Des jeunes migrants pratiquent le foot en LRF

Des jeunes migrants pratiquent le foot en LRF

Participante à la LRF pour la deuxième saison consécutive, l’équipe « Couleur Respaix » s’est distinguée avec une série de cinq rencontres sans connaître la défaite. Composée de Mineurs non accompagnés issus de la migration, cette équipe a pour but de faciliter l’intégration par le foot.

Imaginé par Stéphane Tercier, chirurgien au CHUV, Sarah Depallens, pédiatre référente pour les Mineurs non accompagnés issus de la Migration (MNA) et Stéphane Cilione, éducateur en formation et ancien entraîneur de juniors à Vallorbe-Ballaigues, « Couleur Respaix » évolue dans le groupe D de la Ligue Romande de Football (LRF). Cette saison, après des débuts compliqués et cinq parties sans victoire, l’équipe a terminé fort avec 11 unités récoltées durant les cinq dernières rencontres.

Joueurs en processus de formation

Cependant, l’aspect sportif n’est pas le plus important. En effet, l’essentiel est de pratiquer le foot, apprendre à bien se comporter et à s’intégrer. D’ailleurs, le Fair-Play est une notion indispensable. « Nous nous faisons un devoir d’être le mieux classé possible dans cette catégorie, détaille l’entraîneur, Stéphane Cilione. La saison dernière, on a fini treizième et cette année, ça a été un peu plus difficile avec un 26e rang. Mais, tout s’est toujours très bien déroulé sur le terrain. »

Afin de correspondre au plus près à ce profil, une sélection est mise en place auprès des résidents de l’un des quatre foyers gérés par l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM). « Les joueurs doivent avoir 16-17 ans, voire 18 ans, selon les cas, explique Renaud Villé, chef d’équipe social. Chaque jeune, qui fait partie de cette aventure, doit être dans un processus de formation et doit avoir un comportement exemplaire. » Le niveau footballistique n’est pas un critère. « Les débutants sont acceptés, tant qu’ils adhèrent au projet. » Ce dernier, pour être en accord avec les conditions de la LRF, a été regroupé sous une association du même nom.

Dizaine de nationalités, mais une seule langue : le Français

Sur la pelouse, il est parfois compliqué de se comprendre avec tant de nationalités représentées : afghan, guinéen, somalien, érythréen, marocains ou sierra-léonais… « Cependant, et afin de faciliter l’apprentissage de la langue, toutes les consignes sont données en français dans le vestiaire comme sur le terrain », précise Stéphane Cilione. Les qualités qui ressortent de cette formation sont la condition physique et la vitesse. L’aspect tactique et l’expérience sont des éléments à travailler.

Couleur Respaix discussion d'avant-match

Plusieurs anciens migrants font partie de l’encadrement de « Couleur Respaix ».

Le renouvellement de l’effectif est également un souci, car chaque année, de nouveaux immigrés intègrent l’équipe. « Il s’agit d’un problème pour moi en tant qu’entraîneur, mais il faut relativiser. Chaque début d’année, on recommence les mêmes exercices, on évalue les joueurs présents, et surtout on explique que tout le monde ne peut pas être attaquant et marquer des buts », rigole l’ex-homme fort de l’École des Arches. A force d’abnégation et de travail, le deuxième semestre est toujours mieux géré comme le prouvent les derniers résultats.

L’association du LS et la ville collaborent

La ville de Lausanne participe à l’épanouissement des MNA avec la mise à disposition d’un terrain à Chavannes-près-Renens et une salle de gymnastique pour l’hiver. Les jeunes migrants peuvent ainsi s’exercer deux fois par semaine. « L’association du Lausanne-Sport contribue également au projet avec un apport matériel », ajoute Renaud Villé. Le Bureau cantonal pour l’intégration des étrangers et la prévention du racisme est aussi partenaire du projet.

L’objectif, outre le côté social, est que les clubs s’intéressent aux joueurs, car dès 18 ans, ils doivent se « débrouiller » sans « Couleur Respaix ». Plusieurs MNA ont déjà trouvé de l’embauche dans plusieurs équipes de la région lausannoise et certains sont plus que prometteurs. Un témoignage supplémentaire, s’il en fallait vraiment un, pour prouver l’utilité de cette équipe via sa valeur sportive, mais surtout émotionnelle et humaine.

Plus d’information: Résultats de « Couleur Respaix » sur le site de la LRF

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*