Mathieu Dorthe évite la déroute pour Concordia

Mathieu Dorthe évite la déroute pour Concordia

On n’a pas eu l’occasion de croiser Marcos Carballo après le match, mais on se doute un peu que l’entraîneur de Concordia n’a pas énormément apprécié la partie livrée par les siens jeudi soir. Opposés au FC Boveresses, néo-promu en 4e ligue, les Lausannois ont beaucoup souffert, avant de s’imposer grâce à un doublé en trois minutes de Mathieu Dorthe, laissé au repos en début de match. Ouf!

Cinquante jeunes supporters venus supporter Boveresses

Boveresses, qui n’a pas d’éclairage à domicile, a été contraint de déplacer ce match au Bois-Gentil, mais personne n’a vu la différence. Le public était entièrement acquis à la cause de ce club de quartier, puisqu’une bonne cinquantaine de jeunes avaient fait le court déplacement depuis les hauts de Lausanne jusqu’à la Blécherette. Ils ont mis l’ambiance dès le coup d’envoi jusqu’à la fin pour encourager leurs copains à créer un formidable exploit. Et, il faut bien le dire, on y a cru. Pourquoi? Parce que le FC Boveresses a fait mieux que de se défendre face à une bonne équipe de 2e ligue. Les hommes du président-entraîneur Tony Giangreco (lire ici) ont livré une partie admirable, faisant trembler le « grand » Concordia jusqu’à la fin. Ils ont même mené deux fois au score, avant de s’incliner (2-3), on l’a dit, mais ils peuvent être fiers d’eux.

Marcos Carballo avait largement fait tourner

Leur attitude a en effet été la bonne, face à une formation qui avait logiquement laissé quelques bons éléments sur le banc au coup d’envoi. A domicile, face à une équipe de 4e ligue, l’occasion était belle de faire tourner l’effectif pour Marcos Carballo. Ainsi, Malick Gehri, Mathieu Dorthe, Antonio Mendes, Mario Papa, Atef Ammari, Marco Greco et le gardien Pablo Soutullo ont été priés de s’asseoir sur le banc ou n’ont même pas été convoqués. Mais, voyant la catastrophe arriver en cours de match, l’entraîneur de Concordia a décidé de faire entrer les trois premiers nommés, ce qui a changé pas mal de choses, pour ne pas dire tout.

Roberto Aloise, quel joueur!

Car Concordia a réalisé une première période indigne de son talent, se retrouvant mené 1-2! La faute à quoi? A un certain manque de réalisme (penalty arrêté par Luis Morgado face à Ettore Carro, 32e), à un manque d’agressivité, mais aussi à de grosses qualités de la part de Boveresses. Cette équipe-là, attention, a du talent! Elle l’a prouvé au cours de 45 minutes de haut niveau, lors desquelles elle a largement fait jeu égal avec Concordia.

Boveresses, cette équipe de quartier fortement identitaire, a de sacrés joueurs de football. Celui dont le talent saute aux yeux? Roberto « Roby » Aloise, son capitaine et meneur de jeu. Ce garçon-là sait jouer au football et on aurait été à la place des dirigeants de Concordia, on l’aurait enfermé dans le vestiaire du Bois-Gentil pour ne le faire ressortir qu’avec un contrat signé. C’est bien simple, ce jeune homme a tout, et notamment une technique de haut vol. Formé à Team Vaud, qu’il a dû quitter en M15, il a recommencé le football « chez lui », à Boveresses. Plutôt bien, si l’on en juge par ce que l’on a vu jeudi soir.

« On va leur montrer ce que c’est Boveresses »

Mais ce jeune homme n’est pas le seul à avoir un gros potentiel de footballeur à ce niveau. D’autres noms? Joel Antonio, en défense centrale, et Albanor Hoxha, sur le côté, nous ont fait forte impression. C’est d’ailleurs lui, Hoxha, qui se créera la première occasion du match, obtenant et transformant le penalty du 0-1 après deux minutes. Du bon travail, comme tous ses coéquipiers, ultra-motivés par ce match de Coupe.

« On va leur montrer ce que c’est Boveresses », pouvait-on entendre depuis les vénérables gradins du Bois-Gentil. « Montrez-leur qu’on n’a pas peur d’une 2e ligue! » Survoltés, les joueurs de Tonyto Giangreco ont posé quelques bons tacles, d’autres un peu moins propres, et ont montré une envie de bien faire absolument exemplaire. De l’agressivité, oui, mais aussi du calme et de la discipline. On a vraiment senti une équipe désireuse de respecter les consignes et qui croyait en ses chances. Un vrai match de Coupe, un bon match de football.

