«L’équipe la plus forte contre qui j’ai joué? Je dirais le Brésil… ou le Barça»

«L’équipe la plus forte contre qui j’ai joué? Je dirais le Brésil… ou le Barça»

« Hey, les joueurs de Servette sont arrivés! » Ce jeune garçon n’a pas pu s’empêcher de courir vers ses copains leur annoncer la bonne nouvelle, en plein milieu du camp organisé par l’US Terre Sainte. Le problème? En voyant arriver Hélios Sessolo, Xavier Margairaz et Alexandre Pasche, ce jeune footballeur s’est tout simplement trompé de club, ou d’époque. Les trois footballeurs professionnels qui ont rendu visite à l’USTS la semaine dernière portent évidemment les couleurs du LS. L’information a vite été rectifiée et les trois footballeurs chaleureusement applaudis.

Des questions qui partent dans tous les sens

Les 165 gamins présents à Founex toute la semaine ont pu leur poser toutes les questions possibles. En vrac? « Avez-vous déjà pris un carton rouge? », « Quel est votre modèle dans le football? », « Quelle est l’équipe la plus forte contre laquelle vous ayez joué? » Les questions partaient dans tous les sens, avec toute l’impertinence dont peuvent faire preuve de jeunes footballeurs. Si certains ne s’attendaient pas à être impressionnés ce jour-là, Xavier Margairaz a calmé tout le monde: « L’équipe la plus forte contre qui j’ai joué? Je dirais le Brésil…. ou le Barça. » Silence respectueux dans l’assemblée, pour la seule fois de l’après-midi. Evidemment, les petits ont voulu savoir si les pros jouaient à FIFA et si oui, s’ils le faisaient avec leur double virtuel. La réponse était positive, même si le LS ne figure pas dans le fameux jeu cette année. « Le match le plus marquant que vous ayez joué? » La réponse vient d’Alex Pasche, cette fois: « En Coupe d’Europe à Bilbao, avec YB. J’étais tout jeune et rentrer devant 45’000 personnes… C’était impressionnant. Sinon, la montée en Super League avec le LS, à Bienne. »

Hélios Sessolo a participé à ces camps

Voilà pour les questions des jeunes, qui ont eu droit à des autographes sur les chaussures et sur les casquettes (mais pas sur les t-shirts officiels du camp!) et pu se remettre au boulot assez vite. Car non, ils n’étaient pas là que pour voir des stars, même si la visite des trois Lausannois a été chaleureusement applaudie. Surtout, ils ont été bluffés d’apprendre qu’Hélios Sessolo, junior de l’USTS, avait participé à ces fameux camps de l’été. Le milieu de terrain du LS s’en est souvenu: « Il y a de très bons éducateurs ici et tout ce qu’il faut pour bien faire. On peut évidemment arriver au haut niveau en partant d’ici, il suffit de s’en convaincre et de travailler ».

Le premier mail arrive dix minutes après le lancement des inscriptions

Ces phrases-là ont été bien retenues par les 165 jeunes présents à Founex, sous une chaleur de plomb. Depuis 2004, l’USTS a confié l’organisation de ses camps à Lionel Hug. Ils ont grandi au fil du temps, se déroulant aujourd’hui sur deux semaines, et attirant 330 enfants au total. « Mais ce sont bien souvent les mêmes qui font les deux semaines », explique l’organisateur. Les ateliers sont nombreux et variés, et les camps n’ont en tout cas pas besoin de publicité, étant complets… depuis l’hiver ou presque. « Quand on lance les inscriptions à minuit, on reçoit déjà le premier mail à minuit dix. C’est plein très vite », se réjouit Lionel Hug. L’idée est donc de s’agrandir pour l’année prochaine, mais pas question de perdre l’esprit du camp ou de passer à trois semaines. « Non, nos membres sont des bénévoles. On ne peut pas leur demander de prendre trois semaines de vacances quand même », sourit le patron. Alors? S’agrandir, peut-être, mais cela est encore de la musique d’avenir.

Plus de 10% de filles

Le présent, ce sont les gamins qui s’amusent, dont bien une vingtaine de filles. « Les participants viennent de l’US Terre Sainte, mais pas seulement. On a des enfants de toute la région », explique Lionel Hug. Les petits et les grands (nés entre 2000 et 2007) y trouvent leur compte, arrivent le matin et repartent en début de soirée. « C’est ce qui fait notre force aussi. On ne les lâche pas au milieu de l’après-midi, mais bien vers 18h, comme ça les parents peuvent venir les chercher en sortant du travail, c’est idéal. »

Tout le monde était content

Parmi les organisateurs, quelques noms bien connus, comme des joueurs de la I ou de la II de l’USTS, ou par exemple Benoît Bryand, parti cet été au FC Echallens Région. Lui aussi se dépense sans compter pour que ce camp soit une réussite. « On passe toute la journée ici et le soir, départ pour l’entraînement. Et comme Bernardo Hernandez nous a concocté une préparation assez poussée, je suis vanné le soir », sourit le latéral, qui s’apprête à passer un mois en Chine dans le cadre de sa formation professionnelle. C’est grâce à lui que les trois Lausannois sont venus, lui qui a passé une partie de ses études avec Alex Pasche: « C’est vraiment sympa de leur part. Rien ne les obligeait à venir entre deux séances d’entraînement. C’est la classe. » Les organisateurs étaient contents, les enfants aussi… Bref, tout va bien aux Camps de foot de l’US Terre Sainte.

http://www.campsdefoot.ch/

Categories: Divers, Football d'élite

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.