Le Talent accroché par un très bon FC Assens II

Le Talent accroché par un très bon FC Assens II

Bien des équipes risquent de souffrir en allant affronter le FC Assens II sur son terrain cette saison. Le FC Le Talent, l’un des favoris du groupe 3 de 4e ligue, l’a compris jeudi soir, en match avancé de la première journée. Jérémy Devaud et ses coéquipiers, qui ont largement les moyens d’aller chercher une place de finaliste, ont gagné ce qui ressemble finalement à un bon point, tellement ils ont été malmenés durant cette partie. Clairement, si l’on devait désigner un vainqueur aux points, ce serait cet étonnant FC Assens II, qui a galvaudé des montagnes face à un adversaire dont le potentiel semble supérieur, mais qui ne l’a pas vraiment montré jeudi.

Le Talent a une envie claire de finales

Les ambitions des deux clubs cette saison? Le Talent ne le cache pas, il veut terminer dans les deux premiers. « L’an dernier, on termine à deux points de la deuxième place, donc c’est clair qu’on aimerait y arriver cette saison », explique Sébastien Salvi, jeune et très motivé entraîneur de cette bonne équipe de 4e ligue. Et du côté d’Assens? « Le comité m’a demandé une place dans les cinq premiers. Mais plutôt que de parler d’objectif chiffré, vu qu’on ne sait pas vraiment ce que valent les autres équipes, je préfère me fixer  l’objectif de faire progresser chaque joueur physiquement, techniquement et tactiquement. Ce sont les trois piliers de base et c’est la mission que je me fixe vraiment, indépendamment du classement », glisse Vincent Barbay, nouvel entraîneur de cette séduisante deuxième garniture du FCA.

Voncent Barbay: « On savait que ce serait costaud en face »

On écrit « séduisante », parce que c’est vrai. Cette équipe-là a du coeur et on la sent capable de faire mieux que la sixième place de l’an dernier. Et, on peut le dire sans crainte, on a assisté à un vrai bon match de 4e ligue, d’autant plus pour une reprise. Vincent Barbay peut être rassuré: son équipe est prête. « C’était quand même un test pour nous aujourd’hui. On a joué quatre matches amicaux et on les a tous gagnés, mais face à des équipes qui n’étaient pas forcément prêtes… Ce n’était pas très significatif, sauf peut-être notre succès face à Pied du Jura II. Là, on savait que ce serait costaud en face, mais on a répondu présent. » Plutôt, oui. Mis à part l’entame de chaque mi-temps, qui a été clairement à l’avantage des visiteurs, Assens a fait mieux que rivaliser.

Le Talent a en effet commencé fort, ouvrant la marque de fort belle manière. Le 0-1? Un corner splendide de Matthieu Charles pour la tête de Thierry Leresche. Un joli coup de patte pour un bon coup de boule: du bon travail, vraiment. A ce moment-là, les joueurs de Sébastien Salvi méritaient clairement leur avantage. Techniquement, ils étaient meilleurs et la circulation de balle était clairement à leur avantage.

« Ca sert à rien, ces longues balles », a-t-on pu entendre une seconde avant le 1-1

Mais, dès cette ouverture du score, Assens allait reprendre le dessus, égalisant sur une action comme en rêvent tous les supporters des divisions inférieures britanniques: un dégagement du gardien, un ballon qui tape par terre, et l’avant-centre, Damien Bourgeois, qui place une tête lobée par dessus Lionel Rudaz. L’assist est donc pour Gaël Grossenbacher, le très bon gardien du FCA. Le plus drôle? Au moment où il envoie son dégagement, un cri réprobateur se fait entendre depuis l’avant de la buvette: « Ca sert à rien, ces longues balles! » Une seconde après, but, et toute la buvette qui rigole gentiment du supporter mal inspiré. C’est aussi pour ces moments-là qu’on aime ce football-là.

