Les 20 questions du printemps, partie 1

Les 20 questions du printemps, partie 1

Les mois à venir vont apporter des réponses aux questions que tous les suiveurs du football vaudois se posent. Nous en avons sélectionné 20, que nous vous proposons en deux parties. Aujourd’hui, les interrogations de la 1re ligue Promotion à la 2e ligue inter. Prochaine partie, de la 2e ligue à la 5e ligue.

—————————————————————————————————–

1re ligue Promotion

Le Mont réussira-t-il le double défi de la montée en Challenge League?

Pas simple. Certes, l’équipe de Claude Gross est toujours leader de 1re ligue Promotion, avant d’affronter YF Juventus ce samedi. Il s’agit pourtant bien d’un double défi, comme dit dans la question. Les règlements de la Swiss Football League sont ainsi faits que les dirigeants montains ont un gros travail à régler en coulisses pour l’obtention de la licence. Mais le risque existe que le club se concentre un peu trop là-dessus et oublie la vérité du terrain. On fait confiance à Claude Gross pour remobiliser ses troupes, pas encore en forme optimale à 2014. L’entraîneur montain n’a plus rien à prouver après son année 2013 exceptionnelle, et il lui appartient aujourd’hui de tout faire pour aller chercher une montée qui serait un exploit pour lequel il deviendra difficile de trouver un adjectif.

La tendance: Oui, Le Mont est armé à tous les niveaux pour y arriver.

—————————————————————————————————–

Les jeunes Nyonnais vont-ils confirmer?

Après les départs les plus significatifs cet hiver (Yvan Bolay, Javier Henares. Sonny Kok), le Stade Nyonnais a réagi en accueillant Hugo Fargues, parti tenter sa chance à Servette. Mais l’attaquant n’est pas encore en forme optimale et, en l’attendant, les jeunes « font le boulot » et plutôt bien. Alix Bahlouli (1994), Kevin Ben (1994) et Shqiprim Morina (1994) ont tous trois marqué face à Sion II pour la reprise samedi dernier, et ils ont épaté le public par leurs qualités de percussion. Avec Osni Mutombo (1992) dans les buts et Bigambo Rochat (1991) en défense, sans oublier Ludovic Paratte (1992, entré en jeu), le Stade Nyonnais a de vrais talents, qu’il appartient à Bernardo Hernandez de développer. Le technicien s’appuiera sur ses leaders de vestiaire, Sébastien Gormond et Aurélien Mairet, pour encadrer ces joueurs-là. Ce Stade Nyonnais 2014 a fière allure, d’autant plus si l’on rajoute Mergim Ferati, le meneur de jeu de cette équipe. Impossible de parler du Stade Nyonnais sans évoquer son n°10. Nyon, la jeunesse qui gagne.

La tendance: Oui, on y croit. Le Stade Nyonnais est sur la bonne voie, et ces jeunes talents sont dans un contexte favorable pour exploser. Dans le bon sens du terme!
—————————————————————————————————–
—————————————————————————————————–

1re ligue Classic

Y aura-t-il un club vaudois finaliste ?

Ce sera compliqué. Déjà parce que les 5 clubs ont du retard. Terre Sainte (6e), Bavois (7e), Yverdon (8e), Azzurri (9e) et Echallens (11e) partent de loin, et il faudra une série parfaite pour remonter sur Naters, YB II, Fribourg, Guin ou Meyrin et accrocher une des trois premières places. L’un des cinq peut-il y arriver?

Azzurri en a envie, et en parle ouvertement. Ce n’est pas impossible: huit points de retard, ça se rattrape, mais il faudra effectuer une série, on l’a dit. Avec les arrivées de David Jimenez, Jean-Michel Monteiro, Salou Galokho, Edin Becirovic et Davide Sugar, Azzurri a montré qu’il avait des ambitions à court terme.

Terre Sainte ne fait pas de bruit, comme toujours, mais reste le mieux classé des clubs vaudois. Mais la défaite face à Yverdon dimanche dernier (0-1) n’est pas une bonne nouvelle et la frustration est là: en s’imposant, l’USTS serait revenue à deux points des places de finaliste! Comme d’habitude très sages dans le recrutement cet hiver, les hommes de Patrick Duval peuvent y arriver eux aussi.

Pour Bavois et Yverdon, cela semble plus compliqué. Mais là aussi, la vérité du printemps peut être surprenante. Disons que si une des deux équipes y arrivait, il faudrait installer une statue de Bekim Uka et, respectivement, de Vittorio Bevilacqua, dans les deux communes. L’objectif des deux clubs n’est pas là, de toute façon.

La tendance: Terre Sainte et Azzurri ont une vraie carte à jouer, dans des registres différents.

