Maxime Renault emmène la « trois » de Nyon vers les sommets

Maxime Renault emmène la « trois » de Nyon vers les sommets

Invaincu, Stade Nyonnais III caracole en tête du groupe 1 de 5e ligue avec 14 victoires et 4 nuls. Sa réussite, presque insolente pour un collectif qui se battait encore la saison passée dans les profondeurs de la hiérarchie, est peut-être dû, en partie, à l’arrivée d’un nouvel attaquant l’été dernier: Maxime Renault. Cet attaquant, ex-joueur de, entre autres, Genolier-Begnins (2e inter) ou Italia Nyon (3e ligue), a déjà inscrit la bagatelle de 35 buts. Un total qui le classe à la première place des meilleurs buteurs de 5e ligue du pays. Entretien avec un jeune homme de 22 ans qui vise la Promotion League dans 1 an.

2019 est une très belle année pour la « trois » de Nyon avec 31 buts marqués et 13 pour vous. Est-ce que vous pouvez nous parler de votre équipe?

Oui, bien sûr, l’entraîneur, Wilfrid Chougny, était déjà là la saison dernière. Un noyau est venu se greffer à ce groupe, qui peut être qualifié de bande de potes. Ça fonctionne très bien, même si au début c’était compliqué. Il y a beaucoup de disparités de niveau, ça peut arriver d’avoir des prises de bec, mais ce n’est pas méchant. Dorénavant, nous avons une équipe homogène et encore meilleure. Je tiens d’ailleurs à féliciter les progrès de tous, c’est beau à voir. Il faut avouer qu’en août dernier on voulait juste s’amuser, mais après 3-4 matchs, on s’est aperçu qu’on pouvait viser mieux, alors depuis on a décidé que l’objectif était la montée. J’ai choisi cette équipe, car je partais à l’armée et je n’aurai pas aimé prendre la place de quelqu’un dans un club qui joue plus haut sans m’entraîner ou simplement faire du banc le week-end.

Donc, vous êtes en train de nous dire que vous avez marqué 35 buts en 5e ligue sans vous entraîner?

(Rires) Oui et non.

On se languit de votre explication.

En fait, lors du premier tour, je n’étais pas là la semaine (NDLR 22 buts en 2018!), mais pour le second, je suis présent tous les jours à Colovray, car je retourne à l’armée le 22 mai. J’en profite pour m’entraîner tous les jours, surtout avec la « deux », mais sans oublier ma « vraie » équipe.

Les statistiques font apparemment parler dans le club.

Oui (rires). Au deuxième tour, j’ai eu l’occasion de jouer en 2e ligue contre Genolier-Begnins, Aubonne, Champagne et même lors du match de Coupe vaudoise contre Stade-Lausanne.

De plus, quand vous allez plus haut, c’est contre des grosses écuries.

J’ai beaucoup de chance, mais il faut dire que je m’entraîne tout le temps avec eux. Ça me procure beaucoup de plaisir d’évoluer avec. Je tiens à remercier Yannick Tachet (NDLR entraîneur) ainsi que toute l’équipe pour leur accueil.

D’ailleurs mercredi dernier, le coach de cette formation vous a puni, comment ça se fait?

(Rires) Oui, plusieurs joueurs étaient à Amsterdam pour le match contre la Juve, donc il n’y a pas eu d’entraînement. Yannick m’a écrit un message pour me dire que vu que je n’étais pas avec eux, je devais aller avec la « une ». J’ai pris ma punition à cœur.

Meilleur buteur de 5e ligue de Suisse, Maxime Renault fait également les beaux jours de la deuxième équipe

Et comment ça s’est passé?

Je ne peux pas vraiment juger, car c’était à la veille de la rencontre contre Yverdon, du coup c’était très tactique. Mais je me réjouis d’y retourner.

Vous vous êtes déjà fait un nom sur La Côté, mais pouvez-vous expliquer vos forces au « reste » du canton?

Je suis très rapide, pas fort de la tête et j’ai un très bon pied gauche. Pourtant, je suis droitier. Il m’arrive même de tirer des coups francs de mon mauvais pied. Je dois remercier mon père. C’est grâce à lui que je suis bon des deux pieds, car il m’obligeait à utiliser les deux. Sinon, j’aime beaucoup toucher le ballon, le conserver dos au but. Je ne suis pas un renard des surfaces. Quelquefois, je me demande pourquoi on ne me fait pas évoluer sur l’aile (rires).

En 5e ligue, vous jouez en 10, non?

Oui ou comme avant-centre. Même en 2e ligue, Yannick me place en pointe, mais j’ai quand même joué à gauche contre Aubonne, car l’équipe était épuisée et je profitais de ma vitesse.

Ces multiples entraînements et vos performances vous ont permis de prendre la tête du classement des buteurs de 5e ligue alors qu’à la trêve vous sembliez largués par Nelson Martins (Le meilleur buteur de 5e ligue est Vaudois).

J’étais surpris de repasser devant aussi rapidement (Ndlr : 13 buts pour Renault et 5 pour Martins en 2019). Je commence à ressentir un peu de pression à chaque match, car, même si c’est de la 5e ligue, ça serait un joli résultat de finir en tête.

Connaissez-vous personnellement l’attaquant de Montcherand (Nelson Martins en marque 8 à Vaulion II)?

Non, mais ça m’intéresse de le voir évoluer. D’ailleurs, je vais sûrement aller le 27 avril contre Valmont. Je regarde ses matchs et ses statistiques sur le site de l’ACVF. L’autre jour, Montcherand jouait un club du bas du classement, mais Nelson n’a pas marqué. J’étais content, mais ce n’était pas grâce à la victoire d’Ajax, c’était parce qu’il n’avait pas planté(rires).

La « trois » du Stade Nyonnais compte 6 unités d’avance sur Echichens III, donc une bonne marge en vue de devenir champion. Quel est l’objectif jusqu’à la fin de la saison?

D’abord, on veut la promotion, ensuite on aimerait atteindre les 100 buts. Enfin, non, pas vraiment, on a déjà un total de 86 et on aimerait dépasser cette barre lors du prochain match contre Gimel.

C’est-à-dire en planter 14 lors d’une seule et unique rencontre?

Lors du match aller, j’ai mis un septuplé et Gimel prend actuellement claque sur claque, donc oui je pense que c’est tout à fait possible.

Est-ce que cette très belle saison vous donne des idées pour la suite de votre carrière?

Bien sûr, je dois aller à l’armée jusqu’en octobre, mais dès mon retour, je ferais pour jouer avec la Promotion League d’ici un an.

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*