Le Stade Nyonnais finit son année sportive en beauté

Le Stade Nyonnais finit son année sportive en beauté

C’est fait! Le Stade Nyonnais, en prenant sa revanche sur Tuggen (vainqueur 1-5 à l’aller en terres schwytzoises) a conclu en beauté une année 2014 absolument magnifique. Le score de cette dernière sortie de l’année à Colovray, devant 225 spectateurs? Un net 4-0, grâce à un triplé de Dylan Dugourd et à un but en fin de match de Babacar Dia Mbaye. Les Nyonnais terminent donc la première partie de saison à la 8e place, après avoir disputé le premier tour et les deux premiers matches du deuxième. Du bon travail, sur le terrain.

Le Stade Nyonnais a 25 points à la pause

Pourquoi on écrit explicitement « sur le terrain »? Car tout n’est pas aussi simple en coulisses, où les interrogations sont nombreuses et compliquent la tâche d’une équipe admirable. Pour ce dernier match de la saison, les joueurs et le staff ont montré un coeur remarquable, le même que depuis plusieurs mois. Avec un groupe ultra-jeune, Bernardo Hernandez accomplit un travail titanesque, même si ce perfectionniste regrette les points lâchés en route. Oui, le Stade Nyonnais pourrait être un peu plus haut au classement, sans doute. Mais le fait est qu’il possède 25 points à la pause, et cela est déjà suffisamment intéressant en soi pour le signaler. L’an passé, Saint-Gall II s’est sauvé avec 25 points… mais le groupe de Promotion League ne comportait que 15 équipes suite à la faillite de l’AC Bellinzone. Disons qu’il manque encore six points à Nyon pour se sauver de toute manière. En 13 matches, cela semble jouable.

Dylan Dugourd, 18 ans, auteur de trois buts en quarante minutes samedi

Comme un symbole, un très jeune joueur a frappé fort ce samedi face à Tuggen. Son nom? Dylan Dugourd. Né en décembre 1995, et repéré par Bernardo Hernandez du temps où il évoluait en juniors à Carouge, cet attaquant a poursuivi sa formation à Servette, avant de partir à Brescia, en Italie. De retour à Carouge, il a rejoint le Stade Nyonnais cet automne, et est donc en train de marquer les esprits. Pourquoi ce jeune homme de 18 ans est-il à ce point un symbole? Parce qu’il incarne à merveille la jeunesse du Stade, tout simplement. Les autres titulaires? Federico Varela (1996), Dylan Tavares (1996), Alban Ramadani (1994), Mergim Bajraktari (1993), Bruno Brito (1991)…

La jeunesse, une bonne excuse? Non, une force

En fait, seuls Oliver Maric et Sébastien Gormond encadrent cette bande de jeunes chiens fous, qui font les points et les font bien. Le Stade Nyonnais n’a pas le choix: il n’a pas d’argent, et doit donc miser sur la formation. Mais là où d’autres clubs se sont servis de la jeunesse comme d’une excuse pour justifier leur dernière place, le club de Colovray en fait une force. Bernardo Hernandez est exigeant et a retourné le problème. Ceux qui sont motivés et veulent une place en Promotion League ont leur place à Nyon. Les autres, ceux qui sont attirés par l’argent? Non, merci, prière d’aller voir ailleurs. Beaucoup ont ce discours, mais à Nyon, il fonctionne sur le terrain, pas seulement sur le papier. Une preuve? Il suffit de le demander au FC Tuggen, parti de Colovray avec quatre buts dans le coffre…

Il faut le dire et le répéter: ce qui est en train de se passer à Nyon force le respect. Cette équipe-là, avec cet entraîneur-là, méritent d’être soutenus.

