L’US Terre Sainte ne sait toujours pas dans quelle ligue elle jouera

L’US Terre Sainte ne sait toujours pas dans quelle ligue elle jouera

1re ligue Promotion ou 1re ligue Classic? Terre Sainte est toujours dans le flou, en raison de la faillite, ou non, de l’AC Bellinzone. Le comité de la 1re ligue a publié deux versions de championnat, l’une avec Bellinzone, et l’une sans. Terre Sainte ayant gagné son match de barrage face à Baden (4-2, à Bulle), l’équipe de Patrick Duval est en attente du jugement.

Reprise le 3 ou le 10 août?

Le président de l’AC Bellinzone, Gabriele Giulini, assure qu’il va réussir à trouver les 8,5 millions de francs nécessaires à éviter la faillite, mais cela semble désormais bien compromis. La date-butoir est fixée au 30 juin, mais le président tessinois a promis de s’exprimer avant. Les choses sont claires: s’il a les 8,5 millions, Terre Sainte est en 1re ligue Classic. Sinon, l’USTS aura obtenu sa promotion. Une situation d’incertitude qui ne plaît pas à Patrick Duval, l’entraîneur de la première équipe, on s’en doute: « Le championnat débute le 3 août en 1re ligue Promotion et le 10 août en 1re ligue Classic. Sera-t-on prêt? J’en doute. On a quand même le droit à quelques vacances, non? Je dis quoi à mes joueurs? »

« Un calendrier aberrant »

Terre Sainte a en effet fini la saison trois semaines après tout le monde en raison des quatre matches de finales, ce dont personne ne va se plaindre, mais aussi à cause du fameux match de barrage. Du coup, les amateurs de Coppet n’ont pas eu vraiment le temps de souffler. « Partout en Europe, les championnats semi-amateurs commencent plus tard! Nos gars travaillent tous, on ne peut commencer les entraînements qu’à 19h. Mais ce n’est pas grave, on va jouer le jeu, comme chaque année, et faire en sorte d’être bons toute la saison, malgré ce calendrier aberrant et l’incertitude », continue Patrick Duval, qui attaque sa septième saison à la tête de l’USTS.

Trois nouveaux joueurs, quoi qu’il arrive

Le fait d’être promu ou non ne changera rien aux transferts. « Notre groupe va peu bouger. Nous essayons de recruter par rapport à nos manques, mais c’est compliqué pour nous, entre Lausanne et Genève. Pas de folies chez nous, ou de transferts tapageurs! Ce n’est pas notre philosophie, et je suis complètement notre président dans ce domaine. La force de notre équipe, c’est de travailler dans la stabilité, avec de belles structures », explique encore le technicien français. Ainsi, aucun départ n’est à signaler dans l’effectif de cette année! Par contre, deux arrivées sont d’ores et déjà enregistrées, celles de Yorick Guekam (défenseur du FC Lancy, 1re ligue Classic) et celle de Blerim Arifi (milieu offensif de Vernier, anciennement à feu FC Grand-Lancy). L’espoir Elio Barbezat, qui a obtenu la promotion de 3e en 2e ligue avec la deuxième équipe, intègre le contingent de la première équipe. A quel niveau? Réponse dans quelques jours!

Categories: 1re ligue

Auteur