Nick Amougou, l’homme qui frappe vite

Nick Amougou, l’homme qui frappe vite

« On est encore en vie! Ce soir, il fallait gagner, on l’a fait. » Michel Tachet et le Stade Nyonnais II n’avaient pas le choix en recevant Grandson-Tuileries sur la magnifique pelouse du terrain principal de Colovray: les trois points étaient obligatoires pour continuer à croire au maintien. Il faut croire qu’ils sont assez bien entrés dans le match puisqu’ils menaient 4-0 après… 20 minutes! « Une entame de match catastrophique, oui », pestait Carlos Rangel, le coach d’en face, qui se demande encore où étaient passés ses joueurs de 19h à 19h20. « On était partout, sauf sur le terrain », regrettait le Colombien.

Le Camerounais rejoint Julien Jemmely avec 17 buts

Un qui était bien présent, c’était Nick Amougou. Le Camerounais, que ses papiers appellent Louis Telesphore Amougou, mais que tout le monde appelle « Nick » à Colovray, a inscrit un triplé lors de cette entame de match de feu, s’offrant le luxe de rejoindre Julien Jemmely en tête du classement des buteurs du groupe 1, avec 17 réalisations. Un joli total et un début de match parfait, complété par un but de Mehmed Begzadic, renfort venu de la Une. « Mais ce n’est pas ça qui nous a fait perdre. Ils avaient un ou deux joueurs contingentés avec la première, mais on ne va pas leur reprocher ça. J’ai davantage de soucis avec ce que j’ai vu de la part de mes joueurs, pour tout vous dire », continuait Carlos Rangel.

Nyon II joue le maintien avec « ses » joueurs

Nyon, qui ne pourra plus utiliser aucun renfort lors des trois derniers matches, n’a surtout pas abusé avec le système cette année. L’an dernier, les Nyonnais avaient été critiqués pour avoir mis toute la I face à Genolier-Begnins, mais cette fois, ils ont été très fair-play avec tout le monde. S’ils se sauvent, cette saison, ce sera à 95% avec leurs propres forces. « Mais c’est vrai que dès la prochaine journée, on devra faire avec nos propres gars à 100%, ceux qui s’entraînent régulièrement avec la I, mais n’ont pas joué cinq matches en Promotion League », relève Michel Tachet.

4-0 après 20 minutes, 4-2 à la pause

Avant de penser aux trois prochaines journées, il a bien fallu gagner ces trois points-là et cela a été compliqué, malgré le 4-0 après vingt minutes. « Là, on a un peu arrêté de jouer. Ils ont eu un penalty, que notre gardien a sauvé. On s’est dit que ce n’était pas bien grave, à 4-0… Et puis, sans rien comprendre, il y avait 4-2 à la mi-temps. Et là, c’était une autre histoire! » Même avec deux buts d’avance, les Nyonnais ont tremblé. « Oui, parce qu’on avait la tête dans le sac! On était l’équipe qui venait d’encaisser deux buts et Grandson, qui était mené 4-0, n’avait plus rien à perdre. » 4-2 à la pause, donc.

Huit buts en deux matches pour Nyon II

« La deuxième période? Ils ont marqué le 4-3 vers la 70e, mais on a tenu bon », continue l’entraîneur des Nyonnais. « Ils ont mieux joué que nous, rien à dire. On est revenu avec l’envie, pas avec le jeu », concédait son homologue grandsonnois. Score final: 4-3, et trois points pour Nyon, qui revient à trois longueurs de son adversaire du jour. « Ce qui me fait plaisir, c’est qu’on a enfin concrétisé notre domination. A Chavornay, un match que j’ai encore en travers de la gorge, on perd 2-1 sans que je comprenne comment. Contre Epalinges, la même chose… Bref, marquer huit buts en deux matches et gagner, c’est parfait », toujours selon Michel Tachet.

Un calendrier infernal pour finir

Alors oui, Nyon II est revenu à trois points de Grandson et à deux de Renens, battu par Epalinges au Censuy (0-2). Le maintien est dans le viseur, mais le seul problème tient au calendrier, puisque les Nyonnais vont affronter successivement LUC-Dorigny (3e), Genolier-Begnins (2e) et Lutry (4e)! Il faudra un grand Nick Amougou, c’est sûr, car ces trois équipes-là, toujours en course pour les finales, ne lâcheront rien. « C’est clair que ça s’annonce compliqué. Il faudra en gagner en tout cas deux pour espérer quelque chose. Mais on est encore en vie, comme je le dis depuis le début. Mon slogan? Rendre possible l’impossible. C’est joli, non? J’étais assez fier de moi en trouvant ça », rigole l’entraîneur des jeunes Nyonnais.

La première a battu Bâle M21 un peu plus tôt

Ce succès est venu conclure une magnifique journée pour le Stade Nyonnais puisqu’un peu plus tôt, sur le même terrain, la première équipe a battu Bâle M21 (3-1). Un succès de prestige acquis grâce à un doublé de Dylan Dugourd et un but de Hugo Fargues, qui permet aux Nyonnais de mettre fin à une vilaine série de quatre défaites consécutives et d’espérer bien terminer une saison admirable en Promotion League.

Categories: 2e ligue

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.