Oui, Echallens peut aussi gagner à la maison

Oui, Echallens peut aussi gagner à la maison

Le bilan d’Echallens à l’extérieur depuis le début de championnat? Deux victoires. Et à la maison, avant ce match? Un nul et deux défaites. Autant dire que recevoir Martigny en ce samedi n’était pas forcément un signe de victoire obligatoire. On l’a dit ici, le FC Echallens Région a changé de style depuis l’arrivée de Bernardo Hernandez et le voir gagner loin de ses bases s’explique par la dimension plus physique et plus directe qu’a pris son jeu par rapport aux saisons précédentes. Par contre, on demandait encore à voir une prestation pleine aux Trois-Sapins. Ce qu’on entend par « pleine »? Du jeu, de la possession de balle, des buts et une victoire à la fin. Ca tombe bien, c’est ce qu’on a vu ce samedi face à Martigny.

Dominer sans se faire contrer, voilà l’équation

Tout a pourtant mal commencé pour les Challensois avec un corner direct de Dorian Zambaz quasiment d’entrée de jeu. 0-1 et une affaire mal emmanchée sous une pluie qui a duré 90 minutes, au point que les responsables du stade ont été contraints d’allumer les projecteurs au quart d’heure de jeu! Cela a coïncidé, miracle, avec l’arrivée de la lumière dans le jeu du FC Echallens Région, à un moment où on se faisait un peu de souci pour lui. Pourquoi? Parce qu’on sentait un peu revenir le coup de Terre Sainte la semaine dernière, à savoir une équipe d’Echallens qui avait le ballon, mais qui se faisait crucifier en contre. Et comme ce FC Martigny-Sports avait quelques arguments offensifs, dont le très bon Danick Yerly en pointe, on n’était pas absolument serein et on imaginait assez bien Ugo Raczynski venir faire un coup aux Trois-Sapins avec sa nouvelle équipe.

Carl Martinet a de l’orgueil

Mais Bernardo Hernandez connaît évidemment (cent) mille fois mieux le football que nous et il avait identifié le problème à l’entraînement cette semaine. L’équation est simple, sur le papier: comment dominer un match et avoir le ballon, sans se faire planter en contre? Trouver la réponse pratique est un peu plus compliqué et, à 0-1, les Challensois auraient pu hésiter entre se jeter à l’assaut et laisser des espaces derrière eux ou se montrer patients. Ils ont choisi la deuxième option et elle a payé dès la demi-heure de jeu grâce à une superbe action. En résumé? Un ballon d’Hippolyte Réaut côté gauche pour Alix Bahlouli, lequel a pu servir Carl Martinet. Le gaucher, à dix mètres du but, a parfaitement fini, d’une balle subtilement déposée dans le petit filet. Une action à trois de fort belle facture, bien conclure donc par Carl Martinet, lequel a montré avoir de l’orgueil. Indiscutable avec Julien Marendaz, de loin pas toujours titulaire avec Bernardo Hernandez, il a profité de sa titularisation, assortie du brassard de capitaine, pour montrer qu’il était toujours un cadre de ce FC Echallens Région. 1-1 à la demi-heure.

Alix Bahlouli, encore lui

Les Vaudois ont alors connu un très quart d’heure, faisant très mal aux Valaisans à mi-terrain. Il y a eu des séquences de jeu vraiment impressionnantes entre la demi-heure de jeu et la fin de la mi-temps et c’est tout à fait logiquement qu’Alix Bahlouli a pu profiter d’un service parfait de Nicolas Bastardoz en profondeur pour s’en aller tromper Basile Couchepin (45e). Deux minutes auparavant, Bernardo Hernandez avait demandé à son attaquant d’améliorer ses appels, ceux-ci se terminant trop souvent par un hors-jeu. « Profite de ta vitesse, prends un mètre de marge », lui a glissé à l’oreille son entraîneur. Message reçu cinq sur cinq par Alix Bahlouli, dont la course était cette fois absolument parfaite, tout comme la finition. Le Franco-Algérien a marqué son cinquième but de la saison, déjà, un rythme tout à fait intéressant après six journées de championnat. S’il continue sur ce rythme, il rendra service à son club… et à lui.