Ils ont dit à Footvaud.ch

Bernardo Hernandez, entraîneur du Stade

Je suis fier des joueurs, tout simplement. Dylan Dugourd? Un jeune garçon intéressant, qui nous a rejoint en cours de route. Il n’a pas commencé la préparation avec nous, et je lui ai dit que je comptais surtout sur lui pour le deuxième tour. Il a marqué quatre buts en deux matches avec la deuxième équipe et avec nous, il en est désormais à six buts en trois titularisations, ce qui fait de lui notre meilleur buteur! La situation du club en coulisses? Je vous dis ce que j’ai dit aux joueurs: nous, on a une influence sur ce qu’il passe sur le terrain. Soyons irréprochables et faisons notre partie du boulot. Avec 25 points à la trêve, c’est fait. Ce que j’espère simplement, c’est que ce groupe ne va pas éclater. J’aimerais pouvoir travailler sereinement, sur le long terme, et j’aimerais pouvoir conserver tout le monde, mais cela ne dépend évidemment pas de moi. C’est tout ce que je peux dire aujourd’hui. Si on arrive à se concentrer sur le terrain? Peut-être que le fait d’être dans l’incertitude, car c’est là où nous sommes aujourd’hui, a pu perturber un peu l’équipe et lui coûter quelques points, oui… Mais de nouveau, on doit faire abstraction de cela et je tiens à souligner que j’ai un groupe extraordinaire cette année. Ils ont envie de progresser, ils sont à l’écoute, et oui, j’ai envie de continuer avec eux. Je suis déterminé, je ne vais pas lâcher. La reprise de l’entraînement est prévue au 19 janvier.

Sébastien Gormond, capitaine du Stade

C’est une belle manière de finir l’année, oui. On a été bons, surtout en deuxième mi-temps. Le porteur de ballons avait beaucoup de solutions, c’était agréable. En première période, on y était dans l’envie, mais pas forcément dans le jeu. Alors oui, c’est très bien, on a eu notre revanche sur Tuggen et dans les vestiaires, on s’est dit qu’en Coupe d’Europe, on serait qualifiés grâce au but à l’extérieur (rires). C’est vrai que l’incertitude à l’intérieur du club ne nous aide pas, mais on arrive parfaitement à faire abstraction. C’est la grande force de ce groupe, même si on pourrait penser que notre jeunesse nous rendrait friables mentalement. Ce n’est pas le cas, et il faut souligner le mérite d’un joueur comme Olivr Maric, parfait dans le discours et dans l’attitude. De manière plus globale, je tiens à souligner les mérites des joueurs, du staff et de tous les bénévoles qui font en sorte que ce club aille de l’avant. On porte les couleurs du Stade Nyonnais et on fait tout pour qu’elles soient honorées de la meilleure des manières possibles. Mais on ne sait pas de quoi demain sera fait, et c’est vrai qu’on avait de grands espoirs à la suite de l’arrivée des nouveaux dirigeants… On ne pensait pas que notre budget allait doubler ou tripler comme par magie, mais on pensait au moins que des petites choses seraient réglées… Là, on est livrés à nous-mêmes ou quasiment. Si je prends mon exemple personnel, je suis en fin de contrat au terme de ce mois et personne ne m’a parlé, de manière directe ou indirecte. Je ne sais pas si je serai encore là, personne ne m’a rien proposé! Bon, c’est peut-être leur manière de procéder… C’est pour cela que j’aimerais simplement terminer en remerciant tous les joueurs pour ce premier tour magnifique. On a répondu présent à tous les matches, sauf une fois où on est vraiment passé à travers, à Brühl. Sinon, on a rivalisé avec tout le monde, et je pense même qu’on aurait pu terminer plus haut. Dans le jeu, on a toujours été bons, même lors de notre légère mauvaise passe, qui ne concernait que les résultats, pas la manière.

Stade Nyonnais – FC Tuggen 4-0 (1-0)

Buts: 9e, 50e et 52e Dugourd 3-0; 72e Mbaye Dia 4-0.

Stade Nyonnais: Mutombo; Dylan Tavares, Mbaye Dia, Maric; Gormond, Bajraktari, Ramadani, Varela (72e Lewis Tavares); Fargues; Brito (60e Piccot), Dugourd (78e Begzadic).

Entraîneur: Bernardo Hernandez.

Centre sportif de Colovray, 225 spectateurs.

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.