Les Azzurri 90 laissent Yverdon derrière eux

Les Azzurri 90 laissent Yverdon derrière eux

Disons-le clairement: Yverdon Sport n’a eu aucune chance de gagner ce match. Jamais, les 500 spectateurs présents au Stade Municipal n’ont pu penser que ce duel vaudois de 1re ligue allait échapper aux Azzurri. Les supporters d’YS les plus enragés diront qu’à 11 contre 11 plutôt qu’à 9 contre 11, éviter la défaite aurait pu être possible. Ils auraient tort: Azzurri était la meilleure équipe sur le terrain dès la première minute et a obtenu une victoire amplement méritée. Alors oui, c’est vrai, Yverdon Sport a eu deux joueurs expulsés et, même en double infériorité numérique, a pu revenir à 1-2 dans les dernières minutes. Et oui, c’est vrai, YS aurait même pu égaliser dans les tout derniers instants. Mais que cela aurait été injuste pour des Azzurri dont le seul tort aura été de ne pas plier le match, alors qu’ils menaient 0-2, à 11 contre 9.

Azzurri a enfin gagné un derby vaudois!

Avec cette victoire, les Lausannois prennent trois points d’avance sur leur adversaire du jour, qui reste cependant sur la barre. Et, fait étonnant, les Azzurri ont remporté leur première victoire de la saison face à une équipe vaudoise! Après un match nul face à Echallens, et deux défaites contre Bavois et Terre Sainte, Marco Grosso et ses coéquipiers ont donc attendu le voyage au Stade Municipal, effectué dans leur magnifique bus aux couleurs italiennes, pour, enfin, gagner un derby. Mais, on l’a dit, ils y ont mis la manière. Sans forcément être fulgurant dans le jeu, mais en étant sérieux, solidaires et déterminés. Un avis partagé par Lyazid Brahimi: « C’est vrai, on a été sérieux. On restait sur une mauvaise série et le mieux à faire dans ces cas-là, pour se rassurer, est d’être solide derrière. On a décidé de les presser haut, et de jouer vite sur Hakim Khadrouche, pour prendre le dessus physiquement. On savait qu’athlétiquement, on pouvait faire la différence. » Une tactique payante, d’autant qu’Azzurri a bien négocié les deuxièmes ballons.

Une magnifique action Basha-Ebe-Aguirre pour le 0-1

La première occasion de la partie a pourtant été pour Yverdon Sport, par l’entremise d’Eros Pitronaci, mais l’ouverture du score est tombée pour les Azzurri. Une belle action de Dren Basha côté gauche lui permettait de servir en retrait Thierry Ebe, dont le centre, tendu et fouetté à une touche, trouvait Luis Aguirre. Le milieu de couloir droit coupait la trajectoire d’une tête plongeante magnifique et ouvrait la marque! Une réussite splendide, bien construite côté gauche et terminée très proprement, un modèle d’efficacité et de fulgurance. Azzurri imprimait son rythme à la rencontre, grâce notamment à ses deux milieux défensifs Nicolas Marazzi et Charles Traoré. Les Lausannois n’étaient pas en confiance, après une série de mauvais résultats? Cela ne s’est pas trop vu. « En fait, on espère continuer sur la lancée de nos deux bons matches face à Naters, en championnat et en Coupe suisse, et cette victoire va nous y aider », espérait Brahimi. Difficile de croire que cette équipe cherchait la victoire en championnat depuis près de deux mois (le 4 septembre face à Meyrin)!

Deux clubs aux trajectoires différentes, qui se croisent

YS, de son côté, restait sur de bons résultats, dont une victoire à Berne face à YB M21, mais là aussi, cela ne s’est pas vu. Dommage, çar les joueurs de Vittorio Bevilacqua avaient une belle occasion de reprendre confiance, déjà, mais aussi de montrer à tout le monde qu’ils étaient bien en train de monter en puissance. Le genre de signal qui fait un peu peur à tout le monde, car YS est une équipe historique, non seulement dans le canton de Vaud, mais bien dans toute la Suisse, et on n’exagère pas. Ce n’est pas un nom qui fait gagner des matches? C’est vrai. Mais un nom peut impressionner, et celui d’YS a tout de même une résonance particulière dans le football helvétique. Les Azzurri, eux, sont en train de construire leur histoire, ce qui n’est pas moins méritoire, juste différent. Ce club-là est sur une pente ascendante et il était ainsi intéressant de voir ces deux clubs se croiser, samedi. Deux visions différentes d’un même sport, réunies sur la même pelouse: c’est aussi cela qu’on aime dans le football.

Deux expulsions discutables pour Yverdon Sport

On l’a dit, les Azzurri ont dominé ce match, et ont inscrit le 0-2 dès le retour des vestiaires. Hakim Khadrouche a profité d’une atroce erreur défensive yverdonnoise pour aller battre Nikola Jeremic, de retour à YS après le départ d’Enrico Robin. 0-2 grâce à l’ancien attaquant de Renens et de La Sarraz-Eclépens, qui a pesé sur la défense tout au long de ses 65 minutes passées sur le terrain, avant son remplacement par Renato Rocha, auteur d’une bonne entrée. Et les Azzurri, après ce 0-2, allaient se retrouver en double supériorité numérique. C’est tout d’abord Andy Coendet qui était expulsé pour deux cartons jaunes très sévères, avant un carton rouge pour Edin Becirovic. Le buteur d’YS allait chercher le contact avec Roberto Elefante de manière beaucoup trop visible, et s’écroulait pour réclamer un penalty inexistant. Mais M. Shahin avait tout compris, et il est vrai que la manoeuvre de Becirovic était un eu trop visible. Il a un jeu fait de malice, et aime chercher le contact avec son défenseur, mais là, clairement, sa tentative d’obtenir le penalty en protégeant son ballon n’était pas efficace. On peut juste reprocher, peut-être, à M. Shahin de l’avoir expulsé… mais ce n’est pas vraiment la faute de l’arbitre s’il s’agissait de son deuxième jaune. On est plus sceptique sur la première expulsion que sur celle-ci, même si l’on regrette toujours un carton rouge pour une simulation, là où, peut-être, un rappel à l’ordre aurait suffi.

