L’ES Malley ne l’a pas assez voulue

L’ES Malley ne l’a pas assez voulue

Que ce soit en Champions League, en 2e ligue ou en 5e ligue, la donnée de base pour aller chercher une victoire est la même: en avoir envie. Malley l’attend depuis 106 semaines, cette délivrance, ces trois points qui feraient un bien fou à tout un club qui travaille énormément, dans l’ombre, pour survivre et, enfin, vivre une saison « normale » en ce qui concerne sa première équipe, qui n’a pas gagné un match depuis  le 24 novembre 2012 (en 1re ligue face à Lancy). Une saison « normale », cela veut dire viser une place dans les cinq premiers, avec un effectif stable. Travailler dans la sérénité. Mais pour cela, il faut des victoires et, il faut bien le dire, la malédiction n’a pas encore été brisée. En route pour une 107e semaine…

Une mi-temps pour chacun, un point au final

Le FC Bursins-Rolle-Perroy a pourtant longtemps cru que ce serait « pour sa pomme », en bon vaudois. A le mi-temps, alors que les Stelliens menaient 2-0, Jean-Paul Lamon se voyait déjà entrer dans les livres d’histoire comme « l’entraîneur de l’équipe qui avait perdu en premier contre Malley ». La bonne réaction de ses hommes, couplée à une nette baisse de conviction des jeunes Lausannois, a cependant permis au BRP de repartir du Bois-Gentil avec un point amplement mérité. Les visiteurs auraient même pu, même dû en fait, l’emporter au cours d’une deuxième période qu’ils ont largement dominée. Au final, une mi-temps chacun, un point chacun. Il n’y y a pas de quoi crier au scandale d’un côté ou de l’autre, mais chacun peut avoir des regrets, pour tout dire. Malley aurait dû plier le match avant la pause, et le FC BRP le remporter après. Au moins, les deux équipes, battues lors de la première journée, débloquent leur compteur.

Malley manque cruellement d’expérience

Mais comment l’ES Malley a-t-elle pu montrer deux visages si différents? La réponse tient en un mot: la jeunesse. Celle-ci a mené les Stelliens à croire que tout était acquis à la pause et qu’en faisant moins d’efforts, ils remporteraient aisément les trois points. Mais en 2e ligue, comme plus haut ou plus bas, lorsqu’on ne donne pas tout, qu’on joue trop facile, on est punis. C’est exactement ce qui s’est passé vendredi au Bois-Gentil. Avec deux ou trois joueurs d’expérience (à ce titre, l’absence d’Agonis Ukhehaxhaj a pesé lourd), jamais Malley n’aurait sombré comme ceci et surtout pas après une première période d’une aussi bonne qualité. Car Yohann Dupont et ses coéquipiers auraient pu mener plus que 2-0 après 45 minutes.

Des occasions nettes pour plier le match avant la pause

Shqiprim Pira a eu la première occasion, mais a trop enroulé sa frappe (11e), quelques secondes avant que Djonald Buetuzeyi ne fasse parler sa vitesse, mais ne rate complètement son dernier geste (12e). Felipe Rodrigues enlevait, lui, trop son lob (24e) et Bursins-Rolle-Perroy pouvait se dire à la demi-heure qu’il s’en sortait très bien. Les occasions pour les visiteurs? Vaguement deux possibilités pour Diallo, grand avant-centre qui n’a pas pu cadrer sa tête de la 19e, sur corner, ni convertir une situation favorable à la 26e. Sinon? Le BRP était dépassé par la vitesse, l’enthousiasme et la jouerie de Stelliens supérieurs dans la vivacité, mais maladroit dans le dernier geste.

Deux jolis buts pour l’ES Malley grâce à Jardis Muamba Kalala et Yohann Dupont

Les visiteurs ont fini par craquer, logiquement, à la demi-heure de jeu grâce à un très bon centre à ras de terre de Felipe Rodrigues, qui trouvait Jardis Muamba Kalala. Jolie finition et 1-0 pour Malley, avec le deuxième but en deux matches pour l’avant-centre stellien, déjà au tableau des marqueurs à Bottens la semaine dernière (défaite 2-1).  Malley allait même inscrire le 2-0 juste avant la pause grâce à un joli coup-franc en pleine toile de Yohann Dupont. Pedro Rodrigues était tout un petit court pour aller la frappe du capitaine des Lausannois. 2-0, score à la pause. Logique et mérité.

Le coup dur du début de saison, la grave blessure de David Lamon

A ce moment-là, on se faisait un peu de souci pour le FC Bursins-Rolle-Perroy. On s’en faisait déjà un peu avant la partie, pour être honnête, mais ces 45 minutes initiales n’ont fait que confirmer nos craintes. L’équipe de Jean-Paul Lamon a vécu un été compliqué, à l’image du club, avec de multiples départs (23 au total!), principalement au sein de la deuxième équipe, mais la I a également été touchée. Résultat des courses? Une équipe de 2e ligue affaiblie, une de 3e ligue aussi et une de 4e ligue qui accueille de nombreux juniors A. Et pour couronner cet été pourri, un des piliers du club, le gardien David Lamon, s’est déchiré les ligaments lors du premier match, face à Crans (défaite 2-4). « J’ai fait ça tout seul, sur un déplacement latéral. J’étais parti d’un côté et j’ai fait un déplacement rapide de l’autre », a expliqué le malheureux, venu supporter ses coéquipiers en béquilles vendredi.

