Les Azzurri 90 gagnent le droit d’y croire

Les Azzurri 90 gagnent le droit d’y croire

« On est solides, et solidaires. Je crois qu’on peut dire qu’on a vu un bon FC Azzurri ce soir. » Charles Traoré est un peu l’homme à tout faire du club lausannois de 1re ligue Classic. Milieu défensif de formation, ce vrai n°6 a souvent évolué comme latéral au premier tour, avant de découvrir les joies du poste de défenseur central, puisque Roberto Elefante était suspendu mercredi soir. Avec Charles Traoré, c’est assez pratique: il est fort partout. « Bon, là, avec Luca Scalisi à côté, c’est facile. Il a l’expérience », explique le Français, révélation de l’année 2013 avec Azzurri.

210 minutes sans prendre de but en 2014 pour Azzurri 90

Si on parle de Charles Traoré pour débuter cet article, c’est qu’il faut relever une chose importante: en trois matches officiels en 2014, Azzurri a encaissé… 0 but. Les résultats? 0-0 à Martigny en entrée du championnat, une élimination aux tirs aux buts face à Bavois en Coupe de Suisse (0-0 à la fin des prolongations) et cette très précieuse victoire face à Young Boys M21 mercredi soir (1-0). Azzurri ne prend plus de buts. Et on peut affirmer que c’est une excellente nouvelle pour une équipe qui a des ambitions de finales clairement assumées.

Un 4-4-2 avec Khadrouche et Brahimi en pointe

Restait à marquer, ce qui n’avait pas été le cas lors des deux premiers matches. Sans Edin Becirovic (suspendu pour deux matches suite à son expulsion à Martigny), Patrick Isabella avait opté pour un 4-4-2, avec Hakim Khadrouche et Lyazid Brahimi en pointe. Un choix étonnant? Un choix payant, surtout. On aime bien voir « Pitchou » près du but adverse, plutôt qu’en pur meneur de jeu. Il n’est pas un vrai buteur, mais sa technique lui permet d’être dangereux et il a une plus grande liberté à deux attaquants que dans un rôle de n°10.

Le nouveau venu Salou Galokho occupait le couloir gauche et Toni Jankuloski, au profil plus défensif, avait pour mission de boucler le côté droit. Avec David Jimenez et Nicolas Marazzi dans l’axe pour sécuriser la défense, difficile de faire mieux en 1re ligue. Les deux milieux axiaux ont beaucoup couru, afin de permettre à Brahimi et Khadrouche de bénéficier de plus de libertés offensivement. Et derrière? Une ligne de quatre devant David Sugar, préféré à Marco Grosso pour garder le but: Jean-Michel Monteiro à droite, Luca Scalisi et Charles Traoré dans l’axe, et Junior Montano à gauche.

La prestation encourageante de Salou Galokho

Un mot sur Salou Galokho, la dernière recrue? Il a montré de belles qualités de percussion. Balle au pied, il a une vraie capacité d’accélération, qu’il pu montrer sur quelques percées intéressantes. Il a joué collectif, a beaucoup défendu, et a fait de vraies différences, notamment en première mi-temps. A revoir quand il aura encore pris confiance, bien sûr, mais il a les qualités pour être décisif à ce niveau, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Son CV le prouve, ses premières prestations helvétiques aussi. A confirmer.

YB a aligné le Japonais Yuya Kubo en première mi-temps

En face, YB M21 n’était pas là pour rigoler. Les Bernois visent clairement une place de finaliste, qui est très intéressante pour une équipe M21 cette saison. On s’explique: quatre équipes juniors peuvent évoluer en 1re ligue Promotion, pas une de plus. S’il n’y a aucun relégué, les équipes M21 de 1re ligue Classic peuvent toujours attendre, elles ne monteront jamais. Mais cette saison, Saint-Gall M21 semble très à la peine. YB (groupe 1) et Lucerne (groupe 2) peuvent donc viser la montée. Pour venir chercher un résultat à Chavannes mercredi, Joël Magnin avait droit à un renfort de choix en la personne de Yuya Kubo. Le Japonais, auteur de 6 buts en 26 apparitions en Super League cette saison, a joué 45 minutes mercredi soir, sans réellement briller. Il faudra en montrer un peu plus pour espérer aller au Brésil cet été avec son équipe nationale, lui dont le nom commence à être évoqué pour la liste des 23 dans la sélection d’Alberto Zaccheroni.

Domination totale d’Azzurri en première mi-temps

Car Azzurri a dominé totalement les 45 premières minutes, le Nippon devant se contenter d’un rôle de figurant, comme l’ensemble des Young Boys. Les Lausannois étaient de loin les meilleurs sur le terrain, à l’image d’un Lyazid Brahimi tout en technique et en toucher de balle. « Pitchou » aurait pu ouvrir la marque à la 16e, mais sa frappe trouvait l’extérieur du poteau. Hakim Khadrouche a également eu une belle occasion (tir croisé, 26e), avant de trouver l’ouverture sur une belle percée de Jean-Michel Monteiro, toujours aussi volontaire sur son côté droit. 1-0 pour Azzurri à la 34e, grâce à une belle finition de son buteur, à l’affût dans les 16 mètres. Les « Azzu » n’ont eu qu’une frayeur, à la 45e, lorsque le coup-franc de Jan Lecjaks est passé pas trop loin de la lucarne de David Sugar.

