Philippe Perret: «J’ai vu un très très bon Yverdon»

Philippe Perret: «J’ai vu un très très bon Yverdon»

YS jouera la Coupe de Suisse 2016/2017! Le club nord-vaudois s’est débarrassé du FC Baden samedi, ce qui n’était pas gagné d’avance face à une équipe argovienne largement première du groupe 3 de 1re ligue. Shqiprim Morina, bien servi par Yassine El Allaoui, a pu trouver la lucarne adverse et offrir un succès amplement mérité à Yverdon (1-0). Cette victoire ouvre aux Nord-vaudois la porte du premier tour principal de la Coupe. Toujours bon à prendre, d’autant que ce match était, évidement, le premier de Philippe Perret sur le banc yverdonnois cette saison. Interview d’après-match.

 
Philippe Perret, un succès contre un des ténors de 1re ligue. C’est clairement idéal pour lancer une ère!

Oui, c’est vrai. Ce soir, on a mérité la victoire. J’ai vu un très très bon Yverdon. J’aimerais adresser un petit clin d’oeil à mon prédécesseur. On ne fait pas des miracles en trois jours. J’avais sur le terrain une équipe qui était très bien préparée, qui a de la qualité. Normalement, lorsque l’on reprend une équipe, c’est qu’elle est en crise. Ce n’était pas le cas ici. Julien Marendaz avait fait du très bon boulot, mais il avait concédé trop de matches nuls. Cette victoire lui appartient aussi un petit peu. Maintenant, oui, c’est évident que c’est une bonne nouvelle de commencer une ère par un tel succès. Yverdon a prouvé qu’il avait les qualités pour lutter jusqu’au bout pour accrocher les finales de promotion. Là, on a juste gagné un match qui nous permettra de jouer la Coupe la saison prochaine.

Oui, mais avec la manière, sans concéder de goal et en dictant le rythme…

C’est juste, c’est toujours une bonne nouvelle lorsqu’on parvient à reste à 0 en défense. Par ailleurs, on a été très combatifs et très bons techniquement. On a su se ménager de superbes occasions, par moments. Pour un entraineur, c’est vrai que ça fait plaisir.

Tout n’a pas été non plus été excellent, on pense notamment à la finition et aux occasions galvaudées par Yassine El Allaoui ou Allan Elouet, qui ont par ailleurs été très présents ce soir. Vous auriez dû vous mettre à l’abri plus tôt, tuer le match, non?

C’est ça le football! Tant que vous ne mettez pas le 2-0, vous êtes à la merci d’un retournement de situation. C’est aussi pour cela que l’on dit que le foot n’est pas bon pour les nefs, ni pour les cardiaques. Comme entraîneur, on se dit comme le public… Là ça doit être dedans! Par exemple, à la 92e, il y a une situation confuse et dans la mêlée, effectivement, notre adversaire aurait pu revenir de nulle part. Juste avant, sur l’action de Dereck Isabella, le poteau à la fin, il manque rien pour que ce soit 2-0. Neuf fois sur dix, c’est goal sur ce genre d’actions. Oui, aujourd’hui, on peut effectivement faire le reproche à nos joueurs de ne pas avoir su concrétiser leurs nombreuses occasions. On a, par moments, manqué de lucidité. Mais il y a eu une telle débauche d’énergie, une telle générosité dans l’effort… La victoire est 100 % méritée.

Oui, et maintenant: place au championnat, avec ce match référence dans les bagages.

Oui c’est bon à prendre. Surtout face à une équipe comme Baden qui est déjà quasi qualifiée pour les finales, dans son groupe, et qui est en confiance. C’est une formation qui a un gros potentiel et qui recèle de qualités. On a vu en deuxième mi-temps, que ses joueurs avaient de la peine à accepter d’être dominés, pareillement malmenés. Mais je le répète et je l’ai martelé cette semaine à mes joueurs: je n’ai pas repris une équipe en crise. Julien Marendaz s’est retrouvé dans le même cas de figure que moi, cet automne à Fribourg. Il avait juste fait trop de matches nuls et avec les parités, on n’avance pas au classement. Pour gagner, il faut se créer des occasions et marquer. C’est ce qu’on a réussi à faire ce soir. Il faudra parvenir à refaire la même chose mercredi, face à Signal Bernex, un adversaire qui va peut-être nous attendre en défense. Sur le long terme, on ne doit craindre personne. Peut-être que ce printemps, notre principal adversaire sera nous-même.

Les prochains rendez-vous

Yverdon reçoit Signal Bernex-Confignon, dernier du groupe 1, en championnat ce mercredi 23 mars. Coup d’envoi à 20h au Stade Municipal.

Yverdon Sport – FC Baden 1-0 (1-0)

But: 24e Morina 1-0.

YS: Zwahlen, Lauper, Dia, Rossé, Samandjeu; Morina, Gudit, Jimenez; Begzadic (90e Isabella), Eleouet, El Allaoui.

Entraîneur: Philippe Perret.

Stade Municipal.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*