—————————————————————————————————–

Un club vaudois risque-t-il la relégation?

Echallens n’est pas serein, mais a fait le nécessaire cet hiver pour s’en sortir. Les arrivées de Fabien Lacroix, Renato Rocha et du latéral serbe Novica Milenovic sont de bonnes nouvelles, tout comme les retours des frères Germanier. Echallens sera meilleur qu’au premier tour, c’est une certitude. Lancy, Bulle, Martigny et Monthey, ses concurrents, sont tous sérieux, mais on voit mal les hommes de Julien Marendaz finir derrière deux de ces équipes-là.

Yverdon doit se méfier. La victoire à Terre Sainte a donné confiance à tout le monde, mais YS a un vrai problème: le manque de profondeur de son contingent. Son 11 de base est bon, voire très bon, et Vittorio Bevilacqua semble avoir fait une bonne trouvaille en la personne de Marc Ummel, un gardien qu’il connaissait bien et qui a été excellent à Terre Sainte. Yverdon a un excellent entraîneur, et des joueurs de talent. Dadie Mayila, Bruno Valente, Franck Toye, Astrit Hyseni, Anthony Ciavardini et les révélations Hasib Ferhatovic et Jean-Yves Momo, sans oublier Amine Karam: la qualité est incontestablement là. Mais Yverdon n’a pas assez de monde si quelques problèmes survenaient et, dans une lutte contre la relégation, ce n’est jamais une bonne nouvelle. Il y a eu l’épisode Flavio Chioda, qui devait être titulaire au poste de latéral mais n’a pas pu être qualifié, et, globalement, YS manque peut-être de 2 ou 3 joueurs pour être tranquille. Reste que son équipe de base devrait lui permettre de réaliser un bon 2e tour, comme le prouve sa première victoire.

La tendance: Aucun relégué.

—————————————————————————————————–

Yverdon Sport va-t-il réussir à se stabiliser?

On a parlé du terrain, mais une des grandes questions concernant le football vaudois réside dans l’état de santé d’Yverdon Sport. Depuis le départ de Paul-André Cornu, le club a été repris par des personnes qui ont tout donné pour le faire vivre. Jean-Claude Tétaz, Jacky Pittet, Enzo Stretti et Mario Di Pietrantonio en ont été les présidents successifs, et tous ont agi avec énergie pour combler les brèches. Personne ne s’en cache: l’équilibre financier du club est précaire. Aujourd’hui, YS a besoin de calme et d’un peu de temps pour « revenir » à niveau, fidéliser ses partenaires et faire s’impliquer toute une région. Il y a encore beaucoup de gens qui croient en Yverdon et ont envie de croire en Mario Di Pietrantonio et Enzo Stretti, aujourd’hui président et vice-président. Le maintien en 1re ligue est une obligation, la poursuite du travail de l’ombre aussi.

La tendance: YS peut s’en sortir, mais les écueils sont encore nombreux.

—————————————————————————————————–
—————————————————————————————————–

2e ligue inter

Stade-Lausanne peut-il être rejoint par Vevey ou club genevois?

Battu à Signal-Bernex samedi, pendant que Vevey gagnait face à UGS, le SLO voit les Veveysans revenir à un point. Danger en vue? Le choc de samedi prochain à Copet donnera un premier élément de réponse, mais les hommes d’Andrea Binotto paraissent armés pour résister. Perdre à Bernex (3e) n’a rien d’un scandale et personne n’a jamais pensé que Stade finirait le championnat avec 78 points en 26 matches. Pas de quoi paniquer: Vevey est à un point derrière, c’est vrai, mais Signal est à 5 et Collex-Bossy à 8. Et aucune de ces équipes ne va gagner tous ses matches! Vevey doit aller à Perly-Certoux, à Bernex et à Collex-Bossy. Qui peut dire aujourd’hui que les hommes d’Ugo Raczynski ramèneront 9 points de ces trois déplacements périlleux? Les Veveysans ont d’énormes qualités, mais sont, cette année et à notre avis, un ton en dessous des joueurs de Vidy.

La tendance: Stade-Lausanne reste le favori de ce groupe.

—————————————————————————————————–

La bonne année pour Team Vaud M21?

