Orhan Mustafi, le nouvel espoir offensif du FC Le Mont

Orhan Mustafi, le nouvel espoir offensif du FC Le Mont
Orhan Mustafi a porté les couleurs de Ross County (D1 écossaise) lors de la saison 2013-2014.

Orhan Mustafi a porté les couleurs de Ross County (D1 écossaise) lors de la saison 2013-2014 (photo: DR).

Serge Duperret a décidé d’apporter une solution offensive de plus à son équipe. Le nom de la dernière recrue en date ? Orhan Mustafi. Formé au FC Zurich, cet attaquant de 24 ans mesure 1,90m. Il a notamment porté les couleurs du FC Bâle (4 buts en première équipe), où il a disputé la Champions League. Ce Suisse d’origine macédonienne et albanienne a ensuite porté les couleurs de nombreux clubs (Bielefeld, Aarau, GC, Ross County et Lugano), où des blessures et un manque d’efficacité l’ont empêché de faire décoller sa carrière, malgré de solides références (international suisse M19 et M21 notamment). Aujourd’hui, il s’est donc engagé avec le FC Le Mont où le staff compte évidemment sur lui pour améliorer les performances de son secteur offensif, un peu à la peine ces derniers temps. Le talent, il l’a, c’est une certitude. Serge Duperret, le président du Mont, en est convaincu.

Serge Duperret, Orhan Mustafi est-il la réponse à vos problèmes offensifs?

C’en est une, en tout cas! Il a envie, c’est un garçon qui a des références et qui doit se relancer. De toute façon, vous me connaissez, je n’allais pas rester sans rien faire.

Son arrivée annonce-t-elle des départs?

Pas dans l’immédiat. On fera le point à Noël. Là, je ne vous cache pas qu’il pourrait y avoir des changements, mais il est trop tôt pour en parler.

D’autres recrues sont-elles à prévoir dans les jours à venir ?

Ce n’est pas impossible. Je suis conscient que l’on doit renforcer l’effectif et on y travaille.

On a entendu parler de Xavier Margairaz…

Je peux vous confirmer que vos oreilles fonctionnent bien. Effectivement, on discute avec lui. On aimerait le faire venir, il a un profil qui nous plaît. Premièrement, parce que c’est un excellent joueur, deuxièmement, parce qu’il est libre, et troisièmement, parce que nous sommes un club vaudois, fier de l’être, et que nous partageons ces valeurs-là avec lui. L’idée, c’est vraiment de faire un saut en qualité dans l’effectif. On est un club de Challenge League, avec des joueurs d’élite. Le Mont, aujourd’hui, c’est ça. Claude Gross a besoin d’avoir un bon effectif pour obtenir des résultats. Tiens, d’ailleurs à ce propos, j’ai un message à faire passer.

Lequel?

On me demande souvent si mon entraîneur est menacé, et j’ai une réponse assez claire…

Qui vous pose la question ?

Des journalistes, des spectateurs, des amis… J’entends même qu’il s’agit d’un entraîneur bon pour les ligues inférieures, pas pour l’élite. Bref, n’importe quoi. Alors je le dis clairement: Claude Gross a toute ma confiance. Lui et son staff doivent progresser, comme tout le club. Il doit faire ses diplômes, il m’a dit qu’il les ferait, il va les faire. Mais la vérité aujourd’hui, c’est qu’il faut renforcer l’équipe pour arriver à Noël en nous situant entre la 7e et la 9e place. Sinon, je crois que Claude, après tout ce qu’on a fait ensemble, prendra de lui-même la meilleure décision pour que Le Mont ait les meilleures chances de se sauver.

C’est assez clair, là…

Ce qui est clair, c’est que j’aurais pu changer l’entraîneur. Je crois entendre que d’autres l’ont fait, d’ailleurs… Mais pas nous. Aujourd’hui, le message et les actes sont les suivants: on renforce l’équipe.