Mais comment Christopher Meylan a-t-il pu sortir ce ballon?

Mais comment Christopher Meylan a-t-il pu sortir ce ballon?

Il reste une minute de jeu au Stade Municipal ce mercredi. Les 470 spectateurs sont résignés: ce match va se terminer sur un triste 0-0. Normalement, les derbys du nord entre Yverdon et Bavois sont toujours très spectaculaires, mais là, cela n’a clairement pas été le cas. Il y a eu des cartons, c’est vrai, et de l’engagement, mais pas la folie que nous avaient réservé ces matches par le passé, de la mythique victoire 3-4 de Bavois à YS (lire ici) en passant par l’incroyable 6-2 d’il y a une année (lire ici).

Ce mercredi, il y a bien eu quelques occasions de part et d’autre, mais rien qui fasse se lever le public. Jusqu’à cette 89e minute, donc, et cette occasion incroyable pour Steve Samandjeu. Le latéral gauche d’YS s’est retrouvé dans les seize mètres, seul face au but. Il y avait des défenseurs sur la ligne, mais il a quand même pu frapper et son ballon prenait la direction des buts désertés par Christopher Meylan, mais celui-ci est revenu -littéralement- de nulle part pour dévier ce ballon en corner. Un arrêt de folie, sûrement le plus beau que l’on ait vu de nos yeux depuis ce début d’année. Un arrêt impossible, impensable, auquel personne n’a cru sur le moment, d’ailleurs.

Trois arrêts décisifs pour Christopher Meylan

Une fois la stupeur passée et l’émotion retombée, le public du Stade Municipal a bien dû se rendre à l’évidence: ce ballon n’était pas au fond. Cela ne doit rien à Steve Samandjeu, qui a fait ce qu’il devait faire: cadrer. Sur ce coup-là, tout le mérite revient à Christopher Meylan, qui a absolument tout fait juste ce mercredi. Il a d’abord gagné son duel face à Ousmane Traoré (34e), avant de bien sortir devant Dereck Isabella (84e). Deux arrêts décisifs, mais pas aussi beaux que celui de la 89e, qui relevait plus de la science-fiction que du football.

Baovis a légèrement dominé, YS a eu les occasions

Le gardien bavoisan a donc sauvé un point à son équipe sur ce coup-là et Yverdon Sport a le droit de lui en vouloir. Non pas qu’YS ait été la meilleure équipe sur le terrain, car cette partie a été très équilibrée. Difficile de dire qui a dominé, en fait, chaque équipe prenant le contrôle du jeu par période. Disons qu’en l’absence de Florian Gudit, Bavois a peut-être un peu plus dominé au milieu, mais ce n’était pas flagrant non plus. Le FCB, soyons clairs, a trop manqué de percussion pour espérer mieux. Les Bavoisans ont eu les situations, mais ils n’en ont pas fait des occasions nettes, ou trop peu. Micael Martins a essayé, sur son côté droit, et Omar Bellagra n’a pas ménagé ses efforts, mais ils n’ont pas réellement pu inquiéter Ludovic Zwahlen, qui a finalement passé une soirée tranquille. Il a eu des interventions à effectuer, bien sûr, le gardien yverdonnois, mais rien de bien spectaculaire.

Un très joli contingent à Bavois

Bavois se présentait au coup d’envoi sans Dren Basha, blessé, Marco Malgioglio, diminué, ni Qendrim Makshana, auquel Bekim Uka a préféré Omar Bellagra. Boubou Ouattara, Yannick Bovay, Renatus Njohole et Jean-Michel Monteiro étaient également sur le banc, preuve que Bavois a un très joli contingent cette saison, qui lui permet de jouer les premiers rôles. C’est d’ailleurs en position de finaliste (3e) que Bavois abordait cette rencontre, tandis qu’YS est toujours dans la position du chasseur, quatre points derrière. La situation n’a donc pas changé au terme de la rencontre, mais ce point du match nul est une meilleure nouvelle pour Bavois que pour YS, qui avait une réelle chance de combler une partie de son retard.

Yverdon risque de perdre Allan Eleouet pour un moment

YS n’y est pas arrivé, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. La construction du jeu n’y était pas forcément, on l’a dit, et on a vu une équipe trop souvent coupée en deux, mais il faut dire que les Yverdonnois ont connu un sacré coup dur avec la blessure d’Allan Eleouet à la 18e. Victime d’un tacle de Kevin Hill, celui qui est clairement le meilleur atout offensif des Yverdonnois depuis le début de la saison est sorti en boîtant et on est malheureusement assez pessimiste pour lui. Les ligaments sont-ils touchés? Ce n’est pas impossible, mais on ne le lui souhaite évidemment pas. Ce jeune attaquant a un énorme potentiel, qui lui vaut d’être suivi par des équipes de niveau supérieur, et on aimerait le voir aller plus haut. Mais pour ce qui est du court terme, il risque fort d’être absent quelques semaines et YS n’avait pas besoin de ça à l’heure d’aborder ce sprint final.