Tuer le match, voilà la marge de progression

Le seul tort d’Echallens dans ce match aura été de ne pas enlever tout motif d’espoir à Martigny en deuxième période. Les Challensois ont eu deux occasions très nettes d’inscrire le 3-1, mais les deux fois (Bahouli à la 57e et Martinet à la 80e), Basile Couchepin est sorti vainqueur de son face-à-face, de fort belle manière qui plus est. Dommage, car à 2-1, Echallens était tout sauf à l’abri et Martigny a d’ailleurs eu quelques occasions nettes, comme à la 67e lorsque Kevin Bally a dû montrer toute sa classe pour dévier sur son poteau une frappe puissante d’un attaquant valaisan. Le gardien challensois s’est d’ailleurs tourné un doigt sur cette action et a dû être soigné par le bon Marc Zbinden. Heureusement, il a pu finir le match, mais non sans une certaine gêne. 2-1, score final et la première victoire de la saison à la maison. Cela s’appelle passer un bon après-midi, tout simplement, surtout que la manière a été au rendez-vous, on l’a dit.

Echallens a une certaine profondeur de banc

Echallens, sans Mathieu Germanier ni Aurélien Ziegler, titulaires plus que probables au milieu de terrain, a montré disposer d’un effectif avec suffisamment de profondeur. Pouvoir jouer avec Hippolyte Réaut, Damien Germanier et Nicolas Bastardoz en l’absence des deux très bons joueurs nommés en début de paragraphe, voilà qui s’appelle avoir de la ressource et disposer de solutions plus qu’intéressantes. Et si ce FC Echallens était armé pour aller loin dans ce championnat? On en saura plus très vite, avec un déplacement à Lancy, dernier du championnat. Si Kevin Bally est ses copains s’imposent à Marignac, alors ils recevront Yverdon Sport la semaine d’après pour un choc monumental. Il y aurait alors tout dans ce match: le retour de Julien Marendaz aux Trois-Sapins et, potentiellement, la première place en jeu… On n’y est encore largement pas, mais il n’est pas interdit de rêver un peu.

Les hommes du match

Ibrahim Djalo a été très bon durant les 90 minutes. Il a débuté sur le couloir droit, offensivement, et a été très tranchant d’entrée. Formé à Team Vaud, il a pris le temps pour apprivoiser le rythme de la 1re ligue, mais il y est parvenu et est toujours aussi polyvalent. Il a terminé le match latéral gauche et a été très propre dans ses interventions. On ne le pressentait pas du tout comme un titulaire en puissance au début de saison, et sans doute que Bernardo Hernandez non plus, mais il est gentiment en train de gagner sa place sur le terrain. De l’autre côté, Carl Martinet a été très bon aussi, marquant le 1-1 de fort belle manière et distillant ses fameux coups de patte de son pied gauche si précis. Une mention encore pour Hippolyte Réaut, parfait à mi-terrain. Avec Nicolas Bastardoz, il forme une muraille infranchissable devant la défense.

Les prochains rendez-vous

Echallens se déplace à Lancy samedi 19 septembre, à 17h.

FC Echallens Région – FC Martigny Sports 2-1 (2-1)

Buts: 4e Zambaz 0-1; 27e Martinet 1-1; 46e Bahlouli 2-1.

Arbitres: M. Sven Wolfensberger, assisté de M. Marcel Held et de M. Thomas Ammann.

Echallens: Bally; Debluë, Sessolo, Mutombo, Bryand (76e Cea); Réaut, Bastardoz, D. Germanier (89e Teixeira); Djalo, Bahlouli, Martinet.

Entraîneur: Bernardo Hernandez.

Martigny: Couchepin; Pasche, Ndongabi, Delgado, Kabashi; Mehmetaj (46e Baku), Zambaz; Figueira (55e Derivaz), Pereira, Ambrosio; Yerly.

Entraîneur: Ugo Raczynski.

Stade des Trois-Sapins.

Fc Azzurri 90 Ls vs Fc Echallens 1-2

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.