Un club qui compte beaucoup de caractère (s)

Après le 0-1, Concordia a pressé un peu, et a égalisé par sa nouvelle recrue Tiago Agostinho, à la réception d’une balle arrêtée après un bon réflexe du très bon Luis Morgado. Le gardien de Boveresses a longtemps retardé l’échéance, y compris un peu plus tard en repoussant un penalty d’Ettore Carro (32e), on l’a dit. Et comme Roby Aloise a eu la bonne idée d’envoyer une frappe monumentale de 25 mètres sous la latte à la 45e, Boveresses menait d’une longueur à la pause! Et, sincèrement, cet avantage n’était pas immérité à ce moment-là. En tous les cas, il n’y avait clairement pas deux ligues d’écart sur la pelouse.

La pause? Marquée par quelques éclats de voix du côté de Boveresses, où les esprits peuvent vite s’échauffer. Il y a énormément de caractère dans cette équipe, du franc-parler, et tout ceci peut se révéler à double-tranchant. Si ces valeurs-là sont mises au service du collectif, alors elles peuvent amener Boveresses un cran plus haut. Mais trop de caractère, trop d’impulsivité, cela peut aussi être contre-productif. Clairement, Boveresses vit sur un volcan, que ce soit au travers de ses joueurs et de ses supporters.

Boveresses a tenu jusqu’à la 73e

Ceux-ci ont vite compris que la deuxième période serait compliquée. Ils ne connaissent pas Mathieu Dorthe, mais le bruit s’est vite répandu qu’il s’agissait d’un bon joueur et l’entrée de Malick Gehri, saluée à grands coups de « Oh, Fellaini, tu vas pas marquer ce soir! » en référence à la coupe de cheveux du milieu de Concordia, ne les a pas davantage rassurés. Ils ont eu raison d’avoir peur: de la 46e à la 90e, Boveresses n’a pas vu le ballon un seul instant. Concordia a passé l’entier de la deuxième période dans le camp des visiteurs, mais s’est longtemps heurté à un mur: celui de la défense de Boveresses, emmenée par son très bon gardien. Chaque dégagement était salué par les supporters, même s’il était fait du pointu et même s’il finissait en touche.

Chaque attaque avortée provoquait des applaudissements et des cris… jusqu’à la 73e minute et un face à remporté par Mathieu Dorthe. Le même blond attaquant inscrivait un coup-franc très malin trois minutes plus tard, en profitant du placement catastrophique du mur de Luis Morgado, auteur de sa seule erreur de la soirée. A la 72e, Boveresses menait 1-2. A la 76e, il perdait 3-2. Match plié, terminé.

Concordia a mérité sa victoire, mais le coup n’est pas passé loin

Ettore Carro se payait même le luxe de rater son deuxième penalty de la soirée, dans les arrêts de jeu. Il n’avait tellement pas envie que Morgado ne l’arrête qu’il l’a tiré de l’autre côté… mais à côté du cadre! Anecdotique au final et, si l’on résume, Concordia a bien évidemment mérité sa victoire, ayant dominé outrageusement dès la reprise. Mais la surprise n’est quand même pas passée si loin…

Pour Concordia, l’essentiel était bien évidemment de se qualifier, mais Marcos Carballo aura au moins tiré un enseignement de ce match: il ne pourra pas se priver de ses meilleurs joueurs s’il entend jouer un rôle dans le championnat de 2e ligue, voire espérer un joli parcours en Coupe.

Quant à Boveresses, il va disputer le championnat de 4e ligue, on l’a dit. Dans un groupe 6 compliqué (Bashkimi Vevey, Cugy, Chile, Espagnol…), il retrouvera notamment… la deuxième équipe de Concordia! Cette fois-ci, le favori sera sans doute de l’autre côté et on mettrait volontiers une pièce sur cette équipe, si elle arrive à transformer toute l’énergie qu’il y a autour d’elle et en elle en énergie positive. On le sent, on le sait: avec Boveresses, les émotions peuvent être multipliées par mille, dans un sens comme dans l’autre.

Il a dit à footvaud.ch

Roberto Aloise, milieu offensif de Boveresses

On est fiers, oui! On a montré un beau visage, mais on savait qu’on avait les qualités pour jouer à ce niveau. Après, il faut être réaliste, ils sont meilleurs que nous. En deuxième mi-temps, on a vu la différence. Ils jouent vraiment bien et on n’a pas tenu sur la longueur. C’est vraiment sympa de jouer contre une belle équipe comme eux, mais aujourd’hui, je crois qu’ils n’ont pas été très bons. Même eux, pendant le match, ils me disaient qu’ils avaient un peu honte de comment ils jouaient! Mais bon, comme je vous ai dit, on a craqué, surtout physiquement. Si on avait pu continuer sur notre lancée de la première mi-temps, on aurait pu y croire, mais on était trop fatigués. Ils auraient dû plus en profiter, mais nous, on a été courageux. Je suis très confiant pour le championnat. Quand on voit comme on peut jouer contre une 2e ligue, on doit pouvoir battre toutes les 4e ligue! Surtout qu’on attend des joueurs, qui ne sont pas encore qualifiés. Ce soir, on a joué avec certains gars de notre II, en 5e ligue. Je pense qu’on peut monter, sincèrement.