«On doit passer par le jeu, comme d’habitude»

«On doit passer par le jeu, comme d’habitude»

Stade-Lausanne-Ouchy se déplace ce mercredi à Zurich pour y affronter United, 3e du groupe 3. Le profil des Zurichois? Une troupe expérimentée, avec plusieurs anciens joueurs de ligue nationale et… un attaquant vaudois, le tout jeune avant-centre serbe Marko Vukanovic. Âgé de 21 ans et formé à Yverdon Sport, « Vuka » est revenu au pays après avoir tenté sa chance du côté de Sabadell, en Catalogne. Depuis le début de l’année, il évolue donc avec ce United ZH, une équipe que l’on connaît mal.

A quelques heures du match aller du premier tour, Andrea Binotto a gentiment accepté de répondre à nos questions. Entretien avec un entraîneur confiant.

 

Coach, dans quel état d’esprit se trouve votre groupe?

Je sens l’équipe très motivée et très concentrée sur l’objectif. Je peux déjà vous dire que la situation est différente de la saison dernière, dans l’approche.

Dans quel sens?

Il y a douze mois, nous étions un peu démunis par rapport aux finales, nous ne savions pas vraiment où nous allions. Nous étions néo-promus, il ne faut pas l’oublier, et on n’avait pas encore pensé à l’avenir, à ce qui se passerait en cas de promotion. On se disait: « Et si on monte, que se passera-t-il? ». Là, tout est clair. Le projet futur est défini et il n’y a pas de questions à se poser: on veut monter.

Ce n’était pas le cas la saison dernière?

Disons qu’on avait envie de jouer les finales, et d’ailleurs on a fait de très bons matches! On est passés tout près, mais cette saison, pour répondre clairement, je sens une cohésion plus forte de la part des joueurs, du staff et du comité. Toutes ces entités-là sont entièrement tournées vers l’objectif commun: gagner les finales, pas simplement les jouer. Même les un ou deux joueurs qui faisaient pas forcément de la Promotion League un objectif personnel, pour des raisons qui leur sont propres, sont quand même à fond dedans. Cela, je le sens vraiment.

Cette Promotion League, justement… Elle ne vous fait pas souci?

Non, au contraire. Le club a clairement annoncé qu’il assumerait la promotion. Je vous le répète, tout est clair, on a déjà discuté. Notre mode de fonctionnement serait proche de celui d’une équipe de 1re ligue, plus que d’une « vraie » équipe de Promotion League, en tout cas la première année. On s’est renseignés, il y a des clubs qui s’entraînent six fois par semaine et donc convoquent leurs joueurs le matin. Cela, on ne pourra pas le faire. On resterait à quatre entraînements par semaine le soir, après le boulot. Il y a aussi des équipes qui fonctionnent comme cela et notre objectif serait alors d’accrocher le maintien en faisant plus de points que ces équipes-là, tout simplement.

Mais la Promotion League, ce sont aussi des déplacements dans toute la Suisse…

Oui, on va passer plus de temps sur la route si on monte, c’est vrai. On découvrirait d’autres horizons, d’autres stades, un autre niveau de jeu… On a envie d’y aller.

Vous êtes qualifiés pour les finales depuis plusieurs semaines et vous avez perdu vos deux derniers matches. Cela vous inquiète-t-il un peu?

Absolument pas, non. Au contraire, ces deux défaites peuvent agir comme une piqûre de rappel, pour nous rappeler que gagner un match, ça ne se fait pas sans le vouloir. Après, il ne vous a pas échappé que beaucoup de choses avaient été modifiées pour ces deux derniers matches. Forcément, les joueurs qui ont débuté avaient moins d’automatismes et j’ai aussi effectué le coaching en fonction des finales, pas des matches à proprement parler. Sinon, jamais je n’aurais sorti Sonny Kok à la mi-temps à Lancy, par exemple. Bref, vous l’avez compris, ces deux défaites ne vont pas nous faire perdre un gramme de confiance.

D’ailleurs, tout le monde a perdu ce dernier match. Vous, La Chaux-de-Fonds, Bavois, Münsingen…

Oui, justement, c’est pour cela que je vous dis que notre capital-confiance reste identique. C’est même plutôt bien d’avoir pu bénéficier de deux matches pour se préparer. Pas de souci, je vous assure.

