Muchas gracias, «El Rifle»!

Muchas gracias, «El Rifle»!

lLe Lausanne-Sport a bien joué au football ce lundi, comme très souvent depuis que Fabio Celestini en est l’entraîneur. Des belles phases de jeu, il y en a eu, mais le LS s’est heurté à un double-problème. Déjà, le FC Aarau, son adversaire du soir, était très solide. Les Argoviens, invaincus en 2016, sont une belle équipe et l’ont prouvé ce lundi. Ils n’ont pas été géniaux, mais ils ont laissé peu d’espaces aux Lausannois et, surtout, ils ont bien défendu, tout en se montrant dangereux sur coup de pied arrêté. Voilà pour le premier problème. Le deuxième? Les Vaudois étaient privés de leur avant-centre, Pak Kwang-Ryong. Le Nord-Coréen, blessé, était bien présent à la Pontaise, mais pour signer des autographes sous la cantine avant le match. Sur le terrain, là où il est très utile depuis son arrivée, il a manqué. Cruellement. En six matches de championnat, il avait frappé six fois, c’est-à-dire exactement une fois par match, ni plus ni moins. Alors, quand il a constaté que ni Andi Zeqiri (de la 1re à la 63e) ni Kevin Mendez (de la 63e à la 80e) n’arrivaient à bouger la charnière composée de Juan Pablo Garat et Stéphane Besle, un vrai axe de Super League, Fabio Celestini a décidé de lancer Walter Pandiani dans la bataille.

A 39 ans, il a joué ses dix minutes avec l’enthousiasme d’un gamin

Le public de la Pontaise ne s’y attendait pas, d’ailleurs, mais au vu la difficulté du LS à se montrer dangereux, l’entrée de l’Uruguayen semblait une bonne décision. Lui, d’ailleurs, a sauté sur le terrain, prêt à mordre dans chaque ballon. A 39 ans, il a joué avec l’enthousiasme d’un gamin, et a mis beaucoup d’intensité dans les dix minutes passées sur la pelouse. Il n’est pas entré parce que le LS était mené, d’ailleurs. Cela faisait déjà un moment que Fabio Celestini avait décidé de le faire aller sur le terrain, et c’est de la touche, à côté du quatrième arbitre qui avait déjà inscrit son numéro sur le panneau lumineux, que Pandiani a vu Juan Pablo Garat inscrire le 0-1, d’une reprise à bout portant sur corner.

Au lieu d’entrer à 0-0, il allait donc devoir batailler à 0-1. En clair? Encore moins d’espaces, encore moins de prises de risque de la part des Argoviens. Et donc une tâche encore plus difficile pour un adversaire. Mais lui ne s’est posé aucune question: il a mordu dans ce match.

Les anciens s’impliquent vraiment dans ce projet

Et là réside le secret de ce LS 2015-2016, précisément dans cette envie et cette détermination de chacun de ses joueurs. Walter Pandiani, c’est sûr et certain, n’est plus le buteur qu’il était entre 2000 et 2004, quand il enflammait l’Espagne chaque week-end. De la même manière que Xavier Margairaz n’est plus l’international suisse que l’on a tant admiré et qu’Arnaud Bühler ne va pas signer à Liverpool au prochain mercato. Ce n’est pas leur faire injure que de dire cela, c’est la vérité, et c’est d’autant plus à leur honneur de voir l’énergie et l’implication qu’ils mettent dans ce projet du LS, tant dans la vie de groupe que sur le terrain. Non, Walter Pandiani n’est pas là que pour faire des barbecues, comme l’avaient insinué certains médisants.

La Pontaise a vu passer tellement de stars sur le retour, à moitié retraitées et à moitié en vacances. On ne va pas donner de noms, tant tout ceux qui ont fréquenté le Stade Olympique ont des exemples précis en tête. « El Rifle », lui, n’est pas titulaire et n’entre même pas à tous les matches, mais il est exemplaire, et ce mot n’est pas galvaudé. Son entrée le prouve. Il a été déterminé et décisif. Et c’est déjà énorme.

