Ombres et Lumières du football vaudois

Ombres et Lumières du football vaudois

La riche actualité du foot vaudois nous a réservé quelques tops et flops marquants.


Lumières

  1. Stade-Lausanne-Ouchy continue à marquer les esprits et son territoire. Samedi, en déplacement à Breitenrain, toujours coriace à domicile, le leader aujourd’hui incontesté a survolé les débats. Avec panache et autorité, il a impressionné et écrasé l’opposition bernoise (4-0). Toujours invaincu, SLO force l’admiration par sa solidité défensive et la meilleure attaque de la division (26 buts). Dans dix jours, la partie face à Nyon vaudra son pesant d’or. En cas de succès, les Stadistes pourraient faire le trou et s’envoler.
  2. Pied du Jura, sans faire de bruit, s’est solidement installé sur le trône de leader du groupe 1. En phase de reconstruction après leur relégation, les « jaune et bleu » ont connu un départ laborieux. Depuis le retour aux affaires de Samy Laubscher, ils surfent sur la vague du succès. Sans spécialement briller, ils viennent de fêter une cinquième victoire de rang, La jeune équipe de Patrick Muller est encore perfectible. Elle devra progresser dans le jeu et la qualité technique, pour espérer retrouver l’étage supérieur.
  3. Ce week-end, malgré leur nouveau triplé, les inarrêtables Anthony Schwyn et Julien Jemmely ont dû céder la vedette à Cristovao Da Luz. Dimanche, le gaucher capverdien et suisse a frappé fort avec un sensationnel quintuplé. Face à un Bex en pleine dérive, il a réussi l’exploit rarissime de marquer les cinq premiers buts d’un ES Malley boulimique (9-0). Cristovao peut avoir des regrets, car il possédait le talent pour donner une autre dimension à sa carrière.
    L’interview de l’attaquant de Malley: Cristovao Da Luz inscrit un quintuplé en 49 minutes
  4. Dans le groupe 6 de 4e ligue, deux formations se tirent la bourre depuis le début de la saison. A ma droite, le FC Yvonand IA, huit rencontres, huit victoires, 44 goals inscrits, cinq encaissés. A ma gauche, le FC Epalinges, même nombre de succès, 37 buts marqués, sept reçus. Ces deux formations dominent le classement et possèdent six unités d’avance sur Etoile-Broye II. Personne n’a encore réussi à contrecarrer les deux équipes. Mais ce week-end, l’une d’elles ou les deux vont perdre des plumes. En effet, samedi sur le coup de 18h, sur le terrain de En Brit, le duo d’entraîneur lausannois, Rade Milicevic et « Gonzo » Dos Santos, fera face à leur homologue Benjamin Wolf. Il s’agit des deux derniers clubs de 4e ligue à avoir gagné tout leur match. Chaud devant!

Ombres

  1. Lausanne Sport, l’équipe phare du canton, peine à justifier ses grandes ambitions et assumer le rôle de favori. Même si Pablo Iglesias, avec son éternel et même discours, se veut rassurant, les supporters, agacés, crient leur amère désapprobation. Sur le plan comptable, la deuxième place actuelle n’est pas forcément une catastrophe. Par contre, le fond de jeu et surtout le contenu présentés déçoivent et inquiètent profondément. Giorgio Contini, déjà controversé, patine dans la mélasse et peine à trouver des solutions et une équipe type. Les patrons d’Ineos, muets à ce jour, feront-ils encore longtemps preuve de patience?
  2. Le Stade Nyonnais, dans une mauvaise phase, s’est à nouveau pris les pieds dans la moquette, face à Bavois, sa bête noire et en net regain de forme (1-0). Après un début tonitruant et un sans-faute convaincant, les « jaune et noir » marquent clairement le pas, en concédant une troisième défaite dans les dernières secondes. Désormais relégués à cinq points du leader SLO, les hommes de John Dragani n’ont plus droit à l’erreur s’ils ne veulent pas connaître une nouvelle désillusion, dans leurs projets de promotion.
  3. LUC, seul club au monde sans buvette, file un bien mauvais coton. L’équipe de Dorigny est sous la barre avec la pire des défenses de 2e ligue (34 buts). Jean-Pierre Tcheutchoua doit régulièrement racler les fonds de tiroir pour remplir la feuille de match. Après les défaites par forfait et quelques cinglantes casquettes, le LUC avait retrouvé le chemin de la victoire. Samedi, les « universitaires » ont explosé en seconde mi-temps face à Concordia, pour se prendre une raclée mémorable (8-1). Le futur s’annonce d’ores et déjà compliqué.
    Notre article sur cette rencontre: Concordia en plante huit avec sept buteurs différents
  4. Bashkimi Vevey. L’année dernière, les Veveysans ont échoué lors des finales de promotion. Après un nul en ouverture contre Azzurri Yverdon, ils ont perdu par deux fois contre Sainte-Croix et Roche. Ces deux défaites consécutives sonnaient le glas des espoirs de montée. La formation de la Riviera ne s’en est jamais remis… Après plusieurs revers en début de saison, elle a décidé de se retirer du groupe 7 de 4e ligue. Dommage!

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*