Le Petit Poucet s’est battu mais cela n’a pas suffi

Le Petit Poucet s’est battu mais cela n’a pas suffi

Amical St-Prex s’est défait du FC Etoy et se qualifie pour les quarts de finale de la coupe vaudoise. Les pensionnaires du stade de Marcy ont déroulé avant de voir revenir les pensionnaires de 4e ligue.

Le miracle n’aura pas eu lieu samedi soir. Amical Saint-Prex a pris la mesure du FC Etoy sur le score de 5-2 en huitièmes de finale de la coupe vaudoise. Cependant, tout n’a pas été facile pour les pensionnaires de Marcy. Alors que la pendule affichait la 15e minute, celle-ci montrait déjà un score de 3-0 en faveur de l’équipe de Mario Chedly. Tout paraissait facile et Etoy semblait prêt à subir une correctionnelle, mais heureusement pour le courageux public venu braver le froid et la pluie (les joueurs ont encore été plus courageux), les visiteurs sont enfin rentrés dans leur match et ont commencé à se procurer des occasions tout en se montrant plus solides défensivement.

Un bonnet porte-bonheur ?

Il y a d’abord eu le 3-1, que l’on imaginait à ce moment-là anodin. St-Prex continuait sa marche en avant, cependant et cette-fois-ci, la réussite était passé de l’autre côté. Les hommes de Mario Chedly tombaient peut-être dans la facilité. Mike Ranno, le portier etierruz, s’est montré à son affaire sur plusieurs interventions et a pu garder son équipe dans le match. Son bonnet, chose rare sur les terrains, est peut-être son porte-bonheur, en tout cas, celui-ci lui a permis de montrer l’étendue de son talent.

A l’entame de la seconde période, Etoy faisait frissonner Marcy avec une nouvelle réussite : 3-2 et St-Prex s’est mis à douter le temps de remettre une double couche et sceller le score à 5-2. Joao Baptista (qui se montrait pessimiste vendredi) regrettait amèrement les quinze premières minutes initiales des deux mi-temps. « Nous en avions parlé toute la semaine. On savait qu’ils allaient venir très forts. Les gars ne s’attendaient pas que ça aille si vite. »

« Fier de mes gars »

Le plan de jeu était de contenir les assauts adverses en pressant haut pour gêner la construction du jeu. Cela a marché pendant 1h : une demi-heure par période. Et durant ce laps de temps, Etoy a marqué 2 fois. « Je suis très fier de mes gars, ajoute Joao Baptista. Nous avons réalisé une très bonne rencontre. Nous sommes plus que contents. » Etoy pourra se consoler en se disant que c’est l’équipe qui a encaissé le moins de buts en coupe cette saison face à St-Prex.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*