«Mes joueurs ne méritaient pas ça»

«Mes joueurs ne méritaient pas ça»

Les arrêts de jeu ont débuté voici une minute au Stade de Bouleyres. Le FC Bulle (2e) et le FC Thierrens (3e) en sont à 2-2, un score conforme au déroulement des événements, lorsque M. Benz siffle un penalty pour les Gruériens. La faute? Même les Bullois n’en savent rien! « Leur capitaine m’a demandé qui avait fait une faute et où », grinçait Jérôme Ruch. Le « fautif »? Apparemment Eddison Pineda, « coupable » d’une poussette, sur un coup de pied arrêté. M. Benz siffle donc penalty, et expulse l’Equatorien pour un deuxième avertissement. Une décision ultra-sèvère qui offre la victoire aux Bullois, complètement miraculés sur ce coup-là, et qui ont fêté ce 3-2 avec des provocations absolument déplacées et outrancières. On conseillera notamment au soigneur gruérien, complètement déchaîné, d’utiliser un ou deux calmants si d’aventure il en possédait dans sa trousse. Sinon, on lui suggère vivement d’en acquérir quelques-uns.

Un carton jaune pour voie de fait

« Mes joueurs ne méritaient pas cela. Vraiment pas! Ils ont préparé ce match comme il le fallait, tout le monde se réjouissait de venir affronter une grande équipe dans un beau stade et on se fait voler comme ça… Il y a de quoi être déçu », fulminait, à raison, Patrick Muller. En fait, deux décisions arbitrales plus que discutables ont fait pencher la balance en faveur du FC Bulle.

La première, 30 minutes avant le penalty-cadeau de la 90e? Une gifle sur la nuque de Jonathan Roder infligée par Micael Da Silva à la 60e. L’arbitre central n’a rien vu. Jusque-là, pas de problème, il a le droit de ne pas tout voir. Mais lorsque l’arbitre-assistant l’appelle, lui signale le cas, mais ne lui dit pas clairement que le rouge s’impose, il est permis de s’insurger. Da Silva, auteur du 2-1, s’en tire avec un jaune et Duillio Servadio, l’entraîneur du FC Bulle, bien conscient que cette décision était un cadeau, sortait son milieu de terrain dans la foulée… Bien joué de la part de l’entraîneur gruérien, très malin sur ce coup-là. « C’est le tournant du match. Une voie de fait, c’est rouge à 100%! Là, il n’a pas osé. A 11 contre 10, on aurait sûrement fait la différence », pestait Patrick Muller.

Deux faits de match qui sont des tournants

Un peu plus de nuance de notre part? Non, désolé. Ces deux faits de match sont des vrais tournants et le problème, c’est que les deux fois, ils ont été largement défavorables aux Thierranais pour des raisons que l’on peine à s’expliquer. Sincèrement, on aurait aimé parler d’autre chose que d’arbitrage pour commenter ce choc, mais ce n’aurait honnêtement pas été possible tant M. Benz, samedi, a décidé du sort de la rencontre. Dommage, car Bulle et Thierrens ont livré une partie splendide, avec énormément d’intensité et d’agressivité. Les Bullois, en première période surtout, ont montré de très belles choses, à l’image de Simon Chatagny sur le côté gauche. Ils méritent sans doute d’être là où ils sont, mais le FCT était au niveau de ce qui était un choc au sommet. On le rappelle: avec six points de retard sur Bulle, le FCT serait revenu dans la course à la promotion en cas de victoire.

Jérôme Ruch est en forme et le prouve

« On a eu de la peine à entrer dans la partie. Le grand terrain ne nous a pas permis d’avoir nos repères tout de suite, mais on est montés en puissance », estimait Guillaume Pasche. Vrai. L’ouverture du score de Simon Chatagny à la demi-heure de jeu était logique et magnifique. Son dribble sur Valentin Piot était une parfaite réussite et Thierrens payait une entame de match trop timide. L’égalisation de Jérôme Ruch, très en forme en ce début d’année, sortait un peu de nulle part avant la pause. Une frappe de Thibaud Chevalley détournée par le gardien revenait dans les pieds du capitaine joratois, lequel finissait avec sang-froid, quelques secondes avant la mi-temps. Avec ce 1-1 à la pause, le FCT était bien clairement bien payé.

