Luis Pimenta au Mont, c’est officiel

Luis Pimenta au Mont, c’est officiel

L’attaquant de 29 ans quitte Bienne et vient se relancer au Mont, où Serge Duperret attend de lui un esprit revanchard. Le club continue son impressionnant recrutement, lequel n’est d’ailleurs pas terminé, et on n’a pas pu s’empêcher de demander à Serge Duperret comment il faisait et surtout si l’arrivée de tous ces joueurs ne présentait pas un risque. Ses réponses.

 

Président, voilà Luis Pimenta qui arrive!

Oui, c’est en ordre. On a reçu la feuille de Bienne et lui est d’accord. Il signera dimanche en marge du match face à Chiasso. On cherchait un attaquant après la blessure de Matt Moussilou, qui sera absent au moins trois mois. On a reçu des dossiers, je ne vous dis même pas… Un temps, je me suis dit qu’un attaquant sénégalais ferait l’affaire, mais quand j’ai appris que Luis Pimenta était disponible, je me suis dit que c’était l’occasion à ne pas rater.

Pourquoi?

Parce que le mec, il a envie de se relancer! C’est un profil qui correspond parfaitement au FC Le Mont, un gars d’ici, qui a envie de prouver. C’est aussi plus simple pour tout. Si je prends un Africain, il faut un appartement, toute la logistique… Luis, il est d’ici, il peut jouer en pointe ou sur le côté, on le connaît. A lui de jouer maintenant.

Stephan Andrist, on en est où?

Il s’entraîne toujours avec nous. Rien n’est fait, encore. Mais c’est possible que ça se fasse. On est aussi sur Driton Pacarizi, l’ailier de Lugano.

Vous cherchez encore des joueurs, à part ça?

Oui, on a besoin d’un latéral droit. On en a deux dans le viseur, ce sera l’un ou l’autre.

Le nom des joueurs que vous ciblez?

Anthony Sauthier et Jonathan Di Gregorio, qui appartient à Zurich mais était à Lugano l’année passée.

Ça ne fait pas un peu trop de joueurs, là?

Non, ça ne fait pas trop de joueurs. On est en Challenge League, il faut qu’on se donne les moyens d’être compétitifs.

Vous n’arrêtez pas de couiner que vous êtes un petit club, que vous n’avez pas les moyens… Avec le recrutement que vous faites cet été, il faudra commencer à parler autrement, non?

Vous me faites rire, des fois. On n’a pas pris Guillaume Hoarau! On a pris des bons joueurs, qui étaient sans club et veulent se relancer chez nous, c’est tout. On a toujours fait ça et là, on continue. Regardez Nicolas Gétaz, qui a signé un beau contrat au LS. Prenez Benjamin Kololli, même chose à Bienne. Florian Berisha à Xamax. Avec Pimenta, on veut faire la même chose. On sait très bien que tous ces gars, on ne va pas les garder dix ans. Je râle un peu quand Gétaz signe au LS, c’est normal, mais l’histoire, elle continue. Je suis convaincu qu’on est dans le juste. Simplement, cette saison, on est plus établi dans l’élite. Donc les joueurs qui nous rejoignent sont d’un niveau supérieur.

Financièrement, vous pouvez assumer?

Vous me fatiguez. J’ai encore entendu ce matin: « Quand Duperret partira, Le Mont est mort ». Ouais, d’accord, sauf que ça fait 18 ans que je suis là, sans interruption. Je n’ai pas fait six mois et j’ai coulé le club. Le Mont grandit jour après jour, on construit notre histoire. Une année, on enlève deux briques à gauche et on en met quatre à droite. Pour répondre à votre question, oui, on peut assumer tout ce qu’on promet, on n’est pas cinglés.

De combien est le budget?

On est passé de 720’000 à 1’100’000 francs. On a un nouveau partenaire, une grande assurance, et quelqu’un à l’intérieur du club a fait un gros effort cette année. On est à l’aise. Tous les salaires de juin ont été payés, monsieur l’inspecteur.

Bon, on a compris le côté financier. Mais engager Daniel Gygax, ce n’est pas rien. Au-delà de l’aspect financier, comment faites-vous?

Mais comme en 2e ligue! Quand un joueur va à Crissier, il prend deux copains avec. Ben voilà. Quand on prend Xavier Hochstrasser, il parle à son pote Gygax, qui en parle à son pote Andrist. Après, on regarde si on peut assurer les défraiements. En 2e ligue, on parle en prime aux points et en Challenge League, on parle de salaires. Mais c’est la même idée.

Vous savez, quand Xavier Hochstrasser me parle de Gygax, il me dit: « Toi, tu peux le faire venir ici. Il va adorer le côté gestion amateur, où le président s’occupe de tout, prend les maillots le soir et est tout le temps là ». C’est exactement ce qui s’est passé.

Il faut bien parler d’argent à un moment!

Evidemment. Comme je vous l’ai dit, le budget a été augmenté. Au Mont, on a toujours réussi à concilier le football et ses émotions avec le côté économique. De nouveau, tous ceux qui disent que je vais me casser la gueule oublient que je suis là depuis 18 ans. J’ai l’habitude, mais moi au fond ça m’est égal. J’avance. Et je me réjouis de cette nouvelle saison dans l’élite.

Vous espérez attirer plus de monde que la saison dernière, à Baulmes? Vous aviez fait 600 spectateurs de moyenne…

Oui, et je pense qu’on va y arriver. On a gagné en capital sympathie et il y aura du beau monde sur le terrain. On n’a pas 18 Vaudois comme Lausanne, mais voir Gygax contre Margairaz, ce sera à Baulmes que ça se passera! Oui, je me réjouis, je le redis.

Categories: Football d'élite

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.