L’arrêt décisif de David Sugar à la 93e

On l’a dit, l’ancien gardien d’YS avait été préféré à Marco Grosso, qui avait été aligné en Coupe de Suisse face à Bavois. Y-a-t-il une hiérarchie des gardiens? La question est délicate, et aucun n’a démérité, puisque, on le répète, Azzurri n’a pris aucun but en 210 minutes de jeu en 2014. Patrick Isabella doit choisir entre deux très bons gardiens, et prendre la décision de laisser une pointure comme Marco Grosso sur le banc ne doit pas être une décision facile à prendre. Mercredi, face à YB, David Sugar a été parfait, tant dans ses prises de balles que dans ses sorties aériennes, et a répondu présent à la 93e, lorsqu’il fallu sortir un arrêt réflexe incroyable sur une reprise de la tête à bout portant. Il s’agissait de son seul arrêt compliqué du match? C’est vrai, mais il a eu l’immense mérite de le faire et de préserver les trois points pour son équipe. Azzurri peut dire « grazie mille » à Sugar sur ce coup-là, car repartir avec un seul point de ce match aurait été immérité.

Charles Traoré: « On aurait dû tuer le match »

Après l’excellente première période des locaux, YB a joué plus haut après la pause, et a élevé un peu le niveau de son jeu, malgré la sortie de Kubo, préservé. Mais YB a mieux joué sans réellement se montrer dangereux, ni mettre en difficulté une défense dirigée impeccablement par Luca Scalisi, patron serein. « Franchement, on aurait dû tuer le match », estimait à raison Charles Traoré. Azzurri a eu les occasions, en contre, mais a manqué de réalisme et de justesse dans les derniers gestes. L’essentiel était cependant là: les trois points de la victoire, qui permettent à Azzurri d’être ce soir la meilleure équipe vaudoise de 1re ligue Classic, mais surtout de revenir à sept points d’une place de finaliste.

Azzurri devra faire en tous cas 20 points en 9 matches

Alors, les finales, encore atteignables, à 9 matches de la fin? Charles Traoré y croit: « Bien sûr! Tout va tellement vite dans ce championnat, où tout le monde peut battre tout le monde. Mais il faut enchaîner. » Dès ce week-end à Meyrin, un adversaire direct, qui avait été battu 3-2 à l’aller. Un match compliqué? Azzurri n’a plus trop le choix, de toute façon: pour rattraper 7 points en 9 matches, il ne faut pas en égarer beaucoup. Disons que sur les 27 points encore en jeu, il faudra bien en gagner 20 ou 21. Au minimum.

Le calendrier restant? A Meyrin, à Bavois, à Fribourg, à Monthey et à Naters, et à domicile face à Lancy, Terre Sainte, Guin et Yverdon. 21 points? C’est jouable, mais ce serait un exploit quand même. Ca tombe bien, Azzurri et son président adorent ça.

Les hommes du match

Lyazid Brahimi est sorti légèrement blessé à vingt minutes de la fin, mais il avait été énorme jusque-là. Associé à Hakim Khadrouche en pointe, il a fait parler sa technique et sa classe naturelle. Ses crochets sont un régal, et il ne lui a manqué qu’un but pour réaliser le match parfait. Quand il est à ce niveau, il peut détruire n’importe quelle défense d’un dribble ou d’une inspiration géniale. Mention très bien à Junior Montano également. On a aimé toute la défense d’Azzurri, mais lui a montré quelque chose en plus, notamment offensivement. On a cru qu’il allait faire mourir Patrick Isabelle d’un infarctus à la 92e lorsqu’il a demandé un ballon en profondeur, mais il a vite compris qu’il devait se replacer plutôt que d’aller au bout de son action. Très fort.

Les prochains rendez-vous

Gros déplacement pour Azzurri, samedi 29 mars, sur le terrain de Meyrin. Coup d’envoi à 18h. YB II recevra Bavois, le dimanche 30 mars, à 14h30 au Neufeld.

Le plan-fixe

FC Azzurri 90 LS – BSC Young Boys II 1-0 (1-0)
Buts: 34e Khadrouche 1-0.

Azzurri: Sugar; Monteiro, Scalisi, Traoré, Montano; Jankuloski (63e Basha), Marazzi, Jimenez, Galokho (89e Stojiljkovic); Brahimi (70e D. Isabella), Khadrouche.
Entraîneur: Patrick Isabella.

YB II: Von Ballmoos; Hadergjonaj, Silberbauer, Bürgy, Lecjaks; Castroman, Naili (84e Muala), Da Silva, Sessolo, Gomes (56e Joss); Kubo (46e Duah).
Entraîneur: Joël Magnin.

Notes: Centre sportif de Chavannes-près-Renens, terrain principal.

Auteur