relégation. « J’ai un bon groupe, l’ambiance est super, pas de souci », conclut le « Moutze », déçu d’avoir perdu le derby, mais confiant pour l’avenir.

Un merci sincère au FC Bercher pour terminer

On va simplement terminer cet article en remerciant les gentils agriculteurs de Bercher, sans lesquels on serait encore les pieds dans la boue en train d’essayer péniblement de faire bouger notre vénérable Opel Vectra. L’arrivée a en effet été particulièrement chaotique en ce qui nous concerne, et on peut donc sincèrement exprimer notre gratitude envers les personnes qui ont tracté notre véhicule. L’opération de sauvetage ne nous aura coûté, au total, qu’une bière et une bouteille d’Epesses. Autant dire que c’était donné.

Auteur