Au bon endroit, au bon moment

Il a commencé par tout rater, pourtant. Une belle occasion gâchée par un hors-jeu évitable (82e) et un coup-franc envoyé quelque part entre le Bois-Mermet et le Bois-Gentil (89e), voilà ses deux premiers faits d’armes. Mais, bien sûr, il avait gardé le meilleur pour la fin, comme les grands artistes. Un dernier corner d’Olivier Custodio, un brin de malice d’El Rifle, qui a poussé Steven Deana juste ce qu’il fallait, et il a pu marquer le but du 1-1, de près. La grinta a payé et le buteur, celui qui a tant marqué en Champions League, avait débloqué son compteur en Challenge League au meilleur moment. Merci monsieur. Il le fallait, car le LS, on l’a dit, peinait à se montrer dangereux face à une équipe argovienne qui serait revenue à neuf points du leader en cas de succès. Cela n’a pas été le cas, tant mieux. Wil est cependant à quatre points maintenant, mais le LS a un match en retard à disputer, à Schaffhouse.

Une qualité de jeu qui fait le tour de la Suisse

Le LS a-t-il mérité ce point? Oui, sans aucun doute. Les Lausannois ont été la meilleure équipe sur le terrain, eux qui sont restés fidèles à leurs principes de jeu, sans jamais se renier. Sur le long terme, cela ne peut être que payant et cela contribue à donner une belle image du club tant dans le canton qu’à l’extérieur. L’Aargauer Zeitung a ainsi consacré une page au Lausanne-Sport ce lundi, jour du match, expliquant dans les détails la « Fussball-Revolution » mise en place à la Pontaise. Comme quoi, le travail effectué au quotidien trouve un écho partout dans la Suisse.

Fabio Celestini n’est pas d’accord avec les sifflets adressés à Kevin Mendez

A ce sujet, Fabio Celestini a tenu à prendre la défense de son attaquant uruguayen Kevin Mendez, jugé « coupable » par le public de la Pontaise de trop porter son ballon et de chercher la solution individuelle un peu trop souvent. Des sifflets se sont même faits entendre en deuxième période alors que l’attaquant, c’est vrai, avait perdu un ballon à 25 mètres du but argovien, ayant tenté sans succès de dribbler un défenseur.

Fabio Celestini n’a pas aimé et le dit sans faire de détours: « Franchement, c’est un gamin de 20 ans, même pas, qui tente des choses, comme je le lui demande, avec ses qualités, et qui se fait siffler quand il les rate… J’ai de la peine à comprendre cela. Si on n’a pas un joueur de son profil, on manque de percussion, il nous apporte ce grain de folie, ce jeu direct. En première période, il lance Numa Lavanchy vers le but, il nous apporte notre meilleure occasion sur un coup de patte. Mais qu’il continue à essayer, surtout! C’est quand même fou: on se plaint qu’on n’a pas assez de joueurs créatifs en Suisse et dès qu’on en a un, il se fait siffler. Je ne dis pas ça pour moi, mais pour lui. Le gamin, maintenant, je dois lui remonter le moral dans le vestiaire et lui expliquer que c’est comme ça ici… Mais je ne vais pas lui demander de changer son jeu, ça c’est clair. » Le message est passé.

Fc Lausanne Sport vs Fc Aarau 1-1

Toutes les images du match en cliquant ici

La vie sans Pak, c’est possible

Le Lausanne-Sport a donc arraché un point à la fin du match et a prouvé qu’il pouvait donc marquer même sans Pak. Il faudra s’y habituer, sans doute, car Fabio Celestini est toujours dubitatif quant à la durée de l’indisponibilité de son avant-centre, blessé avant de rejoindre la sélection de Corée du Nord la semaine dernière, mais qui a quand même joué avec les «Chollimas».

