Le Mont retrouve officiellement la Challenge League

Le Mont retrouve officiellement la Challenge League

« Deux promotions en deux ans! On est fatigués, mais on va aller fêter ça, tous ensembles! On est partis pour une belle soirée à Lausanne, je crois qu’on l’a bien mérité! » Michele Morganella avait la voix d’un homme heureux, samedi soir, quelques heures après la victoire du Mont face à Zurich M21 (3-2). Ce succès officialise en effet la montée du FC Le Mont en Challenge League au bout d’une saison épatante, passée quasiment tout le long à la première place. « Morga » le rappelle, le FC Le Mont était encore en 1re ligue Classic il y a douze mois et se retrouvera, dès le mois prochain, dans le cercle très fermé des 20 meilleures équipes suisses et liechtensteinoises. Il y a eu beaucoup de « si », de « peut-être », de « en cas d’obtention de la licence »… Désormais, il n’y a plus rien d’incertain. Il n’y a plus de conditionnel, plus de « peut-être ». Il n’y a qu’une phrase, et elle claque bien: Le Mont est promu en Challenge League.

9 des 11 titulaires l’étaient aussi à Baden il y a douze mois

« Si on m’avait dit ça il y a deux ans? Non, bien sûr que je ne l’aurais pas cru. » Claude Gross a beaucoup de mérites, dont celui de la franchise. Non, ce FC Le Mont n’était pas programmé pour atteindre ce niveau, mais a tellement tout fait juste qu’il a fini par y arriver. On a vu cette équipe ne pas arriver à battre Malley il y a 24 mois et rester en 1re ligue Classic, mais on l’a aussi vue, douze mois après, s’imposer souverainement à Baden pour monter en 1re ligue Promotion. « On me dit de profiter, de tout oublier aujourd’hui… Mais il ne faut justement pas oublier d’où l’on vient! Les épreuves par lesquelles nous sommes passés ont forgé ce groupe », relève Claude Gross. Le plus fort? Le Mont a eu l’intelligence de ne pas tout chambouler et ce constat est à mettre autant au crédit de Claude Gross que de son président Serge Duperret. Aujourd’hui, et il faut le dire et le souligner, Le Mont a battu Zurich M21 avec 9 joueurs qui étaient titulaires à Baden l’an dernier. Seuls Emmanuel Domo et Nicolas Gétaz n’étaient pas là il y a 12 mois, parmi les joueurs ayant débuté! « C’est aussi ce qui a fait notre force », souligne Michele Morganella. Cet état d’esprit, cette volonté de ne rien lâcher, c’est aussi cela, le FC Le Mont.

Claude Gross: « On monte parce qu’on est premiers, c’est tout »

Cette saison n’a pas été facile et Le Mont n’a peut-être pas été aussi souverain en 2014 qu’en 2013, même si ce constat fait sourire Claude Gross: « Oui, j’ai entendu ça… Au final, on est là, on est devant. Et je rappelle juste qu’on est premiers, licences des autres ou pas. On ne monte pas parce que les autres n’ont pas de licences, on monte parce qu’on est premiers, point. Je rappelle simplement qu’on nous a enlevés trois points à Tuggen (lire ici), alors que l’on avait gagné ce match sur le terrain. Avec ces trois points-là, on a quatre points d’avance ce soir. » Le dernier match à Sion M21, la semaine prochaine, devient-il dès lors un match amical? « Non! On va aller là-bas pour gagner, en respectant la compétition dans laquelle on joue. C’est sûr que la semaine d’entraînement sera plus détendue, forcément, mais on ne va pas faire n’importe quoi. » Une philosophie qui cadre avec celle du travail au quotidien. Claude Gross l’a toujours dit: au Mont, on est un club amateur qui travaille comme un club professionnel, avec un préparateur physique et un staff qui sait ce qu’il fait.

Une saison qui a été longue et quasiment sans pause

Du côté des joueurs, le soulagement est à la hauteur des efforts accomplis. « La saison a été longue. Après la promotion, on a joué jusqu’en décembre… Et le 7 janvier, on était sur les terrains pour préparer le match à Bâle! », fait remarquer à raison Michele Morganella, qui se réjouit d’avoir un peu de vacances footballistiques pour voir autre chose que Le Châtaignier quelques jours. Claude Gross en est conscient: « On est passé par beaucoup d’émotions cette saison et c’est normal que l’équipe soit un peu émoussée. Ce soir aussi, on a souffert face à Zurich. On aurait pu mener 4-0 d’entrée, mais on se fait planter en contre. 0-1! On revient en dix minutes, on mène même 3-1, et on se fait peur tout à la fin… Mais on a tenu, et on est là. Mon sentiment? Il y a un peu de fierté, bien sûr. Ce que je vais me dire ce soir sur mon canapé? Je ne vais pas le voir beaucoup ce soir (rires), mais demain, quand je me poserai, je me dirai peut-être qu’on a fait quelque chose de bien. »

La victoire personnelle de Serge Duperret

 Quelque chose de bien? Quelque chose d’énorme, oui. Le Mont-sur-Lausanne fait en effet partie des 20 meilleurs équipes du pays et cette phrase n’est de loin pas anodine. Ce constat sportif a également été rendu possible par l’obtention de la licence, et il s’agit là d’une victoire personnelle pour le président Serge Duperret, qui s’est énormément impliqué cet hiver pour l’obtenir. Michele Morganella ne s’y trompe pas: « Ce soir, il était très ému… Je crois que c’est le plus beau jour de sa vie! Il y avait des larmes chez lui et on est heureux de lui avoir offert ces émotions-là. »

Seul départ acté avec certitude, celui de Ridge Mobulu à Lucerne

 La suite? Le Mont jouera à Baulmes, on le sait, dans une Challenge League à 10 très attractive avec Lausanne, Servette, Lugano, Bienne… Il y aura de superbes matches au Stade Sous-Ville et Le Mont se battra avec ses armes. Pour quel objectif? Avec quels joueurs? Seule certitude, Ridge Mobulu part en beauté, lui qui a signé au FC Lucerne. Pour le reste? Le temps des questions viendra cet été. Pour l’heure, il est temps de fêter. Et on peut dire sans risque de se tromper que si la soirée des joueurs dans les night-clubs lausannois est à la hauteur de l’exploit accompli, Le Flon va prendre feu en ce samedi soir.

Auteur