Payerne a fait tout juste cette saison

Payerne a fait tout juste cette saison

La première période du Stade Payerne face à Ostermundigen dimanche? Peut-être été la plus belle de toutes celles qu’on a eu la chance de visionner cette saison. On n’a même pas envie de sortir un joueur particulier du lot, car la partition a vraiment été collective et le niveau de jeu atteint par les Payernois sur certaines séquences nous a bluffés. Ce n’était pas le Dynamo Kiev, mais par instants, ça y a furieusement ressemblé. Il manquait une victoire aux Broyards pour assurer le maintien, mais ils ne sont pas allés la chercher à l’énergie, loin de là. Au contraire, ils l’ont obtenue par le jeu et uniquement par lui, marquant trois buts absolument splendides dans leur conception et menant 3-0 à la 44e. Seul un relâchement coupable à la dernière seconde permettait aux Bernois d’inscrire le 3-1, seule tache de 45 minutes parfaites.

Quelle démonstration de jeu collectif!

On doit dire, sincèrement, qu’on ne s’attendait pas à en prendre plein les yeux comme ça en s’asseyant dans les tribunes du Stade Municipal, dimanche. Déjà, première nouvelle, le terrain était magnifique et il faisait beau, ce qui n’était pas forcément gagné vu l’ampleur du déluge cantonal dans les dizaines d’heures précédentes. Le ciel avait décidé d’épargner la Broye pendant 90 minutes, ce qui a contribué à la beauté du spectacle. Mais alors, pardon, quelle démonstration sur le rectangle vert! En croisant les joueurs payernois sur d’autres terrains les semaines dernières, ou en parlant au téléphone avec Cédric Mora, on avait compris que le Stade jouait plutôt bien, mais à ce point-là, on l’avoue, on ne pensait pas.

Payerne est sauvé, c’est sûr

En recevant Ostermundigen, qui se bat pour le maintien, les Payernois avaient l’occasion d’assurer leur maintien, mais, pour cela, il fallait gagner. C’est désormais chose faite, avec onze points d’avance à cinq journées de la fin et des confrontations directes qui vont forcer les équipes du bas à se manger des points entre elles. Ça ne paraît pas évident comme cela et on va épargner à nos lecteurs d’éreintants calculs, mais c’est sûr, Payerne est sauvé, puisque Lyss, Ostermundigen et Béroche-Gorgier n’arriveront pas tous trois à 29 points, l’actuel total des Payernois. Maintien acquis, objectif comptable de la saison atteint.

Le mérite? Il en revient à Cédric Mora et Xavier Pittet

Rester en 2e ligue inter était important pour le néo-promu, mais la manière dont il l’a fait force l’admiration. La saison dernière, Payerne brillait surtout par la qualité de ses individualités offensives, lesquelles lui ont permis de marcher sur le football vaudois. Ahmet Sefa, Karim Diarra, Ardian Hoti et Tanfol Ouattara, dont on a écrit le plus grand bien, ne sont plus là et, pourtant, Payerne est encore plus fort. L’équipe, très jeune, est sans doute moins douée individuellement que celle d’il y a douze mois, mais collectivement, elle a progressé d’une manière phénoménale et le mérite, disons-le clairement, en revient à Cédric Mora et à son adjoint Xavier Pittet.

Un effectif qui coûte moins cher et joue encore mieux

L’an dernier, pour rappel, les deux hommes étaient en poste à Assens et avaient conduit le club du Gros-de-Vaud à une très belle 5e place, en tirant le maximum de leur groupe. Ce maintien acquis avec la manière avec Payerne a-t-il encore plus de valeur? Difficile à dire, mais une chose est sûre, ils ont de nouveau tiré le maximum de leur groupe, lequel s’est affaibli sur le papier, on le répète. Le Stade Payerne de cette saison coûte sans aucun doute moins cher que celui de l’année dernière et les deux hommes ont prouvé que la vérité du football, la seule, se trouvait dans le travail de la semaine et la progression collective, jour après jour.