Bashkim Sukaj aurait pu marquer le 3-1 trois fois

Bulle reprenait sa domination dès le retour des vestiaires et Thierrens, alors, passait vraiment un sale quart d’heure. Un but de Micael Da Silva (47e) après un slalom plein axe conclu par une frappe bizarre mais victorieuse et… trois immenses occasions de suite pour Bashkim Sukaj! L’ancien joueur du LS et de Vevey réalisait tout d’abord un coup de tête parfait que Valentin Piot repoussait superbement (56e). Ensuite? Une frappe qui vient frôler le poteau, le touchant même, alors que le gardien du FCT était battu (57e), et un face à face remporté par ce même Piot (63e). Thierrens subissait et aurait pu craquer, là, mais a tenu bon avec un peu de réussite.

Un 2-2 absolument remarquable, tant individuellement que collectivement

Steve Dubey et ses coéquipiers ont alors commencé à mettre le feu et l’étincelle est venue de Nelson Longo, auteur d’un 2-2 remarquable, tant sur le plan personnel que collectif (65e). Coup-franc de Renaud Freymond à mi-terrain. Le pied gauche du latéral trouve la tête d’Eddison Pineda, qui dévie pour Thibaud Chevalley. Celui-ci remet en retrait à Yoann Braun, dont le centre en première intention, splendide, trouve la tête de Nelson Longo. Un peu haut? Rien n’est jamais trop haut pour l’avant-centre du FCT qui allait chercher ce ballon dans les airs et réussissait une merveille de tête lobée sous la latte de Zimmermann! En un mot? Splendide.

Deux objectifs pour terminer la saison

Dans l’enchaînement, Thierrens s’est embrasé, donc. Un coup-franc de Freymond difficilement dévié par Zimmermann (67e), une tête de Longo au dessus (72e) et plusieurs situations chaudes: Bulle souffrait et semblait prêt à craquer avant de se ressaisir en fin de match et d’obtenir ce penalty imaginaire du 3-2… Ultra-rageant pour Thierrens, qui se voyait bien gagner à Bouleyres pour continuer à rêver. Désormais, il n’est plus permis de penser à autre chose qu’à la 3e place et à conserver l’invincibilité à domicile, laquelle date d’octobre 2013. « Il faut remettre les choses en perspective. Bien sûr que c’est affreux et injuste de perdre ici comme ça, mais si l’on regarde la situation d’ensemble, on ne peut être que satisfaits. Etre 3e, jouer ce genre de matches avec un véritable enjeu, c’est déjà énorme pour nous », rappelait, à raison, Patrick Muller. Cela aurait été juste tellement beau que le rêve se prolonge un peu… On a parlé de deux objectifs? Il en reste un troisième, avec ce match de Coupe de Suisse, jeudi à Montreux. Le FCT passera-t-il sa frustration sur le MS? Si oui, on se fait un peu de souci pour les Montreusiens, parce qu’aujourd’hui, elle est immense.

Les hommes du match

Eddison Pineda a été énorme à mi-terrain et il aurait réalisé le match parfait s’il n’avait pas été sanctionné du penalty dans les arrêts de jeu. Il a tout fait juste, notamment techniquement, et manquera beaucoup au FCT lors de la prochaine partie. Vision du jeu, feintes de corps: l’Equatorien est à l’aise avec le ballon. Gros match également de Yoann Braun, comme toujours. Le latéral droit a amené le 2-2 d’un centre parfait et a défendu avec intelligence et caractère. Très fort.

Les prochains rendez-vous

Derby vaudois après les vacances de Pâques et le match de Coupe de Suisse à Montreux, jeudi 2 avril à 20h à Chailly. Le Stade Payerne recevra Thierrens à 17h30 le samedi 11 avril.

FC Bulle – FC Thierrens 3-2 (1-1)

Buts: 34e Chatagny 1-0; 44e Ruch 1-1; 47e Micael Da Silva 2-1; 65e Longo 2-2; 90e Mallein, pen. 3-2.

Arbitres: M. Benz, assisté de M. Koweindl et de M. Braams.

Bulle: Zimmermann; J. Yenni, Mallein, Bochud, Fasel; Barnabo, Morina (78e Jaquet); Chatagny (43e Sukaj), A. Yenni, Micael Da Silva (60e Cerezo); Khadrouche.

Entraîneur: Duillio Servadio

Thierrens: Piot; Braun, Meylan, Dubey, Freymond; Pasche, Roder; Chevalley, Pineda, Ruch (78e Varidel); Longo.

Entraîneur: Patrick Muller.

Stade de Bouleyres, 305 spectateurs. Expulsion de Pineda (90e, deuxième avertissement).

Categories: 2e ligue inter

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*