Sébastien Salvi: « Il reste 57 points à prendre! »

Le reste de la première période? Rien, ou pas grand-chose, au niveau des occasions, mais de belles séquences de jeu de part et d’autre. Reste qu’il est difficile d’expliquer pourquoi Le Talent a perdu le contrôle d’un match qu’il semblait maîtriser… même si Sébastien Salvi a son idée: « Franchement, on était un peu tétanisés par l’enjeu. Je ne sais vraiment pas pourquoi… Bon, il s’agissait d’un derby, d’accord, mais j’ai essayé de relativiser! Il reste 57 points à prendre derrière! Mais les gars, je ne sais pas, ils n’étaient pas sereins. Ca a été mon message à la pause: jouons au foot, arrêtons d’avoir peur! » Des mots qui ont fait effet, car les joueurs de Saint-Barthélémy et d’Oulens sont revenus « à coin » des vestiaires. Et Assens a senti le vent du boulet passer pendant quinze minutes de feu.

De la 46e à la 60e, il n’y avait que Le Talent sur le terrain

Ce quart d’heure-là a suffi à tout le monde pour comprendre que Le Talent, en 2014/2015, sera à prendre très au sérieux. Renforcée intelligemment cet été, l’équipe de Sébastien Salvi a montré qu’elle savait jouer au football, et plutôt très bien, même en l’absence de quelques joueurs (« J’ai quelques bons éléments qui manquent, mais comme dans toutes les équipes en début de saison, je ne vais pas me plaindre », soulignait l’entraîneur). La première grosse occasion de la deuxième période? Une frappe puissante de Lionel Romanens sur le poteau (50e), alors que Gaël Grossenbacher semblait battu. Dans les secondes suivantes, le même Romanens débordait et servait Alessandro Lai sur un plateau, mais le coup de tête de celui-ci était capté sans difficulté par le gardien du FCA. Assens prenait l’eau pendant ce quart d’heure, mais s’en sortait très bien… et refaisait petit à petit surface, tout comme en première mi-temps!

La très bonne préparation du FCA

Vincent Barbay avait son idée sur le pourquoi du comment de ces regains de forme subits: « En fait, vu qu’on a réussi à laisser passer l’orage sans trop de dégâts, on a repris confiance. Et eux, ces moments forts leur ont coûté beaucoup d’énergie. On a pu en profiter pour revenir dans la partie à chaque fois. Et je dois dire qu’on a bien travaillé physiquement cet été. On a pas mal insisté là-dessus et les gars ont répondu présent. A chaque fois, on était 15 à l’entraînement, ce qui est admirable. Ca me manquait un peu à Bercher, d’où je viens, où, malheureusement, on était un peu moins nombreux. Là, je revis complètement et je peux dire que je suis très heureux de mes débuts ici. »

Une montagne pour Julien André et Assens à la 75e

Dès la 60e, Assens a en effet tout fait pour aller chercher la victoire sous l’impulsion d’un très bon David Finolezzi. Ce jeune homme, arrivé du FC Echallens II cet été, est dynamique, technique, altruiste. On a bien aimé sa performance et il devrait avoir rapidement sa chance avec la I. Il est venu pour cela et a les qualités pour faire des différences en 2e ligue, c’est une certitude, même si le palier à franchir n’est pas forcément évident. On se réjouit de suivre sa progression: si elle est aussi explosive qu’il l’a été jeudi sur le terrain, il a ses chances. Bon, les occasions pour Assens? Une frappe de Damien Bourgeois à côté (60e), un lob de Julien André mal cadré (62e), une frappe de Finolezzi, encore à côté (89e) et des coup-francs fuyants, mais surtout, une montagne, à la 75e. Julien André parti (hors-jeu?) affronter seul Lionel Rudaz, sans l’ombre d’un défenseur à moins de dix mètres, a eu tout le temps, durant sa course, de penser à ce qu’il allait faire pour inscrire le 2-1, mais aussi comment le fêter. On n’exagère pas, il avait tellement d’avance qu’il aurait pu y aller en arrière, passer prendre une bière à la buvette, revenir et toujours avoir cinq mètres d’avance. Il était tout seul. Mais du genre tout seul. Presque trop, parce qu’il a eu justement trop de temps pour réfléchir et Lionel Rudaz, qui n’avait rien à perdre dans cette histoire, est sorti vainqueur de ce duel. Dommage, cette occasion-là avait le poids de la victoire.