Comme Stade-Lausanne, Team Vaud M21 cherche à monter depuis plusieurs saisons, sans y arriver. La donne est assez simple dans ce groupe: les joueurs d’Alexandre Comisetti sont à égalité de points avec l’ambitieux FC La Chaux-de-Fonds, 5 points devant La Sarraz-Eclépens et 6 devant Gumefens/Sorens. 2014 sera-t-elle leur année, enfin? Leur prestation samedi dernier à La Pontaise face à La Sarraz a été solide (victoire 1-0, lire ici). Reste à voir comment se comporte Lausanne-Sport et si de nombreux joueurs devront aller « finir la saison » en Super League? Alexandre Comisetti sait en général deux jours avant le match qui viendra avec lui et qui ira s’asseoir sur le banc de la I, ou jouer. Samedi dernier, Romain Dessarzin est resté 90 minutes sur le banc au Letzigrund plutôt que de jouer face à La Sarraz. A La Chaux-de-Fonds, au moins, les choses sont claires.

La tendance: Une lutte à deux avec La Chaux-de-Fonds. Mais attention encore à La Sarraz…

—————————————————————————————————–

Combien de relégués vaudois?

Dans le groupe 1, Malley devra réaliser un exploit monumental pour s’en sortir. Avec 10 points de retard sur Vernier, il faudra marquer quelque chose comme 24 points en 12 matches. On est persuadés que Benoît Pythoud fera du bon travail avec ces jeunes, mais de là à remonter pareillement… Ce ne serait même plus un miracle, mais l’Evangile tout entier.

Le FC Renens est toujours à la lutte pour le maintien dans ce groupe 2, et peut y croire. Trois équipes seront reléguées entre Vernier, Chênois et les deux clubs vaudois. Espérons qu’une des deux arrive à se sauver et Renens, aujourd’hui, apparaît bien sûr le mieux placé. Dardania Lausanne a six points d’avance et semble à l’abri depuis sa nette victoire face à Plan-les-Ouates le week-end dernier. Mais il faudra encore marquer quelques points pour être complètement sauvé.

Dans le groupe 2, on ne croit pas du tout à une chute du FC Lutry. Certes, les hommes de Daniel Puce sont toujours à la lutte, trois points au dessus de la barre. Mais ils feront les points nécessaires. Lyss, Dürrenast, Romont, La Tour/Le Pâquier et Lerchenfeld ne doivent pas être pris à la légère, mais les Singes ont les armes pour se sauver, surtout après leur bonne préparation.

La tendance: 1, en tout cas. 2, peut-être. 3, sûrement pas.

—————————————————————————————————–

Un Roi des buteurs vaudois en 2e ligue?

Olivier Boumelhaha est en tête du classement, avec 17 réalisations. Mais les chasseurs sont à l’affût! Jonathan Caeiro (Vevey) et Quentin Rushenguziminega (SLO) en sont à 16. Mickaël Dogbé (Vevey) est à 13, et Astrit Hyseni (Dardania) a 12 buts, mais il ne pourra pas améliorer son total à ce niveau, puisqu’il est parti cet hiver à Yverdon (déjà un but). Alors, « Johnny » ou « QR19 », Roi des buteurs de 2e ligue inter? A eux de jouer!

La tendance: Indécise!

—————————————————————————————————–
—————————————————————————————————–

Général

Combien de clubs vaudois au 1er tour de la Coupe de Suisse?

Il y aura le Lausanne-Sport, déjà, ainsi que le vainqueur de la Coupe vaudoise. Cela fait déjà deux. Les 4 premiers de 1re ligue Promotion sont directement qualifiés. Une chance pour Le Mont? Nyon devra sans doute passer par un tour préliminaire.

En 1re ligue Classic, Azzurri et Bavois se disputeront un ticket le samedi 22 mars (17h), tandis qu’Echallens devra se débarrasser de Guin aux Trois-Sapins (même date, même heure). Pas facile non plus pour Terre Sainte, le dimanche 23 mars à 14h30 à Coppet: le redoutable Zoug 94 sera sur la Côte. Donc, trois clubs vaudois au maximum de 1re ligue Classic seront qualifiés pour le 1er tour principal.

En 2e ligue inter, Vevey, Stade-Lausanne, La Sarraz-Eclépens et Renens sont encore en lice et ont deux tours à franchir. Vevey devra batte Courtételle et, sans doute, La Chaux-de-Fonds. Renens devra s’imposer à Perly-Certoux, puis battre, sans doute, Plan-les-Ouates. Le SLO et La Sarraz s’affronteront, et le vainqueur défiera probablement Signal-Bernex. Pas facile. Trois clubs passeront donc au maximum, mais ce serait un sacré exploit qu’ils y arrivent tous.

La tendance: Pour rappel, 8 clubs vaudois s’étaient qualifiés pour l’édition 2013. Pour cette année, le nombre pourrait être de 10, si tous passaient tous les obstacles. 3 sont sûrs d’y être: le LS, le vainqueur de la Coupe vaudoise et le vainqueur d’Azzurri-Bavois. Mais 6 ou 7 paraît un nombre raisonnable.

Categories: Coupe suisse

Auteur