Le nouveau rôle de Xavier Margairaz

Le nouveau rôle de Xavier Margairaz

Xavier Margairaz, son toucher de balle, sa vision du jeu et sa mentalité de grand professionnel. Avec ces quelques mots-là, on a l’impression de résumer sa carrière entière, laquelle l’a mené jusqu’à l’équipe nationale suisse et à la Liga espagnole, deux sommets inatteignables pour le commun des joueurs vaudois. Cet homme-là, aussi humble que discret, laissera toujours parler les autres, se contentant de ce qu’il sait faire de mieux: jouer au football, avec passion et application. Aussi longtemps qu’il le pourra, il donnera du plaisir aux spectateurs sur le terrain, lui qui peut débloquer n’importe quelle situation d’une passe parfaite, sa véritable marque de fabrique.

D’autres solutions privilégiées quand le LS est privé de ballon

Hélas, les amoureux du football vont devoir gentiment s’habituer à la vie sans Xavier Margairaz, lequel ne sera pas un titulaire indiscutable à la Pontaise cette année. C’est dommage? Oui, bien sûr, et on aimerait le voir jouer à chaque minute, tout le temps, mais la réalité est que Fabio Celestini comptera sur lui dans les moments où le Lausanne-Sport aura le ballon, c’est tout. En Challenge League, le LS l’avait souvent, pour ne pas dire tout le temps, mais ce ne sera pas le cas en Super League cette saison, ou disons pas chaque week-end. Alors, pour mettre de la vitesse, de l’intensité, de l’agressivité à la récupération, l’entraîneur lausannois privilégiera d’autres solutions à mi-terrain, comme il l’a fait dimanche dernier face à Grasshopper, sans grand succès d’ailleurs, ou comme face à Thoune cette fois, avec beaucoup plus de réussite.

Il n’a jamais été du genre à se plaindre

Le Nord-vaudois n’a jamais été du genre à se plaindre ou à revendiquer des choses dans la presse ou dans le vestiaire. Ce n’est donc pas à 32 ans qu’il va commencer. « Chaque joueur veut jouer le plus possible », s’est-il contenté de répondre avec le sourire quand on lui a posé la question dimanche de savoir s’il acceptait le choix de son entraîneur. Bien sûr, il ne va pas faire de vagues, et il sait que ce n’est qu’en travaillant et en faisant de bonnes entrées lorsqu’on fait appel à lui qu’il pourra inverser la tendance de ce début de saison, lui qui aura donc joué 30 minutes sur 180, même en étant très en forme.

62% de possession de balle pour le LS dimanche

Fabio Celestini l’a dit après la défaite face à GC: son équipe manque d’expérience. Il pourrait donc faire débuter le Nord-vaudois pour gagner justement des points dans ce secteur-là et encadrer des joueurs comme Olivier Custodio et Musa Araz, qui découvrent la Super League, mais la vérité est que l’entraîneur du LS a peur de voir son équipe privée de ballons et, donc, de devoir défendre avec un joueur, Margairaz, pas vraiment fait pour cela et grillé après une mi-temps. Aucune chance, donc, de le voir débuter à Bâle ou à Young Boys. Mais à domicile contre Thoune ce dimanche, lorsque le LS comptait 62% de possession de balle (statistique SFL) et que le score était de 2-2, Fabio Celestini n’a pas hésité à faire entrer son meneur de jeu, conscient qu’une inspiration de sa part pourrait mener les siens à la victoire.

Un poteau pour commencer, un caviar pour continuer

La récompense? Cela a fonctionné. Bien en jambes, le numéro 5 a commencé par se procurer une grosse occasion (frappe sur l’extérieur du poteau, 75e) et, surtout, il a délivré un caviar en profondeur pour Gabriel Torres (3-2, 80e). Xavier Margairaz a donc fait ce que son coach attendait de lui: être décisif quand son équipe a le ballon et amener son expérience. Cela n’a pas suffi pour gagner cette fois, mais le numéro 5 du LS va sans doute devoir s’habituer à son nouveau rôle: être sur le terrain quand son équipe aura le ballon et se montrer créatif. Ca tombe bien, c’est justement ce qu’il a toujours fait de mieux dans sa carrière.

Fc Lausanne Sport vs Fc Thoune 4-4

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Categories: Football d'élite

Auteur

Ecrire un commentaire

Only registered users can comment.