Un point encourageant pour chacun

Pour Le Talent? Une seule occasion, dans l’enchaînement, mais Marc Pierrehumbert frappait de peu à côté (77e). 1-1, score final, un résultat que l’on qualifiera quand même de correct, même si, on l’a compris, Assens II est passé plus près de la victoire que Le Talent, une équipe objectivement meilleure que lui. Bref, 1-1 le tableau d’affichage ne ment jamais, ça fait bien un point chacun. Mais ce résultat est encourageant pour les deux équipes. Pour Assens, car il montre qu’il peut rivaliser avec les meilleurs et que sa préparation a été de bonne qualité. Et pour Le Talent, parce que quand cette équipe a mis l’accélérateur, c’est-à-dire dans le premier quart d’heure de chaque mi-temps elle a été très bonne.

Les hommes du match

Du côté d’Assens, gros match de David Finolezzi, on l’a dit. Ce joueur-là a d’énormes qualités. Mention très bien également à Steve Pittet au milieu de terrain. Un vrai leader, très à l’aise à la récupération et à l’orientation du jeu. Il sait quoi faire du ballon et n’hésite pas à mettre le pied pour le récupérer. Enfin, on a bien aimé la deuxième mi-temps de Jonas Pasche en défense centrale. Toujours bien placé, il a pris quelques risques dans la relance qui ont un peu effrayé son entraîneur, mais il s’en est toujours bien sorti.

Pour Le Talent, gros match de Robin Grossenbacher au milieu de terrain. Lui, il n’est pas vraiment embêté par le ballon, c’est le moins que l’on puisse dire. Les contrôles sont propres, le ballon reste dans les pieds et il a certaine vista. On aurait aimé le voir se projeter un peu plus vers l’avant, mais on ne va pas pinailler: dans la construction, il a été bon. Il aurait peu-être aimé marquer un but  à son frère Gaël, qui occupait le poste de gardien en face, preuve que ce match est bel et bien un derby. Enfin, Lionel Romanens a bougé un peu la défense d’Assens physiquement, et sa frappe de la 50e sur le poteau montre qu’il a des qualités offensives indéniables. Reste à mettre peut-être encore plus de détermination et à aller au bout des actions, mais les qualités de base d’un très bon attaquant de 4e ligue sont là.

Les prochains rendez-vous

Nouveau joli derby pour Assens, sur le terrain du FC Poliez-Pittet, le dimanche 31 août à 14h. Le Talent a congé en championnat jusqu’au 7 septembre, un dimanche, à 15h. Ce sera le FC Poliez-Pittet, justement, qui se rendra à Saint-Barthélémy. Avant cela, Le Talent essaiera de se qualifier pour le tableau principal de la Coupe vaudoise, en recevant la deuxième équipe d’Azzurri 90 LS, le mercredi 26 août, à 20h. Pas facile du tout…

FC Assens II – FC Le Talent 1-1 (1-1)

Buts: 15e Leresche 0-1; 25e Bourgeois 1-1

Arbitre: M. Adem Cehic.

Assens II: G. Grossenbacher; Eckert, Martin, O. Dutoit, G. Dutoit; Martin, Pittet, André, Finolezzi, Brülhart; Bourgeois.

Sont entrés en jeu: Jaton et Pasche.

Entraîneur: Vincent Barbay

Le Talent: Rudaz; Leresche, Helm, Faillétaz, Devaud; Jaquier, R. Grossenbacher, Cretegny, Pierrehumbert; Charles, Soldat.

Sont entrés en jeu: Favez, Croce, Romanens et Lai.

Entraîneur: Sébastien Salvi

Terrain du FC Assens