Le public répond présent

Oui, ce Stade Payerne est enthousiasmant, lui qui attire un large public à l’échelle régionale semaine après semaine. “Contre Thierrens, il y avait 400 personnes. Face à Portalban, ils étaient 700. Et encore aujourd’hui, il y avait une jolie affluence. Je pense que les gens apprécient le spectacle, surtout que ce sont des jeunes du coin sur le terrain”, explique avec raison Cédric Mora, lequel n’a pas encore discuté avec son président de sa présence ou non sur le banc payernois la saison prochaine. La tendance est plutôt à un statu quo, cela dit. “Je pense, déjà, que l’immense majorité des joueurs va rester. Et en ce qui me concerne, j’estime que mon travail n’est pas fini”, continue l’entraîneur des Broyards.

Une deuxième mi-temps moins bonne

Une année de plus de sa part serait le meilleur cadeau qu’il pourrait rendre au Stade Payerne, lui qui a amené cette jeune équipe là où elle est. Trois entraînements par semaine, du jeu, de la qualité. Le tableau parfait? “On manque de concentration et de constance, encore. Si vous me demandez si je suis satisfait de notre première période, la réponse est oui. Mais on en ressort frustré, à cause de ce but à la 45e… Et en deuxième, on a un peu peur, on joue moins bien, on oublie de poser le ballon. C’est rageant parce qu’on a vu que quand on le faisait, on était efficaces”, regrettait-il tout de même.

Payerne doit encore acquérir de l’expérience

Vrai. Ce qui manque à ce très séduisant Stade Payerne s’appelle l’expérience. Celle-ci, pas de miracle, s’acquiert avec les années, mais les Broyards sont sur la bonne voie, celle du renforcement de l’identité régionale et des résultats. On le dit déjà: on se réjouit de l’année prochaine, en 2e ligue inter.

Il a dit à Footvaud.ch

Jonathan Gamba, milieu de couloir du Stade

On a fait une bonne première mi-temps, oui, et en plus j’ai marqué, alors je suis heureux (rires). Franchement, c’est génial d’arriver à jouer comme ça et je peux vous assurer qu’on prend du plaisir sur le terrain. Contre Lyss, la semaine dernière, on a eu plus de peine, mais là, contre une équipe accrocheuse comme Ostermundigen, on a réussi à poser le jeu et on voit que ça nous réussit. Le deuxième but? Il est frais, oui (rires)! On a réussi une belle action là-dessus, rien à dire. On ne peut pas comparer avec l’an dernier, le niveau des ligues n’a rien à voir, mais c’est vrai qu’on joue bien collectif. Ma prestation? Je reviens gentiment, je suis content. Au premier tour, j’ai été blessé et j’ai effectué une grosse prestation hivernale. J’ai le sentiment que j’en ai payé un peu le prix, mais là, je suis bien. On va bien finir ce championnat, j’en suis sûr.

Les hommes du match

On a vraiment envie de mettre en avant le collectif payernois, et il est donc compliqué de sortir deux joueurs en particulier. Citons quand même Jonathan Gamba, qui a livré une partie magnifique sur le côté gauche, tout en altruisme. L’attaquant Baptiste Bersier nous a également impressionné, par son activité et la qualité de ses prises de balle, toujours vers l’avant.

Les prochains rendez-vous

Il reste cinq matches aux Payernois pour bien terminer. Ils iront à Farvagny, Bümpliz et finiront à Portalban. A domicile, ils doivent encore recevoir Grünstern le 13 mai et surtout Bulle le 30.

Stade Payerne – FC Ostermundigen 3-2 (3-1)

Buts: 20e Gamba 1-0; 36e Bersier 2-0; 43e Ademaj 3-0; 45e Zwahlen 3-1; 90e Stöckli 3-2.

Payerne: Rapin; Carrel, Vorlet, Amomah, Loup; Hugo Da Costa (66e Acevedo), Renevey, Burla (89e Marcus Fernandes), Gamba; Ademaj, Bersier.

Entraîneur: Cédric Mora

Stade Municipal, 240 spectateurs.

Categories: 2e ligue inter

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*