Oui, La Sarraz-Eclépens peut aller au bout

Oui, La Sarraz-Eclépens peut aller au bout

Quel match, quelle intensité! Les performances du FC La Sarraz-Eclépens et du FC Echichens sont à saluer, avant même de véritablement commencer cet article. Les deux équipes ont montré un visage magnifique samedi, tout en combativité et en don de soi, qui plus est devant un public venu en nombre. Ce derby régional de 2e ligue inter a été une belle publicité pour le football régional d’élite, il faut le souligner.

Un FC La Sarraz-Eclépens très plaisant

Au final, La Sarraz-Eclépens s’est imposé de manière tout à fait méritée grâce au supplément de qualité individuelle de ces joueurs. Il faut le dire, également, cette équipe est vraiment plaisante à voir jouer. Le FC La Sarraz est jeune, talentueux, enthousiaste, va vite vers l’avant et joue bien au football. Il y a quelques anciens pour montrer la voie, bien sûr, et l’apport de David Geijo, Lyazid Brahimi, Veselin Georgiev et Damien Djuric est à signaler. Mais ce sont les quatre seuls que l’on peut qualifier d’expérimentés. Elmedin Hasanovic et Estefan Alvarez? Ce sont déjà des valeurs sûres, mais encore de jeunes joueurs, qui ont tous deux leur carrière devant eux. Tous les autres, absolument tous les autres, sont encore des espoirs du football supra-régional et la place de co-leader du club sarrazin en dit long sur la qualité du travail effectué par Jean-Philippe Karlen.

Tellement offensif que l’équilibre est un peu fragile parfois

Oui, cette équipe est enthousiasmante et elle est encore plus forte qu’au premier tour dans l’utilisation du ballon. Peut-elle aller au bout? La réponse est oui. Il y a les défauts de la jeunesse, bien sûr, c’est-à-dire une certaine fébrilité parfois, mais il y aussi toutes les qualités de vitesse et de technique d’une équipe jeune et joueuse. La Sarraz joue sur un fil, très souvent, sans expérience et sans couverture, c’est vrai, et cela peut être dangereux défensivement. Mais alors, pardon, quelle vitesse et quelle capacité de percussion! Dès le ballon récupéré, il y a danger et cela vient -véritablement- de tous les côtés. En plus, la jeunesse de l’effectif permet à Jean-Philippe Karlen de faire tourner de match en match sans provoquer de guerres d’egos. Ainsi, par rapport à l’équipe qui était allé gagner à Payerne (0-1, lire ici), « Charly » avait décidé de titulariser trois nouveaux joueurs: Steven Bernard, David Geijo et Alex De Groot. Le dernier nommé a d’ailleurs remercié son coach en ouvrant le score après deux minutes, grâce notamment à un joli boulot d’Estefan Alvarez côté gauche.

Un effectif équilibré, pas un onze-type

La preuve qu’un championnat se gagne en équipe, à vingt, et pas seulement à onze. Les inévitables week-ends à l’étranger ou vacances prises au milieu de championnat se paient ainsi cash. La Sarraz a assez de monde pour faire tourner sans que cela soit un problème. Clairement, cette équipe n’a pas de onze-type, même si certains secteurs de jeu sont verrouillés. La paire de milieux défensifs composée d’Elmedin Hasanovic et d’Aleksandar Bozic ne devrait jamais trop bouger, c’est sûr, et Damien Djuric est assuré de finir la saison comme titulaire. Mais sinon? Chaque joueur est interchangeable, même si, bien sûr, des éléments comme Lyazid Brahimi, Benjamin Teba, Estefan Alvarez et Valentin Dupuis ont une longueur d’avance sur leurs concurrents directs.

Ali Ramdane égalise d’une panenka

Evidemment, il faut être deux pour faire un bon match et Echichens a également montré un très beau visage ce samedi. La troupe d’Alain Gendron a très bien réagi à l’ouverture du score d’Alex De Groot en égalisant grâce à un penalty d’Ali Ramdane au quart d’heure de jeu. Fabrice De Benedictis et sa vivacité ont ainsi pris de vitesse David Geijo, qui n’a pas vraiment eu d’autre choix que de concéder le penalty, transformé d’une subtile panenka par l’attaquant français. 1-1 au quart d’heure de jeu, un score tout à fait mérité, surtout qu’Echichens aurait pu bénéficier d’un penalty un peu plus tôt déjà.

Lyazid Brahimi inscrit le 2-1

Alors, bien sûr, La Sarraz-Eclépens, emmené par un très bon Lyazid Brahimi (centre-avant samedi) a accéléré et aurait dû marquer le 2-1 très vite, mais Valentin Dupuis a galvaudé de manière incroyable une splendide double occasion. Si La Sarraz n’avait pas gagné, le talentueux milieu de terrain aurait sûrement revu pendant plusieurs nuits sa frappe de cinq mètres passer au dessus des buts d’Olivier D’Andrea… Comme on dit, c’était plus difficile de la mettre à côté que dans le cadre! Le gardien d’Echichens a réussi un très bel arrêt un peu plus tard, détournant en corner une frappe à bout portant et s’attirant même les félicitations de Lyazid Brahimi sur ce coup-là. Mais La Sarraz, malgré toutes ces occasions ratées, ne s’est pas découragé et a logiquement pris l’avantage grâce à un cafouillage sur corner. Olivier D’Andrea avait crié « J’ai », mais son défenseur était déjà en l’air et n’a pu s’empêcher de gêner son gardien. A la retombée, Lyazid Brahimi n’a pas manqué la cible, lui, et son équipe était repassée devant. 2-1 à la pause.

