L’US Terre Sainte a fait tomber Bavois

L’US Terre Sainte a fait tomber Bavois

« On a eu un peu de réussite en fin de match, mais c’est celle qui nous avait manqué depuis le début de saison! Revenir de Bavois, qui était en pleine fine, avec les trois points, c’est sûr que ça nous fait du bien. » Patrick Duval était un entraîneur heureux à l’heure où on l’a appelé, dans le bus qui ramenait l’US Terre Sainte de son déplacement dans le Nord vaudois. Alors que le bruit des bières décapsulées se faisait entendre en arrière-fond, le technicien de l’USTS tenait à saluer l’état d’esprit combatif de ses troupes: « On s’est bien battus, je suis fier du comportement des joueurs. »

Un match à rattraper suite à la Coupe de Suisse

Il faut dire que l’exploit est de taille, puisque Bavois comptait 9 points en trois matches, là où l’USTS en était à une unité. Les deux formations jouaient ce soir, pour cause de Coupe de Suisse il y a dix jours. Bavois s’était incliné face à YB, l’USTS face à Bienne, les deux sur le même score d’ailleurs (0-1), mais le FCB partait largement favori de cette rencontre de rattrapage. Au final, ce sont pourtant les visiteurs qui ont fait la différence, grâce aux deux buts de Benoît Bryand, très bien servi par Alessandro Albii, et du latéral Ken Nikravesh, sur coup de pied arrêté. Les Nord-vaudois avaient entre deux égalisé grâce à Marco Malgioglio, décidément très en forme en ce début de saison.

« Ce succès nous fait énormément de bien, au coeur d’une semaine anglaise. On a perdu de manière incroyable samedi face à Lancy, un match que l’on aurait dû gagner mille fois. Donc, franchement, si l’on avait perdu ici ce soir, je ne sais pas comment on aurait préparé le match à Azzurri samedi! Là, on est un peu plus sereins », souligne Patrick Duval.

Yohann Lacroix? « Il a été très bon ce soir. Comme tout le monde »

A noter que le gardien français Yohann Lacroix a bien sûr tenu sa place dans les buts, lui qui l’avait laissée à Alexandre Duvoisin pour le match de Coupe de Suisse face à Bienne. Un choix assumé par Patrick Duval: « C’est Duvoisin qui nous avait qualifié pour cette Coupe, il était logique qu’il en profite. Mais en championnat, il est numéro 2 jusqu’à son départ, au mois d’octobre. Tout est clair pour tout le monde. » Comment juge-t-il les débuts de son nouveau gardien, au parcours si impressionnant? « Il est parfait. Il parle peu, certains disent même pas assez, et est très respectueux du groupe et de ce qu’on fait. Son état d’esprit est irréprochable, et sur le terrain, il assure évidemment. Ce soir, contre Bavois, il a été très bon. Mais comme tout le monde, j’insiste. On a vraiment été solides ce soir. »

« On est là, on se bat, on fait des points »

Après ces trois points bienvenus, ce sont les puissants Azzurri qui se profilent ce samedi, à Chavannes. Une tâche insurmontable? « Une tâche difficile… Azzurri, c’est l’écurie Ferrari! Nous, on est une petite cylindrée… J’en parlais encore avec Bekim Uka ce soir, sur la manière dont ils peuvent avoir de bons joueurs à Bavois, avec le travail, les indemnités. Nous, à Terre Sainte, ce n’est pas le même monde. Mais on est là, on se bat, on fait des points… On sait bien qu’on risque de jouer le maintien, mais on y est préparés. Si on n’est pas solidaires, on n’arrivera à rien. C’est pour cela que des performances comme ce soir, cela me rend fier », explique l’entraîneur français des Rojalets. Les joueurs de La Côte prépareront le déplacement chez le leader de 1re ligue en s’entraînant jeudi. Congé vendredi? « Oui, c’est habituel. Je suis peut-être de la vieille école, mais j’aime laisser le jour d’avant un match à disposition des joueurs. Ils peuvent se reposer, faire autre chose. Avec moi, la veille d’un match, à ce niveau, on ne s’entraîne pas. Si on joue le dimanche, par contre, on peut faire quelque chose le vendredi. Là, c’est clair qu’au coeur de cette semaine anglaise, l’entraînement sera léger »

Bavois toujours privé de ses quatre attaquants

Bavois est donc tombé pour la première fois de la saison en championnat et personne ne l’avait vu venir. L’excuse de la fatigue? Elle ne tient pas, puisque Terre Sainte, on l’a dit, a joué exactement le même nombre de matches que les Bavoisans, qui disposent d’un contingent plus élargi. Mais, évidemment, les blessures des attaquants pèse lourdement dans la balance. Le FCB, ce soir comme depuis dix jours, jouait sans Renato Rocha, Omar Bellagra, Dylan Charles et Bourama Ouattara! Sur un match, comme à Yverdon, cela peut passer, mais sur la durée, c’est problématique, forcément. Et rien ne dit que l’un ou l’autre soit rétabli pour la réception de Team Vaud, dimanche, même si « RR » semble sur la voie de la guérison.

Bavois rentre donc un peu dans le rang et la 1re ligue compte aujourd’hui officiellement trois leaders: Azzurri 90, Lancy et Stade-Lausanne-Ouchy.

Categories: 1re ligue, FC Bavois