Carton rouge ou pas? M. Graf a décidé que non

Kevin Hill a lui récolté un carton jaune sur ce coup-là et les Yverdonnois criaient au scandale, puisqu’Eleouet semblait s’échapper en direction du but. Kevin Hill, ailier gauche, était-il le dernier défenseur sur cette action? Difficile à dire. Eleouet va très vite, mais il semble qu’il aurait pu être repris par Sébastien Le Neün. Reste que le tacle (maladroit, absolument pas méchant) venait quand même de l’arrière. On va le dire ainsi: Kevin Hill s’en sort bien avec un jaune. YS s’est d’ailleurs plaint une deuxième fois de l’arbitrage en toute fin de match lorsque M. Markus Graf a averti Muamer Zeneli, le banc bavoisan réclamant le rouge pour sa faute de la 93e. Là aussi, difficile à dire.

Pas de mauvaise intention chez Kevin Hill

Bref, on l’a compris, les « petits détails » ont tourné en faveur de Bavois, qui n’a absolument pas démérité. C’était un derby, voilà, et l’intensité fait partie du jeu, même si on regrette évidemment la blessure d’Eleouet, laquelle, on le précise encore une fois, n’était pas la conséquence d’une agression, mais bien du geste maladroit d’un attaquant sans mauvaise intention. Kevin Hill a d’ailleurs touché la cheville d’Eleouet, mais c’est bien le genou de l’ailier yverdonnois qui a tourné quelques dixièmes de seconde plus tard.

Yverdon peut dépasser Azzurri ce samedi

On peut donc résumer ce match nul ainsi: une légère domination de Bavois, sans percussion, et les meilleures actions de but pour Yverdon Sport, qui perd un de ses meilleurs atouts. Au final, le FCB s’en sort donc mieux dans ce derby et conserve sa position de finaliste avant de s’en aller à Naters samedi. Yverdon, de son côté, s’en va à Azzurri ce samedi à 17h. Les Lausannois sont 4e, deux points devant les Yverdonnois: autant dire que ça s’annonce chaud à Chavannes-près-Renens!

Les hommes du match

Du côté d’Yverdon Sport, gros match d’Esteban Rossé en défense centrale. Suspendu face à Fribourg le week-end dernier, il a retrouvé sa place et a livré une prestation très solide. David Jimenez a lui aussi fait un bon match à mi-terrain. Il est l’un des grands gagnants de l’arrivée de Philippe Perret, qui en a fait un titulaire indiscutable depuis son arrivée à YS. Enfin, on mentionnera Steve Samandjeu, qui s’est montré très dangereux sur son côté gauche, amenant plusieurs fois de la percussion grâce à ses raids solitaires impressionnants. Il n’a pas tout réussi, mais au moins il a essayé.

Christopher Meylan mérite une mention pour Bavois, lui qui a montré quelques petites hésitations en début de match, mais a livré une prestation de grande classe tout au long du match, jusqu’à son miracle de la 89e. Enfin, on mentionnera Nezir Kurtic. Il n’est pas le plus doué des latéraux du canton, mais il est sûrement l’un des plus fiables. A gauche, Muamer Zeneli monte sans cesse, propose des centres de qualité et marque souvent. Nezir Kurtic, lui, n’a pas la fulgurance de son pendant, mais il est impassable en un contre un, ne passe jamais à côté de son match et est toujours au niveau où on l’attend. Un joueur précieux dans une équipe.

Les prochains rendez-vous

Gros déplacement pour Yverdon Sport. qui se rend à Chavannes pour y défier Azzurri 90 ce samedi à 17h. Le même jour, également à 17h, Naters reçoit Bavois au Stapfen.

Yverdon Sport – FC Bavois 0-0

Arbitres: M. Markus Graf, assisté de M. Branko Jurcevic et de M. Christophe Loureiro.

YS:  Zwahlen; Lauper, Rossé, Dia Mbaye, Samandjeu; Bamele, Jimenez, Morina; Eleouet (25e Isabella), El Allaoui (63e Touré), Traoré.

Entraîneur: Philippe Perret

Bavois: Meylan; Kurtic, Bentayeb, Le Neün, Zeneli; Demiri, Zari, Pitronaci (68e Malgioglio); Martins, Bellagra (88e Makshana), K. Hill (58e Ouattara).

Entraîneur: Bekim Uka.

Stade Municipal, 470 spectateurs.

Categories: 1re ligue

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*