Le Mont doit se reprendre, Nyon veut confirmer

Le Mont doit se reprendre, Nyon veut confirmer

« Je suis très fâché de notre match à Köniz. Il faut savoir ce que les joueurs veulent. Moi, je sais où on veut aller. Le club a fait d’énormes efforts pour demander la licence en Challenge League. Est-ce que les joueurs le comprennent? J’espère. En tout cas, ce qu’ils ont montré à Köniz me fait penser qu’ils n’ont pas compris. » Serge Duperret aime dire ce qu’il pense et n’hésite pas à mettre la pression sur ses joueurs, dont il n’a pas aimé l’attitude durant la défaite à Köniz (2-0), samedi dernier. « La licence est en bonne voie, on a des retours favorables de la Ligue, même si rien n’est fait. Mais il faut terminer devant maintenant!! »

Le choc face à YF Juventus, samedi à 17h30

Toujours leader de 1re ligue Promotion, le FC Le Mont n’a pas bien commencé l’année, c’est un fait. Le revers à Bâle (6-1) n’est pas un scandale en soi, tout comme le fait de perdre à Köniz, qui est une équipe ambitieuse et qui a d’ailleurs également demandé la licence. Les quatre formations ayant effectué les démarches sont d’ailleurs connues: Etoile Carouge, Köniz et YF Juventus. Ca tombe bien, ce sont les Zurichois qui se déplacent au Mont samedi, à 17h30. « Si on joue comme à Köniz, on n’a aucune chance. J’ai vu deux joueurs se battre: Claudio Gentile et Florian Gudit. Si toute l’équipe avait joué comme ces deux garçons, on s’en serait sortis. On verra samedi comment l’équipe réagit, s’il faut utiliser la carotte ou le bâton. » Un vrai coup de gueule présidentiel.

Le Mont a une vraie force morale: il est temps de s’en servir

Car samedi, l’enjeu est d’importance, puisqu’YF Juventus, on l’a dit, vient au Châtaignier. Avec le même nombre de points que Le Mont, mais un match en moins, les Zurichois sont de sacrés clients. L’an dernier, ils avaient lâché la promotion au profit de Schaffhouse et, cette année, ont émis le souhait d’aller jouer à Winterthour en cas de promotion, là où Le Mont a chois Baulmes. Mais, selon quelques bruits de couloir, la Ligue ne verrait pas d’un bon oeil deux équipes de Challenge League jouer dans le même stade… A voir, mais l’essentiel n’est pas là pour les joueurs de Claude Gross: c’est bien sur le terrain, là où ils ont construit leurs succès du premier tour, qu’ils doivent montrer leur qualités. On a assez vanté ici la force morale de ce groupe et son caractère. C’est maintenant que les vents sont contraires, même si, de nouveau, Le Mont est toujours leader, que les guerriers doivent se révéler.

Nyon peut se mettre quasiment définitivement à l’abri samedi à Kriens

Voilà pour les Montains. L’atmosphère est tout autre du côté de Colovray, où l’heure est plus que jamais à l’émotion. Le Stade Nyonnais a « gagné pour sa présidente » face à Sion M21 samedi dernier, se montrant très convaincant. Cette victoire a validé le bon travail fait en préparation, et les joueurs ont su se concentrer sur le terrain, malgré la peine. Samedi, ils se déplaceront au Kleinfeld y affronter un SC Kriens absolument pas serein. Les Lucernois sont 12e, derrière Nyon (11e), et viennent de prendre une belle claque sur le terrain d’YF Juventus (5-0). Ils ne sont que sept points au dessus de la barre.

Nyon a une belle carte à jouer: en s’imposant là-bas, le maintien serait assuré à 95%. Et même en cas de match nul, l’opération serait très bonne. Il n’y aura qu’un seul relégué cette saison, puisque Bellinzone descendra d’office. Et Nyon a 13 points d’avance sur Saint-Gall II, alors qu’il reste 12 match aux Saint-Gallois et 11 aux Vaudois: il faudrait un cataclysme, que l’on ne souhaite surtout pas voir arriver. Et si d’aventure les jeunes Saint-Gallois avaient la mauvaise idée de se mettre à gagner des matches, il y a encore trois équipes entre Nyon et SG II: Kriens, Breitenrain et Old Boys.

C’est désormais en coulisses que le Stade Nyonnais devra affronter de vrais problèmes, une fois la période de deuil passée. Le meilleur moyen que les joueurs ont pour aider le club est de gagner des matches. Ca tombe bien, ils ont commencé à le faire. Qu’ils continuent, surtout.

Auteur