«Franchement, c’est impossible à dire. Il a passé une semaine difficile, avec beaucoup de décalage horaire pour aller en sélection. On doit observer son évolution ses prochains jours. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne jouera pas tant qu’il est à 95%. Avec l’effectif que l’on a et la concurrence qui existe, celui qui est sur le terrain doit être en pleine possession de ses moyens», a posément expliqué l’entraîneur du LS. En plus, Pak s’est fait… cambrioler vendredi dernier! Le mieux serait quand même qu’il ne rate pas trop de matches car il a déjà prouvé, en à peine deux mois, qu’il était le finisseur idéal pour cette équipe lausannoise.

Andi Zeqiri incarne l’avenir, pas encore le présent

Ce lundi, le grand Nord-Coréen n’était cependant pas là et était remplacé par Andi Zeqiri. On fonde de grands espoirs en lui, bien sûr, et on n’oublie pas qu’il n’a pas encore 17 ans. Il nous a impressionné depuis le premier jour où on l’a vu et on a l’écrit à plusieurs reprises ici-même. Ce jeune homme a un talent fou et, surtout, il a une intelligence de jeu et personnelle qui font qu’on l’aime déjà et qu’on sait pertinemment qu’il va réussir. Mais l’attaquant, né en 1999, est cependant une promesse aujourd’hui, pas un avant-centre capable de peser sur une défense. Ce lundi, il a souffert face à Juan Pablo Garat et Stéphane Besle. C’est tout à fait normal et cela n’enlève rien à ses qualités, mais le LS arrive dans une phase, ce printemps, où il ne peut pas se permettre de penser à demain.

Zeqiri, avec tout le bien que l’on pense de lui, et tous nos lecteurs savent le potentiel que l’on croit lui déceler tant sur le plan du jeu que de la personnalité, ne peut pas mener l’attaque à lui tout seul aujourd’hui. Et comme Walter Pandiani ne peut pas enchaîner les titularisations, Fabio Celestini n’a pas trop le choix: il a besoin de Pak. Le plus vite possible.

Fc Lausanne Sport vs Fc Aarau 1-1

Toutes les images du match en cliquant ici

Les hommes du match

Gros match d’Alex Pasche à mi-terrain, comme toujours. Il a ratissé des ballons, joué vers l’avant et beaucoup couru. On a bien aimé Ming Yang Yang aussi. Il a progressé et gagné en volume de jeu, trouvant de plus en plus de solutions offensives. Son activité n’a jamais été un problème, pas plus que son sens de la discipline, mais ce lundi, il a mis du rythme dans ce qu’il faisait et créé beaucoup de décalages. Mention très bien à Xavier Margairaz, aussi. Aligné durant 90 minutes, il a perdu très peu de ballons. Discret offensivement, mais très précieux à la construction, il est souvent redescendu très bas pour orienter le jeu.

Les prochains rendez-vous

Chiasso reçoit Lausanne le dimanche 10 avril à 15h.

FC Lausanne-Sport – FC Aarau 1-1 (0-0)

Buts: 80e Garat 0-1; 90e Pandiani 1-1.

Arbitres: M. Adrien Jaccottet, assisté de M. Raffael Zeder et de M. Benjamin Zürcher.

LS: Castella; Lavanchy, Elton Monteiro, Manière, Gétaz; Custodio, Ming (75e Sessolo), Pasche; Margairaz, Mendez (80e Pandiani); Zeqiri (63e Marazzi).

Entraîneur: Fabio Celestini

Aarau: Deana; Nganga, Besle, Garat, Jaggy; Peralta (85e Martignoni), Carlinhos (80e Perrier), Jäckle, Radice (73e Romano); Lieder, Rossini.

Entraîneur: Marco Schällibaum.

Stade Olympique de La Pontaise, 3550 spectateurs.

Fc Lausanne Sport vs Fc Aarau 1-1

Toutes les images du match en cliquant ici

Categories: Football d'élite