Le brave Pedro Rodrigues (gardien de la III la saison dernière et de la II cette saison) est donc entré en jeu face à Crans et était titulaire ce soir. Hors de question de lui reprocher quoi que ce soit, évidemment, mais le FC BRP a fait des démarches pour trouver un nouveau gardien et la bonne nouvelle est venue de la signature de David Sekera, jeune gardien passé par la formation du Servette FC et qui venait de signer à LUC-Dorigny. Séduit par la perspective d’une place de titulaire en 2e ligue, il a répondu positivement à l’appel du club de la Côte et Vagner Gomes, l’entraîneur du LUC, a accepté son départ. Une bonne nouvelle au milieu de la grisaille, donc, qui va en entraîner d’autres.

Oui, le FC Bursins-Rolle-Perroy peut s’en sortir, et largement

Bursins-Rolle-Perroy n’est en effet pas au mieux en ce début de saison, mais va enregistrer les retours prochains de Sami Chemangui, David Rivero, Ismet Halimi, Smail Lazrak et Lukasz Brodowicz, arrivé de Renens cet été. Avec l’équipe déjà en place, il y a de quoi faire, comme on dit, et on ne voit pas cette équipe lutter contre la relégation, comme le prédisaient certains oracles cet été. Jean-Paul Lamon a besoin d’encore un peu de temps pour que tout le monde soit qualifié et apprenne ou réapprenne à jouer ensemble, mais il y a la qualité pour même faire mieux que simplement s’en sortir, c’est une certitude.

Une perte de balle atroce pour le 2-1

Le FC BRP a d’ailleurs prouvé avoir du caractère en revenant dans le match dès le retour des vestiaires, tout en ayant la chance que ce soit face un ES Malley aussi naïf. A 2-0 à la mi-temps contre Assens, Champvent ou Orbe? Le match était plié, la clef sous le paillasson, les ballons chauds dégagés dans le champ d’à côté par une défense intransigeante. Mais Malley est jeune, donc perfectible. Un peu d’arrogance, un peu de suffisance, et voilà le BRP, plus agressif, qui revient dans le match en profitant d’une perte de balle atroce à la 57e (Khassim Diallo, très opportuniste) pour inscrire le 2-1, puis égaliser à 2-2 grâce à Amadou Sow, à la limite du hors-jeu (61e). Sans rien avoir compris, Malley venait de perdre l’occasion de gagner enfin un match.

Le FC BRP aurait largement pu l’emporter en fin de match

La dernière demi-heure allait dès lors être entièrement à l’avantage des visiteurs, qui ont gâché plusieurs occasions nettes. Les plus belles? Par Khassim Diallo (63e) et Giovanni Serratore (86e), dont le tir était dévié en corner au dernier moment. Malley s’en est donc très très bien sorti, et ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Lorsqu’on mène 2-0 à domicile en dominant autant, il est juste interdit de laisser son adversaire revenir dans le match. Benoît Pythoud espère que cela leur servira de leçon. C’est cher payé? Oui, mais, de nouveau, pour gagner un match de football, à tous les niveaux, il y a des règles de base à respecter. Cela n’a pas été fait.

Les hommes du match

A Malley, on citera Jardis Muamba Kalala. Il a de vraies qualités physiques, mais aussi un bon état d’esprit. Il travaille, il se bat, et il marque. Il peut largement viser la dizaine de goals cette saison en 2e ligue. Le capitaine Yohann Dupont mérite également une mention. Il a inscrit un joli coup-franc et sa qualité de relance est intéressante. Un vrai bon joueur, qui peut encore espérer jouer plus haut.

Du côté de Bursins-Rolle-Perroy, on a aimé l’abattage de Boubacar Sow. Il a énormément travaillé, récupéré beaucoup de ballons et en a perdu quelques-uns, mais il s’est battu. Précieux. Stefan Froelicher a été bon, jusqu’à sa blessure juste avant la pause. Placé latéral gauche, un poste qui n’est pas le sien, il a assuré. Il joue simple et juste, et on espère pour le BRP que sa blessure ne soit pas trop sérieuse, parce qu’il est un élément discret, mais important, de ce groupe.

Les prochains rendez-vous

En Coupe vaudoise, Malley jouera « à domicile » face au Racing Club Lausanne (4e ligue) pour un joli derby du Bois-Gentil. Coup d’envoi à 20h, le mardi 26 août. Enfin une victoire en vue? Le même jour, mais à 20h30, le FC BRP se déplace à Gland y affronter Lusitano (4e ligue). En ce qui concerne le championnat, Malley effectuera le difficile déplacement de Champvent le samedi 30 août à 19h. Le lendemain, dimanche 31 à 15h, Bursins reçoit Forward Morges pour un superbe derby.

ES Malley – FC Bursins-Rolle-Perroy 2-2 (2-0)

Buts: 33e Muamba Kalala 1-0; 40e Dupont 2-0; 57e Diallo 2-1; 61e A. Sow 2-2.

Arbitres: M. Morina, assisté de M. Thebti et de M. Jusufi.

Malley: Cannilla; Pisani (64e Kaze), Traby, Dupont, Guimaraes; Esteves Fernandes, Cerqueira Cosme; Rodrigues (64e Gaudiello), Pira (87e Pisani), Buetuezi; Muamba Kalala.

Entraîneur: Benoît Pythoud

BRP: Rodrigues; Chakoua, H. Lazrak, G. Gaberel, Froelicher (42e Gonçalves); Ameti (70e Tall), B. Sow, Serratore; Almeida, Diallo (85e Orsino), A. Sow.

Entraîneur: Jean-Paul Lamon

Le Bois-Gentil.

Categories: 2e ligue, ES FC Malley LS