Le Mont pourra jouer en Challenge League

Le Mont pourra jouer en Challenge League

Pour tout dire, on s’attendait plutôt à trouver un Serge Duperret serein au téléphone lundi, à l’heure d’évoquer la bonne nouvelle de la journée: l’obtention de la licence III pour le FC Le Mont. En clair, le club des hauts de Lausanne a de grandes chances d’obtenir la promotion en Challenge League d’ici quinze jours, puisque son seul rival, désormais, se nomme Carouge, qui compte 4 points de retard à deux journées de la fin. Köniz et YF Juventus? Ils n’ont pas eu la licence. Alors, heureux, Serge Duperret? Oui et non, mais plutôt non.

Serge Duperret: « J’ai fait 50% du boulot! Aux joueurs de faire leur part »

La raison de cette humeur incertaine? Les derniers résultats de son équipe, évidemment. « En obtenant la licence, j’ai fait 50% du boulot! Aux joueurs de faire leur part maintenant! Ils doivent sérieusement élever leur niveau et comprendre le boulot énorme qui a été effectué pour obtenir cette licence! Un boulot énorme, j’insiste. Quand vous voyez que Köniz et YF Juventus ne l’ont pas obtenues et que Le Mont l’a, ça vous donne une idée de l’exploit. Mais apparemment, je suis le seul à m’en rendre compte. Dans notre situation, j’attends des gars qu’ils se défoncent. Il nous reste deux matches, je veux qu’ils les abordent avec la même rage que moi! On doit aller chercher cette montée maintenant! Mais je veux qu’ils le montrent, je veux qu’ils entrent sur le terrain comme face à Wil, YB ou Carouge » Serge Duperret dit toujours ce qu’il pense et c’est peu dire qu’il n’est pas très satisfait des derniers matches de ses joueurs, défaits à la maison par Old Boys (2-3) et à l’extérieur par Saint-Gall M21 (2-0), deux semaines après un mortifiant 0-4 à la maison face à Tuggen.

Infrastructures déficientes pour Köniz et YF Juventus

Des quatre clubs de 1re ligue Promotion qui avaient fait la demande de licence, seuls Carouge et Le Mont l’ont obtenue, on l’a dit. Köniz et YF Juventus ont donc été recalés. Selon un communiqué rédigé par la SFL, ces deux clubs ne remplissent pas les critères infrastructurels et ne peuvent donc pas être promus en Challenge League. «La situation pour les candidats de Première Ligue Promotion est difficile parce que les clubs se trouvent pour la première fois confrontés à de hautes exigences», explique Eugen Mätzler, président de l’instance de recours pour les licences. «Il est notamment ardu pour les clubs lorsqu’ils dépendent de tiers pour le domaine des infrastructures. Dans ce cas précis, le règlement n’admet aucune marge de manœuvre concernant la sécurité et les médias électroniques, un fait sûrement dommageable pour les clubs.»

« On va entrer en opération commando »

Carouge, actuellement 5e à 4 points du Mont, peut donc encore espérer monter et Le Mont doit gagner un de ses deux derniers matches pour être sûr d’obtenir la promotion parmi les 20 meilleures équipes de Suisse et du Liechtenstein. Et si Carouge ne gagne pas ses deux derniers matches, il suffirait d’un point au Mont… « Mais tout ça, on s’en fiche! On doit l’emporter sur le terrain, on doit retrouver un état d’esprit conquérant. Pour cela, j’ai envie d’aider mon entraîneur Claude Gross, de l’entourer. Cette semaine, on va travailler tous ensemble, je serais tout près de l’équipe. Comme toujours, mais plus encore. On va entrer en opération commando, comme lors de la semaine avant Chiasso en juin 2009. On va mobiliser tout le monde et je vais me rapprocher de l’équipe. Je vais mettre la tenue de travail, je serai changé, avec l’équipe. Je vais donner l’impulsion nécessaire, je veux être au coeur du groupe pour être sûr que les gars donnent tout. Ce sera avec Claude, j’insiste. »

Claude Gross: « Si le mental suit, les jambes vont suivre »

Du côté de Claude Gross, justement? « On va adapter le programme pour bien récupérer et préparer au mieux ces deux dernières parties. Si le mental suit, les jambes vont suivre. On ne va pas changer grand-chose au fonctionnement habituel et à ce qui fait notre force depuis des mois. Que Köniz ait eu la licence ou pas, on s’en fiche pas mal. On veut terminer premiers de ce championnat et on va le faire. Le reste… » Le reste, il sait comment faire, lui qui a obtenu la dernière promotion, en juin dernier, et amené le club en 1/4 de la Coupe de Suisse. Le mot d’ordre de cette semaine au Mont? Ensemble, tout devient possible. Y compris entrer dans la catégorie très fermée de la Ligue Nationale.

Claude Gross a su créer l’amalgame gagnant

Ce serait une juste récompense pour un staff qui a accompli un travail exceptionnel depuis deux ans, et le mot n’est pas trop fort. Le Mont est aujourd’hui une équipe qui valorise le travail de formation de Team Vaud et qui permet de faire constater que ces jeunes, bien encadrés, ont la possibilité de jouer à un niveau plus qu’intéressant. Le mérite en revient à qui? A Claude Gross, bien sûr, lui qui a eu ces joueurs-là à Team Vaud, mais qui sait comment faire pour les faire passer du monde de la formation à celui de la compétition. Car lui est un homme qui sait comment gagner des matches, il le prouve depuis son arrivée au Mont en ayant réussi à créer un amalgame gagnant entre les joueurs confirmés (N’diaye, Bouziane, Gentile, Domo, Nsilu…) et les jeunes ambitieux.

 Dans le contexte particulier du Châtaignier, il reste 180 minutes pour obtenir une promotion historique. Ce serait celle de Serge Duperret, celle du staff, celle des joueurs. L’union sacrée, c’est pour cette semaine, avec une seule envie commune: battre Zurich II, samedi, le 24 mai, à 16h au Châtaignier.

Auteur