«On se tait et on travaille!»

«On se tait et on travaille!»

Azzurri 90 a conservé 13 joueurs de l’effectif de la saison 2015-2016, conclue par une non-participation aux finales, le grand objectif. Patrick Muller, arrivé en cours de championnat, a voulu ce changement, un peu à l’image de ce qui s’est passé à Yverdon Sport cet été. Il y a eu quelques départs pas forcément consentis et d’autres qui ont été souhaités à 100%, mais au final, le coach a pu se construire le contingent qu’il voulait.

Luca Scalisi, une très belle page de l’histoire d’Azzurri qui se tourne

Les départs les plus importants? Celui de Luca Scalisi, déjà, doit être inscrit tout en haut de la liste. L’homme qui incarnait sans aucun doute le mieux l’identité d’Azzurri s’en est allé cet été, après avoir largement contribué à faire du club de Chavannes une valeur sûre de 1re ligue. Il avait été décisif lors de la montée à ce niveau à l’été 2013 et depuis, il était indiscutable dans l’axe de la défense. A 30 ans, il a décidé de s’en aller à Cheseaux pour y terminer sa carrière. Avec les seniors ou avec la 3e ligue de Renato Rocha? L’avenir proche le dira, mais une chose est sûre: l’ère Scalisi à Azzurri est bel et bien terminée et c’est une grande et belle page de l’histoire du club d’Antonio D’Attoli qui se tourne.

Fc Azzurri 90 Lausanne vs Fc Fribourg 0-0
Luca Scalisi

Juan Manuel Parapar et Nicolas Marazzi s’en vont aussi

Autre départ, celui de Juan Manuel Parapar. L’Espagnol était moins emblématique que Scalisi, mais il est l’un des tout meilleurs joueurs offensifs de 1re ligue et il s’est engagé avec Guin, où la qualité de sa patte gauche fera fureur. Capable de toutes les fulgurances, mais aussi parfois d’une nonchalance qui peut être agaçante, « Para » est un joueur irrégulier, mais très souvent décisif. Il manquera à Azzurri.

Enfin, on signalera encore le départ de Nicolas Marazzi, qui s’en va au FC Printse-Nendaz, en 3e ligue. Après sa carrière tellement riche, l’ancien milieu de terrain du FC Sion, d’Yverdon et du LS met donc le football de côté et son apport à Azzurri mérite lui aussi d’être salué à sa juste valeur. Il a décidé de retourner en Valais et absolument personne ne peut lui en tenir rigueur, à 35 ans et après avoir tout donné avec le professionnalisme et l’humilité qui le caractérisent.

Parmi les autres départs, le latéral Vito Preite s’en va à Bavois (Promotion League). Le défenseur central Flavio Cassara retourne à Guin, tout comme le gardien Claudio Gentile, qui retrouve le FC Crissier. Les destinations d’Enes Fermino, Ndiaw Ndiaye et Marco Gabriele ne sont pour l’heure pas connues.

Treize joueurs ont passé l’été, c’est tout

Voilà pour les départs, qui ont donc été conséquents. En clair, Patrick Muller et Antonio D’Attoli n’ont gardé que 13 joueurs de la saison dernière. Dans l’ordre? Les trois gardiens Dominique Quillet, Daniel Passera et Alan Cavin. Les défenseurs Roberto Elefante, Loïc Ombala et Rolling Iyeti. Les milieux de terrain Salou Galokho, Adam Waidi, Nabil Souni, Bradley Bavueza et Stevo Gasic, sans oublier les deux jeunes Omar El Khatib et Luca D’Attoli, qui font pleinement partie du contingent. 13, le compte est bon.

