Le rôle du gardien au cœur de la SN Academy

Le rôle du gardien au cœur de la SN Academy

Deux anciens portiers ont décidé de redonner leur lettre de noblesse au rôle, souvent décrié, de dernier rempart. En effet, leur projet, la « SN goalkeeper academy » a pour but de travailler spécifiquement avec les gardiens.

L’ex-international suisse, Sébastien Roth et Nicolas Jotterand, ancien joueur au niveau plus que respectable (1re ligue avec Stade Lausanne et 2e ligue avec notamment Pied du Jura), sont les instigateurs de ce projet qui se veut innovateur. « Nous avons remarqué au fil de nos expériences que les structures n’étaient pas en adéquation », débute Nicolas. À part celles de Super et Challenge League et certaines de Promotion, peu de formations s’occupent de leur dernier rempart. Je précise qu’on n’a pas la science infuse, mais le gardien est une pièce indispensable de l’équipe et il faut le choyer. »

Active depuis l’été dernier, l’académie fonctionne pour l’instant avec les deux protagonistes. « Par contre, et selon l’évolution de notre structure, nous avons plusieurs connaissances qui rejoindraient l’aventure au fil des mandats que l’on pourrait obtenir », confirme l’ancien joueur de Servette. Demandée par plusieurs clubs de divers niveaux, la « SN »a fait des débuts prometteurs.

Yvonand profite de la SN avec succès

Le FC Yvonand, pensionnaire de 4e ligue, et premier de son groupe, a tout de suite été séduit par le projet. Et le travail paie. En effet, la troupe de Benjamin Wolf est la troisième meilleure défense de Suisse (La défense de fer d’Yvonand). L’entraîneur témoigne : « Leur apport a été précieux pour nos gardiens, Théo Bovay et Adrien Pittet, mais aussi pour l’équipe. Nicolas (NDLR : Jotterand qui s’est chargé de ce mandat) a débarqué avec une méthodologie précise, proche de celle de l’ASF, elle ne révolutionne rien, mais est efficace et adaptée à nos besoins. Il s’occupe de nos cerbères de manière hebdomadaire avant l’entraînement collectif. Depuis le début de la saison, il arrive les garder sous pression, c’est une très bonne chose. » Surtout que les deux ont foulé les pelouses vaudoises lors du premier tour. Engagé et passionné, l’ex-joueur de « PdJ » s’est même déplacé à plusieurs reprises pour voir les matchs de « ses » protégés.

Jeune entraîneur Benjamin Wolf, de concert avec son président Soprano Marinelli, avait décidé de mettre l’accent sur un domaine souvent oublié par les adversaires. « On a eu cette réflexion avant l’entame de la saison. L’engagement du prometteur Theo, qui désirait retourner dans le club où il a effectué ses juniors, a fait pencher la balance en faveur de l’académie. En plus, les portiers ont autant besoin d’attention que leurs 10 coéquipiers », explique le coach. Et personne n’oserait le contredire.

Le foot des talus est donc une volonté pour les deux associés. Mais pour quelles raisons? « Parce que dans les divisions inférieures il y a beaucoup de travail et que parfois, l’entraînement du portier est négligé, clame Sébastien Roth. Ce qui m’agace le plus est d’entendre un coach dire « toi, là, va chauffer le gardien », et voir ce joueur envoyer de gros tirs. Ce n’est pas comme ça qu’il va progresser, il a besoin d’un encadrement qui pense à lui. » De surcroît, en tant qu’observateurs privilégiés et grâce à leurs relations, les amis de longue date peuvent signaler aux catégories supérieures un cerbère qui mériterait sa chance plus haut. Un appui est également proposé aux volontaires dans les clubs qui souhaitent optimiser leur structure consacrée aux portiers. Le foot féminin est aussi une « cible » pour la SN, car « nous voulons apporter notre expertise à Monsieur et Madame Tout-le-Monde».

Programme personnalisé

Les sessions offertes par la SN goalkeeper academy sont à la carte. Toutes les propositions sont étudiées, il n’y a rien de défini. « Nous aimons rencontrer l’entraîneur pour fixer les objectifs, étaye Nicolas Jotterand. Les séances sont modulables et peuvent être adaptées selon les désirs du club. On se déplace dans les installations de la formation en question. On peut venir plusieurs fois par semaine, par mois, ou réaliser un one-shot, continue-t-il. Un entraînement individuel est aussi possible et les gardiens peuvent directement nous contacter. Par exemple, en février, j’accompagne l’équipe du Pied du Jura en camp de préparation au Tessin. »

Outre le côté sportif, l’aspect psychologique est également important. « Il est nécessaire d’accompagner et bien sentir les joueurs avec lesquels on travaille. C’est même primordial », dit l’ex de Malley. La confiance est un moteur indispensable afin de faire progresser les jeunes et moins jeunes, car le duo est ouvert à toutes les classes d’âge et de défis.

« On aime notre poste »

Tous les deux diplômés de l’ASF (N2), le duo ne compte pas leurs heures sur les terrains et au vu du succès rencontrés depuis le début de l’aventure, ils vont devoir trimer dur, car à côté ils travaillent à 100%. Qu’est-ce qui les motive à se donner autant ? « On aime notre poste, s’exclament-ils à l’unisson. C’est notre passion depuis bien longtemps et nous voulons la transmettre à tous, quel que soit leur niveau ».


Plus d’information: sngoalkeeper@gmail.com

Auteur

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*