Aurez-vous tout le monde à disposition? Pas de blessés?

Non, tout le monde est opérationnel à 100%. Je vais pouvoir aligner le onze que je désire pour le match de mercredi.

Si on vous dit que votre équipe est encore plus forte dans le jeu cette saison que lors de la dernière, vous êtes d’accord?

Sincèrement, je ne sais pas.

Vraiment?

Je suis peut-être trop dedans, je ne sais pas… Je suis franc avec vous, je ne me rends pas compte. Ce qui est sûr, c’est qu’on se connaît tous un peu plus. On a aussi plus de solutions défensives, un banc plus long. Sur ces points-là, oui, on est plus forts.

Vous êtes champion de Suisse de 1re ligue pour la deuxième année consécutive, quoi qu’il arrive. Vous faites figure de favoris pour ces finales, non?

Ça, c’est aux autres de le définir. Ce qui est sûr, c’est que l’an dernier, on est arrivés avec une certaine légèreté, et que cette fois, on veut vraiment gagner. C’est la deuxième année que nous disputons ces finales, donc c’est sûr que ne pas les gagner serait plus lourd à digérer pour moi que la dernière fois. Justement, toute la problématique est là: j’ai envie qu’on arrive détendus, concentrés et déterminés. C’est à moi d’insuffler ça, d’être léger, positif et optimiste, tout en sachant bien que notre objectif est clair.

Donc en gros, il y a de la pression, mais vous voulez l’enlever?

Exactement. Léger, positif et optimiste, ce seront mes trois-clés, je les souligne encore une fois.

Cette équipe de United, vous la connaissez?

On m’a expliqué qu’il s’agissait d’une équipe avec une moyenne d’âge assez élevée, aux alentours de 28 ans. Ils ont d’anciens joueurs de ligue nationale, mais je n’ai pas pu aller les voir vu qu’on jouait toujours en même temps. Et comme on a su qu’au dernier moment que c’était contre eux, c’était un peu compliqué, et c’est difficile de trouver des images d’eux. Je n’en fais pas une priorité absolue, mais c’est toujours bien de connaître leurs points forts, les coups de pied arrêtés… L’année passée, on ne connaissait pas Gossau et on a bien maîtrisé les deux matches. J’ai Cela dit, j’ai encore quelques heures pour affiner les recherches et je vais le faire.

Quel est votre programme pour la semaine?

Entraînement lundi et mardi, et départ mercredi vers 14h en direction de Zurich. On va s’arrêter manger vers 16h et coup d’envoi à 20h15. Jeudi, on décrasse, on fait les soins. Vendredi on fait la mise en place et samedi on joue à 17h.

Une semaine bien remplie, donc!

Une semaine de finales!

Vous avez prévu quelque chose de spécial pour la théorie?

Non, non, on garde les bonnes habitudes! Je suis convaincu qu’on doit s’appuyer sur nos forces, et donc qu’on doit passer par le jeu. Voilà le message, sans grande surprise. Après, je me réserve toujours une petite phrase de motivation, pour piquer les joueurs. Je la trouve en général quelques heures avant, c’est quelque chose de personnel, qui doit les toucher au coeur au moment voulu.

 

Premier tour

Mercredi 1er juin

United Zurich – Stade-Lausanne-Ouchy

Bavois – Münsingen (20h)

Delémont – Baden

Grasshopper II – La Chaux-de-Fonds

Samedi 4 et dimanche 5 juin

Stade-Lausanne-Ouchy – United Zurich (samedi à 17h)

Münsingen – Bavois (dimanche à 14h30)

Baden – Delémont

La Chaux-de-Fonds – Grasshopper II

Deuxième tour

Mercredi 8 juin

Bavois ou Münsingen – Delémont ou Baden

Grasshopper II ou La Chaux-de-Fonds – United Zürich ou Stade-Lausanne-Ouchy

 

Samedi 11 juin

Delémont ou Baden – Bavois ou Münsingen

United Zürich ou Stade-Lausanne-Ouchy – Grasshopper II ou La-Chaux-de-Fonds

 

Match de barrage

Jeudi 16 juin

Match de barrage entre les deux perdants des finales. Le vainqueur sera promu en Promotion League.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*