Quatre nouveaux défenseurs

Pour arriver à un contingent de 23 joueurs, il a donc fallu recruter. L’arrivée la plus spectaculaire est sans contestation possible celle de Guilherme Afonso, l’attaquant venu d’Angola et buteur en finale de la Coupe de Suisse 2009. Sinon? « On a envoyé toutes les feuilles lundi », précise Patrick Muller. Tout est donc officiel et il y a plusieurs visages connus parmi les nouveaux. On commencera par Andy Coendet, l’ancien latéral du Stade Nyonnais, qui vient de passer une année au SC Kriens (Promotion League). Il postulera évidemment à une place de titulaire sur l’un des flancs de la défense d’Azzurri. Autre arrière latéral, Ludovic Brugirard, âgé de 20 ans. Le Français arrive de Béziers, dans le sud de la France. Toujours en défense, l’un des jolis coups est le recrutement de Lionel Mallein, l’un des défenseurs les plus solides de Suisse romande. Passé par Naters et Bulle, il formera une charnière de haut niveau avec Roberto Elefante. Il avait fait partie de la formidable aventure de Quevilly (National) en Coupe de France 2012, conclue par une défaite en finale face à Lyon (1-0). Enfin, Azzurri a choisi de recruter Arbesjan Lekiqi, le latéral ou milieu défensif du FC La Sarraz-Eclépens. Un pari tant pour le club que pour le joueur, mais surtout une garantie d’avoir un vrai joueur de vestiaire, irréprochable dans la mentalité et toujours prêt quand on fait appel à lui.

Arbesjan Lekiqi
Arbesjan Lekiqi

Malek Chergui, pas mal d’expérience en France

Voilà pour les nouveaux défenseurs. Au milieu de terrain, Samuel Gomis rejoint le club lausannois. Le milieu de terrain de Lancy, passé par Stade-Lausanne et Monthey, est une valeur sûre à ce niveau et il postulera à une place de titulaire aux côtés d’Adam Waidi. Abdelkarim (dit « Karim ») Seddiq arrive lui du FC Le Locle (2e ligue inter), où il était l’un des meilleurs joueurs. Ce milieu de terrain très combatif a déjà été aperçu du côté du FC Le Mont, il y a quelques années. Autre arrivée, celle de Malek Chergui, un milieu offensif français avec de solides références dans son pays. L’ancien joueur de Valence et de Dijon (deux saisons en Ligue 2) arrive de Cannes.

« Pitchou » Brahimi est de retour

Azzurri a, de plus, recruté deux joueurs offensifs bien connus. Lyazid Brahimi est de retour à Chavannes, après avoir obtenu la promotion en 1re ligue avec La Sarraz-Eclépens. Enfin, Mehmed Begzadic débarque en provenance d’Yverdon Sport.

Lyazid Brahimi
Lyazid Brahimi

Travailler dans la sérénité, le maître-mot

Voilà donc la campagne de transferts d’Azzurri bouclée dans son intégralité, même si un attaquant pourrait encore venir renforcer le contingent de Patrick Muller. C’est à voir, mais Azzurri ne dira pas non à une belle opportunité de se renforcer, sans que ce soit une priorité absolue. Car l’essentiel est ailleurs: construire un bel esprit d’équipe. « C’est indispensable. Je l’ai dit au président, qui est sur la même longueur d’onde: on doit avoir un vrai vestiaire, avec une ambiance », explique Patrick Muller, qui n’a jamais aimé faire les gros titres des médias. « On doit jouer et travailler le mieux possible, sans s’afficher. Je le dis sans crainte: c’est une erreur qu’a fait Azzurri dans le passé, de trop parler. Alors maintenant, le mot d’ordre est clair: on se tait et on travaille! », tranche le coach.

Le premier tour de la Coupe à Genolier

Cette année, c’est sûr, Azzurri veut parler sur le terrain uniquement. Les premières échéances arrivent vite, d’ailleurs. « On a un gros début de saison en championnat », estime Patrick Muller. Dans l’ordre? Guin, Vevey, Yverdon et Echallens. Et au milieu de tout ça, un match de Coupe de Suisse à Genolier-Begnins, où Azzurri a interdiction formelle de se rater. Après ces cinq matches-là, il sera déjà temps de tirer un premier bilan. Mais quoi qu’il arrive, on l’a compris, on n’aura pas droit à de grandes phrases de la part du staff et du comité du club lausannois.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.