Veselin Georgiev réussit l’impossible et rate le plus facile

La deuxième période a été tout aussi splendide, avec des actions allant d’un but à l’autre. Estefan Alvarez a tiré sur le poteau, tout comme Mirsad Sakiri de l’autre côté. Un poteau partout, personne ne peut se plaindre du mauvais sort. Veselin Georgiev a lui glissé, seul face à Olivier D’Andrea, et Davy Cardoso a dévissé en bonne position. Chacune de ces actions avait le poids du but, mais c’est finalement La Sarraz qui a fait la différence grâce à une très belle demi-volée de Veselin Georgiev. Le Bulgare, remplaçant au coup d’envoi, a été fidèle à sa légende samedi: il a raté le plus facile et réussi le plus compliqué. Son but était impossible à mettre et il l’a mis dans le petit filet, alors que deux fois, il n’avait plus qu’à pousser la balle au fond et a réussi à finir le nez dans le gazon. « Giorgio », comme on l’aime…

Le FC Echichens peut être fier de lui, Lyazid Brahimi aussi

Echichens, c’est sûr, peut être satisfait du visage montré sur le terrain du leader du championnat malgré la défaite 3-1. Autant au match aller les « Bleu-Blanc » avaient été dominés du début à la fin (lire ici), autant cette fois ils ont regardé leur adversaire dans les yeux. La différence, on le souligne encore une fois, s’est faite sur la classe individuelle, celle qui sépare un joueur comme Lyazid Brahimi du reste de la 2e ligue inter. Le Grenoblois est de très loin le meilleur attaquant dans cette ligue, à égalité peut-être avec le formidable Cyril Letellier du FC Portalban/Gletterens, et son match face à Echichens en a été une illustration parfaite. Il fait ce qu’il veut avec le ballon, il régale le public et, samedi, il a ajouté l’efficacité à sa formidable technique. C’est le seul reproche, mérité, qu’on puisse faire au Français: vu ses énormes qualités, il n’est pas toujours assez décisif. Alors, quand il l’est, il ne mérite rien d’autre que des applaudissements. Bravo monsieur et merci pour le spectacle.

Jean-Jacques Borgeaud a passé une très belle soirée

Le mot de la fin? Il sera pour Jean-Jacques Borgeaud. Le vice-président du FC La Sarraz-Eclépens a tenu à féliciter le FC Echichens, entre deux « Salut, ça va? » aux gens venus l’aborder: « Ils ont très bien joué et j’espère vraiment qu’ils vont se maintenir. En plus, ils sont venus avec beaucoup de monde et il y avait une superbe atmosphère au match et à la buvette. Vraiment, ce FC Echichens est un club super et je tiens à dire à dire qu’on a passé une très belle soirée. Le foot régional devrait être tout le temps comme ça. »

Les hommes du match

Du côté de La Sarraz, la performance d’Aleksandar « Misko » Bozic est une fois de plus à relever. Le milieu de terrain est en train de prendre une dimension supplémentaire cette saison, apportant beaucoup de volume à son jeu. Il a toujours été doué techniquement, mais, cette saison, il a apporté une dimension supplémentaire à son apport sur le terrain. Il défend, il travaille et il oriente le jeu. Vraiment, il devient un joueur très intéressant à suivre. Djibril Diallo est plus jeune, lui qui vient d’arriver de Team Vaud, mais il a déjà un impact immédiat. Il n’était de loin pas la recrue la plus spectaculaire du mercato, lui qui est arrivé en toute discrétion, mais alors, quelle adaptation réussie! Samedi, associé à David Geijo, il a fait preuve d’une belle maturité, gagnant ses duels et ne prenant aucun risque en défense. La bonne trouvaille de l’hiver, vraiment.

Du côté d’Echichens, gros match de Lucien Gfeller en défense centrale. Il avait un sacré client en face avec Lyazid Brahimi, mais il s’en est relativement bien sorti, coupant bien les trajectoires et réussissant un match très abouti. Solide dans les duels aux côtés d’un Joël Reinhard toujours aussi fort. Fabrice De Benedictis a lui aussi livré une très belle prestation, dans la droite lignée de ce qu’on connaît de lui. Ce jeune milieu de terrain progresse saison après saison et il a encore impressionné samedi, surtout avec la concurrence qu’il y avait en face de lui.

Les prochains rendez-vous

Les deux équipes jouent en qualification de la Coupe de Suisse 2016/2017 ces prochains jours. Jeudi, le 24, à 20h30, le FC Bulle accueillera La Sarraz-Eclépens. Samedi, le 26, à 17h30, Echichens sera à Moutier.

FC La Sarraz-Eclépens – FC Echichens 3-1 (2-1)

Buts: 3e De Groot 1-0, 14e Ramdan, pen. 1-1 ; 30e Brahimi 2-1; 80e Georgiev 3-1.

Arbitres: M. Johannes von Mandach, assisté de M. Sandro Palma et de M. Jonathan Collaud.

La Sarraz: Djuric; Bernard (81e Funcasta), Geijo, Diallo, Teba; Hasanovic, Bozic; De Groot (72e Georgiev), Dupuis, Alvarez (82e Martini); Brahimi.

Entraîneur: Jean-Philippe Karlen.

Echichens: D’Andrea; Sakiri, Gfeller, Reinhard, Gendron; D. Cardoso, Demircan (70e Maget), De Benedictis, Girardet (75e S. Cardoso); Aksic (81e Bebyack), Ramdan.

Entraîneur: Alain Gendron.

En Gravey, 230 spectateurs.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*