Le Mont bat Granges et attend le redoutable FC Baden

Le Mont bat Granges et attend le redoutable FC Baden

Le Mont a géré son bon résultat du match aller (victoire 0-2 à Granges, voir ici) et s’est qualifié pour le deuxième tour des finales. Mercredi, au Châtaignier (19h30), c’est le FC Baden qui viendra défier les hommes de Claude Gross, avant un match retour qui s’annonce déjà sulfureux dimanche en terres argoviennes. Sur les quatre finalistes de 2e ligue, deux seront donc Vaudois, l’US Terre Sainte et Le Mont!

Terre Sainte a en effet accompli le formidable exploit de battre Cham à l’extérieur (3-4), après avoir concédé le nul à l’aller à Coppet (2-2), et rencontrera Köniz pour une place en 1re ligue Promotion. Match aller mercredi à Köniz et retour dimanche aux Rojalets.

A noter que les deux représentants du groupe 3 (Zug et Cham) ont été éliminés. Restent donc deux équipes du groupe 1 (les deux Vaudois), ainsi que Köniz et Baden (groupe 2). Le Canton de Vaud réussira-t-il l’exploit insensé de promouvoir deux équipes cette saison? Réponse dimanche en fin d’après-midi!

Une finale ne se joue pas, elle se gagne

Face au FC Granges, Le Mont a géré, on l’a dit, et n’a jamais été mis en difficulté. Devant 300 spectateurs, Sid-Ahmed Bouziane et ses coéquipiers n’ont pas été flamboyants, mais ils ont été sérieux. Une fête de tir? Non. L’enjeu est trop important et une finale ne se joue pas, elle se gagne. A ce titre, Le Mont a fait tout juste, en laissant venir des Soleurois qui devaient marquer deux fois, au minimum, pour se qualifier, et en tentant de les planter en contre.

Granges ouvre la marque

Le Mont évoluait dans son 4-2-3-1 classique, lequel lui avait permis de s’imposer à Granges, avec un seul changement (Morganella pour Rego). Le Mont a vraiment des solutions partout. Fabio Rego est blessé? Mamadou Alpha Djallo passe dans l’axe, et Michele Morganella, forfait au match aller, retrouve sa place de latéral gauche. Aucun problème, le FC Le Mont peut faire deux équipes quasiment aussi fortes les unes que les autres, et on exagère à peine. Pourtant, il y a bien eu un frisson au Châtaigner, lorsque Fitim Sadriji a ouvert la marque en première période, alors qu’il ne s’était rien passé de bien notable jusque-là. 0-1 à la 18e, ce n’était pas vraiment prévu au tableau de marche et, ceux qui adorent qu’un plan se déroule sans accroc ont été un peu déçus.

Ange Nsilu était-il hors-jeu pour l’égalisation?

Le Mont a-t-il paniqué? Non. Il y a trop d’expérience dans cette équipe, trop de matches de Ligue Nationale, trop d’habitudes des matches décisifs, pour s’effondrer suite à un but, même en finales de promotion. Au contraire, N’diasse N’diaye et ses coéquipiers allaient élever leur niveau de jeu, jusqu’à l’égalisation d’Ange Nsilu, sans doute hors-jeu de cinquante bons centimètres. La frappe de Marco Gabriele était trop écrasée, et Nsilu traînait au deuxième poteau et pouvait inscrire le 1-1, de près, mais les défenseurs soleurois avaient entièrement raison, à notre avis, de lever le bras pour réclamer une position illicite du numéro 19 du Mont. Bref, 1-1, et Ridge Mobulu, d’une superbe frappe enroulée, aurait même pu inscrire le 2-1 juste avant la mi-temps.

Le match a été plié dès la 53e minute

Le Mont, alors, ne craignait plus grand-chose, car Granges n’avait de loin pas la même hargne qu’au match aller. Les Soleurois ont été trop stériles offensivement, trop peu déterminés, pour bousculer une équipe du Mont absolument sereine. La qualification a été assurée dès la 53e et un corner bien frappé par Sid-Ahmed Bouziane. Mario Sampaio ne l’a pas vu venir et inscrivait un autogoal malheureux. Le suspense? Enterré. Granges devait marquer trois fois pour se qualifier. Dans la dernière demi-heure, les Soleurois n’ont cadré qu’un tir, bien détourné par Claudio Gentile. Tout est dit.

