« On vise la montée en 2e ligue »

« On vise la montée en 2e ligue »

Promu lors de l’exercice 2016-2017, Rapid-Montreux, après une première saison d’adaptation en 3e ligue, pourrait disputer les finales de promotion au mois de juin prochain. Entraîneur depuis 4 ans (à seulement 22 ans), Emmanuel Zaccaria se confie à six rencontres du terme du championnat, mais sûrement pas de la saison.

Jeune entraîneur de Rapid-Montreux, Emmanuel Zaccaria est ambitieux

Jeune entraîneur de Rapid-Montreux, Emmanuel Zaccaria est ambitieux

Vous avez pris la tête du groupe 2 de 3e ligue après votre belle victoire contre Vevey IIA (Rapid-Montreux prend la tête). Êtes-vous surpris?

Non, pas vraiment, ça fait bientôt 2 ans qu’on se prépare pour être compétitif en 3e ligue et aller le plus haut possible. Il y a 2 semaines, on visait les finales de promotion. Dorénavant, on ne va plus se cacher, on vise la montée.

Et celle-ci passe par 2 résultats positifs lors des 2 prochains matchs: Villeneuve, 3e, et Turc Lausanne, 4e.

Oui, d’ici 2 semaines, on y verra bien plus clair, mais les 6 dernières rencontres seront âprement disputées. La lutte contre la relégation est encore plus serrée (Ndlr: 5 équipes en 4 points). Tout le monde peut battre tout le monde et personne ne va rien lâcher. Je m’attends à des parties difficiles. Ce groupe 2 est très relevé, il est vraiment très intéressant.

Les autres groupes ne sont pas en reste avec, entre autres, des « deux » de formations de Promotion League ou de 1re ligue.

Oui, je suis tout à fait conscient que si nous atteignons les finales, ça va être un autre niveau. Ça va surtout être de très beaux matchs disputés. La 3e ligue a beaucoup progressé depuis quelques années. L’aspect financier n’est pas étranger à ça. C’est malheureux, mais ça existe bel et bien dans notre ligue.

C’est-à-dire que Rapid-Montreux ne donne rien à ces joueurs?

Non, aucun joueur n’est payé, ni salaire, ni primes! Le but de notre club est de rester régional. Environ 90% de l’équipe est montreusienne. Cette formation a été créée pour que l’on puisse jouer entre potes. La base est amicale, mais tous les 6 mois on se renforce, mais avec des gars de la Riviera. C’est primordial pour nous et le développement de Rapid-Montreux.

Emmanuel, pouvez-vous nous décrire votre équipe?

C’est un bon mix. Par exemple, samedi contre Vevey, 3 juniors A sont rentrés en cours de match. Mais, il y a également des gars plus expérimentés. Le noyau dur se compose de joueurs entre 25 et 30 ans.

Et quelles sont les qualités de votre formation?

Elle ne lâche jamais rien, elle y croit toujours et a envie de franchir des barrières. Elle essaie de jouer au ballon au sol et le conserver au maximum. Elle sait s’adapter au niveau de l’adversaire. En revanche, il y a des petites améliorations à faire. On a des moments où on manque de concentration. On doit mieux gérer ces minutes plus compliquées.

Monter en 2e ligue est un grand saut, n’avez-vous pas peur en cas de promotion?

Non! On se prépare depuis bientôt 2 ans pour être prêt à franchir cette étape. Nous avons déjà joué pas mal de matchs amicaux contre des clubs de ce niveau et on s’en sort de mieux en mieux. Je n’ai vraiment pas peur et je sais que Rapid sera s’adapter au niveau requis.

La 2e ligue offrirait un gros derby contre Montreux si tout va bien pour les deux équipes. Ça serait formidable, non?

Oui, bien sûr, Montreux contre Montreux. Deux clubs qui évoluent sur le même terrain, qui pratiquent le foot avec les des outils similaires dans les mêmes infrastructures. Ça amènerait du spectacle et du public. Il ne faut pas oublier Saint-Légier. Cela serait également un joli match contre une très belle formation.


(Photo de couverture: Match entre Rapid-Montreux et Saint-Légier en 2017)

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*