Azzurri fera les comptes à la trêve

Même à 9 contre 11, YS pressait, et Azzurri reculait de manière très étonnante. Et c’est Juan Parapar, magnifiquement lancé par Abraham Keita, qui réussissait à inscrire le 1-2, à quelques minutes de la fin. Trop tard. Avec cette victoire, Azzurri se replace en milieu de classement… et voit s’éloigner la barre. Mais cette 7e place à l’issue du premier tour ne peut pas satisfaire les ambitions lausannoise. Lyazid Brahimi se refuse à tirer des conclusions trop vite: « Il reste deux matches avant la trêve. Jouons-les, et on verra bien où on arrive, et on aura tout le temps de discuter. On va à Echallens, un match qui s’annonce très compliqué. » Et ensuite? La réception du FC Bulle. Alors, il sera temps de faire les comptes. « Est-ce qu’on doit regarder en haut ou en bas? On verra. On va déjà jouer ces deux parties. Ce que je peux vous dire, c’est que l’ambiance dans le groupe est bonne. » N’y-a-t-il pas quelques petits moments de tension, tout de même, après deux mois sans victoire? « Pas plus que lorsqu’on gagnait, je vous assure. Ca se passe bien, très bien même. Je sais que les gens parlent beaucoup sur nous, mais nous, on le vit de l’intérieur et on sait la vérité. Non, nous n’étions pas contents des résultats, mais il n’y a pas de crise dans notre vestiaire. » Cela s’appelle mettre les choses au point.

Yverdon ne doit pas oublier tout le travail effectué

Yverdon, de son côté, ne doit pas tout remettre en cause avec cette défaite. L’arrivée de Vittorio Bevilacqua a fait du bien, sur le terrain et dans les têtes. Son 4-3-3, ou 4-2-3-1, est bien en place, et il tire le maximum de ses joueurs. Aller gagner à Berne, surtout 1-4, n’est pas donné à grand-monde et c’est une preuve, déjà, que le travail paie. Etre dominé par Azzurri, cela arrive. C’est embêtant, bien sûr, mais le fait de passer tout près de l’égalisation, à 9 contre 11, montre que cette équipe croit en son avenir et en ses capacités. Il s’agit d’une excellente nouvelle et, déjà, de la preuve d’un changement de mentalité.

Les hommes du match

Du côté d’Yverdon Sport, on a aimé la prestation d’Aziz Demiri. Il a toutes les qualités d’un bon milieu défensif: il défend bien et sa qualité de passe est très bonne. Très travailleur, très discipliné, il soulage Eros Pitronaci et ses ailiers d’une bonne partie des tâches défensives. Avoir un joueur comme lui permet d’être tranquille: le boulot est fait à mi-terrain. Bon match également de Dadie Mayila. Que ce soit à 11 contre 11, 10 contre ou 9 contre 11, il a tenu la baraque. Il est impassable, très solide et un vrai leader dans l’état d’esprit. Enorme.

Thierry Ebe a été excellent pour les Azzurri. Aligné comme latéral gauche, il a très bien défendu et a amené plusieurs fois le surnombre. Son centre pour le 0-1 est une merveille. Il a connu un début de saison compliqué, mais monte en puissance. Samedi, au Stade Municipal, où il a joué en LNA avec YS en 1999-2000 (il y a quatorze ans!), il a montré toute sa classe. Gros match également de Luca Scalisi. Azzurri a des footballeurs de grande qualité, et son capitaine est bien évidement l’un d’entre eux, sinon le meilleur. Qu’est-ce qu’il est facile balle au pied… La grande classe. Edin Becirovic était en pleine forme ces derniers temps, mais face à Scalisi samedi, il n’a pas vu le ballon. Très fort.

Les prochains rendez-vous

Le deuxième tour débute la semaine prochaine! Yverdon voudra prendre sa revanche face à Bavois. Micael Martins et ses coéquipiers s’étaient imposés 3-2 à l’aller (lire ici). A suivre, dimanche 10 novembre, à 14h30, au Stade Municipal. Les Azzurri et Echallens s’étaient eux séparés sur un 0-0, pour le premier match des Azzurri en 1re ligue. Match « retour » le samedi 9 novembre, à 16h, aux Trois-Sapins.

Le plan-fixe

Yverdon Sport – FC Azzurri 90 LS 1-2 (0-1)
Buts: 23e Luis Aguirre 0-1; 46e Khadrouche 0-2; 87e Parapar 1-2.
Arbitres: M. Shahin, assisté de M. Hartmann et de M. Kaya.

YS: Jeremic; Fehratovic, Mayila, Nida-Nida, Coendet; Bekteshi (46e Benhaddouche), Demiri; Parapar, Pitronaci (77e Charles), Keita; Becirovic.
Entraîneur: Vittorio Bevilacqua.

Azzurri: Grosso; Chioda, Elefante, Scalisi, Ebe (77e Jankuloski); Marazzi, Traoré; Luis Aguirre (82e D. Isabella), Brahimi, Basha; Khadrouche (65e Rocha).
Entraîneur: Patrick Isabella.

Notes: Stade Municipal, 500 spectateurs. Expulsions de Coendet (59e, deuxième avertissement) et de Becirovic (68e, deuxième avertissement).

Auteur