Napoli Vevey vise encore plus haut

Napoli Vevey vise encore plus haut

« Bien sûr qu’on est surpris! En montant en 3e ligue, on a décidé de se renforcer pour être à l’aise à ce niveau et ne pas devoir craindre une relégation immédiate. Si on m’avait dit qu’on serait leader à la trêve avec neuf points d’avance sur le troisième, j’aurais eu de la peine à y croire », admet volontiers David Schwendi. Joueur jusqu’à l’année dernière, il est devenu l’entraîneur principal de Napoli à l’été 2014, une fois la montée en 3e ligue acquise. « Mon âge? J’ai 30 ans! Je sais, c’est un peu jeune pour arrêter, mais quand je vois les joueurs qu’il y a sur le terrain, je me dis que ça va trop vite. Je joue désormais avec la II, en 5e ligue », sourit-il. Joao Das Dores est donc désormais le coach de Napoli et David Schwendi l’entraîneur. « On travaille ensemble. Pendant les matches, vous n’entendez que lui, car il est de loin plus expansif que moi. Je suis un peu plus calme, on va dire », sourit le trentenaire.

Neuf victoires en onze matches au premier tour

S’il ne s’attendait pas à voir son Napoli aussi vite tout en haut, c’est que le club arrive de… 5e ligue. « C’est juste, nous y étions il y à peine 18 mois. On est montés directement en 4e et en 3e », rappelle-t-il. A ce niveau, des équipes comme Saint-Légier, Atlantic, La Tour-de-Peilz ou Azzurri Riviera lui semblaient au dessus. « Sincèrement, oui, je pensais qu’on serait vers eux, mais en tout cas pas devant. Le niveau est vraiment bon, je trouve que ça n’a plus rien à voir avec la 3e ligue d’il y a quelques années », explique-t-il. Pourtant, à mi-championnat, Napoli est un confortable leader. « On est vraiment bien, oui. On a gagné quelques matches avec de la réussite, comme à Roche, mais globalement, ça va », estime l’entraîneur en chef.

« Etre plus concentré contre les équipes du bas »

Napoli, en onze matches, a en effet gagné neuf fois, s’inclinant à deux reprises. Le nom de ceux qui ont réussi à faire tomber la muraille napolitaine? Montreux-Sports II (8e) et La Tour-de-Peilz (4e). Dix buts encaissés et vingt-sept marqués, la moyenne est bonne. Où se trouve donc la marge de progression? « Un peu partout! Je dirais surtout qu’on doit être plus attentifs et concentrés contre les équipes a priori à notre portée. On a toujours eu de la peine contre elles, allant même jusqu’à perdre contre Montreux. » Logiquement, Napoli est au taquet pour les « gros » matches, oubliant que les points à prendre sont les mêmes quel que soit le niveau de l’adversaire. « Au deuxième tour, j’aimerais vraiment que l’on insiste là-dessus, surtout qu’on va finir contre les équipes de tête. Il faudra faire des points avant. » Le calendrier est en effet ainsi fait que Saint-Légier (2e), Azzurri (3e) et La Tour (4e) seront affrontés dans les quatre dernières journées.

Trois départs, dont Micky Custodio…

Le point positif? Si Napoli continue sur ce rythme, il aura assuré sa qualification pour les finales avant même ce sprint final. Pour cela, il ne faudra pas perdre de points bêtement, mais les Veveysans, qui jouent à domicile sur le terrain synthétique de La Veyre, ont semble-t-il compris le message de leur entraîneur. Les finales sont à ce prix. Seul coup dur de l’hiver, le départ de trois joueurs, dont le prolifique attaquant Michael Custodio, reparti à Montreux. « Il était arrivé l’été dernier, mais quand Montreux a voulu reformer sa ligne d’attaque pour se sauver, il a dit oui. On ne lui en veut pas, c’était déjà très bien de l’avoir au premier tour », explique David Schwendi. Les deux autres départs? Wilson Monteiro et Bruno Albuquerque.

… mais huit arrivées

Mais Napoli ne sera de loin pas démuni pour ce deuxième tour, avec pas moins de huit arrivées au contingent, dont celles de juniors. Les plus importantes? Citons déjà Robi Basque, Gianluca Calligari et Tiago Cochard, qui arrivent tous trois de Villeneuve. Franck Atangana quitte Vevey II, tandis que Marcos Andre Guerreiro débarque de Saint-Légier. Enfin, Jérémy Pereira, laissé libre par l’AF LUC-Dorigny, revient dans sa région d’origine. Du lourd, donc, surtout que les cinq premiers nommés proviennent d’autres équipes du groupe 2. « C’est comme ça, on se transfert les joueurs parmi », sourit l’entraîneur de Napoli. Comment ces arrivées massives ont-elles été rendus possibles? « Je pense que le fait que l’on soit premier nous rend attractif. La dynamique est bonne et quand nos joueurs proposent à leurs copains de venir, ils acceptent plus facilement maintenant que l’on est leader de 3e ligue. » La Riviera est petite et beaucoup d’équipes jouent à Vevey. Les contacts sont fréquents entre les joueurs des sites de Coppet et de La Veyre et les transferts facilités par cette proximité. Entre Azzurri Riviera, Atlantic Vevey et Napoli, les équipes communautaires sont nombreuses et Napoli n’a d’ailleurs plus rien, ou pas grand-chose, d’italien. Les temps ont changé.

Une bonne adresse sur la Riviera

Reste que Napoli devient gentiment une bonne adresse sur la Riviera. « On a un bon état d’esprit, un groupe sympa. Les gens le savent bien. » Tout a commencé il y a deux ans lorsque Joao Das Dores a émis le désir de gravir rapidement les échelons. Beaucoup de bons joueurs l’ont rejoint, dont David Schwendi lui-même. « Joao avait été mon entraîneur en juniors à La Tour, et j’avais même joué avec Josué en A Inter, même s’il est plus jeune que moi. Quand il m’a proposé de le rejoindre, j’étais à Atlantic. J’ai dit oui et l’aventure pouvait démarrer », continue le jeune entraîneur.

Deux équipes de juniors ont été créées

Alors, troisième promotion en trois ans pour Napoli? « On n’y pense pas encore », assure-t-il, sans qu’on soit tout à fait obligé de le croire. Une preuve? Si le club est encore largement perfectible au niveau des structures internes et que beaucoup de choses sont à construire (« Pour l’instant, on fait tout à deux ou trois, que ce soit l’administratif, la recherche de sponsors… »), les équipes de juniors requises pour monter en 2e ligue (deux au minimum) sont en place. « On a désormais des B et des D », explique David Schwendi. La II, en 5e ligue, vise la promotion, même si là non plus rien n’est fait: « On aimerait réduire l’écart entre nos deux équipes. Certains joueurs, qui sont envoyés en 5e ligue, ont parfois de la peine à le comprendre, mais ça va de mieux en mieux ». Tout est en place, donc. La 2e ligue, Napoli en a d’ailleurs déjà eu un avant-goût, puisque Forward Morges est venu s’incliner à La Veyre en Coupe vaudoise cette année, avant que Concordia ne vienne difficilement éliminer les Veveysans. De quoi donner des idées…

 

Trois départs

Micky Custodio, Wilson Monteiro, Bruno Albuquerque.

Huit arrivées

Robi Basque, Gianluca Calligari, Tiago Cochard, Franck Atangana (Vevey), Marco Andre Guerreiro (Saint-Légier), Jérémy Pereira (LUC-Dorigny)

 

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*