Des remplaçants avec un état d’esprit exemplaire

Quelle solidité défensive, quelle abnégation, et quelle solidarité, tout de même, chez Le Mont! On l’a dit, on le répète, mais le principal mérite de Claude Gross n’est pas de faire bien jouer cette équipe. Il a les joueurs pour, sans aucune discussion, et Sid-Ahmed Bouziane n’a pas besoin qu’on lui apprenne comment amortir un ballon. Le mérite du technicien montain et de son staff est ailleurs: cette équipe-là a une âme, un vrai esprit, qui amène chaque titulaire à se défoncer et à se sacrifier, sans broncher.

A ce titre, les entrées de Micael Martins, de Juan Rodriguez et d’Aziz Demiri sont à signaler. Les deux premiers avaient déjà fait belle impression en quelques minutes au match aller. Rejoints cette fois, par Demiri, lui aussi exemplaire, ils ont apporté ce que l’on attend de joueurs qui ne commencent pas le match: de l’agressivité, de la fraîcheur, de la hargne, sans aucune frustration, même pour Rodriguez, entré milieu défensif, lui le pur ailier. C’est un signe qui ne trompe pas: quand les remplaçants font de bonnes entrées, dans le bon état d’esprit, c’est que le groupe vit bien. Et ça, ce n’est jamais un pari gagné d’avance, avec autant d’individualités. Un autre signe? Ceux qui n’ont pas joué une minute lors de ces finales étaient les premiers à fêter les buts. Cela non plus, ça ne trompe pas.

Il faudra monter d’un cran dans l’intensité face au FC Baden

L’intensité de ce match retour n’a ainsi pas été à la hauteur de celle du match aller. Mais peut-on blâmer Le Mont? Non. Une fois de plus, la gestion du match a été parfaite. Essayer de gagner 4-0? Et pourquoi faire? Seule la qualification compte, et celle-ci a été acquise sans trembler. Sauf, peut-être, de la 18e à la 26e. Et encore… En s’imposant 2-1, Le Mont a rempli son contrat. Il faudra élever le niveau de jeu face à Baden? Sans doute. Mais les Lausannois vont le faire. Ils y seront bien obligés, et ces deux matches promettent beaucoup. L’enjeu est énorme et la tension sera au rendez-vous entre deux équipes dont l’objectif est clair.

Les hommes du match

Ridge Mobulu a constamment cherché à provoquer. Si l’ailier gauche du Mont n’est bien sûr pas passé à chaque fois, il a été une menace pour la défense soleuroise, perturbée par ses appels. Il aurait pu marquer, à deux reprises au moins, mais a manqué de réussite. Il ne s’est jamais découragé et a tenté jusqu’à la dernière seconde. Le contexte du match, avec un FC Le Mont évoluant en contre, aurait du lui être plus favorable, mais il est à créditer d’une bonne partie. Mention très bien également à Mamadou Alpha Djallo. Le Guinéen, déjà solide au match aller comme latéral gauche, a été parfait dans l’axe dimanche après-midi.

Du côté de Granges, on mentionnera en vitesse le capitaine Mario Sampaio, malgré son autogoal. Solide en défense centrale. Bon match également de Vincent Ekoman, le latéral droit.

Les prochains rendez-vous

Le Mont attend donc le FC Baden, mercredi 5 juin au Châtaignier, et dimanche à l’extérieur. Les deux matches de l’année, sans aucun doute. Le FC Granges est, lui, en vacances.

FC Le Mont – FC Granges 2-1 (1-1)

Buts: 18e Sadriji 0-1; 26e Nsilu 1-1; 53e Sampaio, autogoal, 2-1.
Arbitres: M. Dudic, assisté de M. Maire et de M. Rodriguez.
Le Mont: Gentile; Reis, N’diaye, Djallo, Morganella; Kilinc (59e Martins), Rachane (75e Demiri), Bouziane; Gabriele (80e Rodriguez), Nsilu, Mobulu.
Entraîneur: Claude Gross.
Granges: Lapcevic; Hegg, Dedaj, Sampaio, Ekoman; Jelassi, Stauffer; Ndo Zé, Rawyler (46e Bayazi); Leandro (8e Sadriji); Zayas (84e Bala).
Entraîneur: Max Ruetschi.
Notes: Terrain du Chatâignier.

Categories: 1re ligue, FC Le Mont

Auteur