Le Mont encore une fois mal payé à l’extérieur

Le Mont encore une fois mal payé à l’extérieur

Les Securitas sont arrivés après la grande explication, dans les couloirs du Brügglifeld. Sitôt le match entre Aarau et Le Mont terminé, les esprits se sont un peu échauffés entre joueurs et staffs des deux équipes, quelques paroles se sont faites entendre et, on a bien écouté, il ne s’agissait pas de poèmes de Noël. « Il y a des gens qui se sont battus? », nous a demandé le chef du bataillon sécuritaire. On a pu le rassurer: non, personne ne s’est battu, aucun coup n’a été échangé, mais les hommes se sont expliqués, disons-le ainsi. Tout le monde s’est calmé après la douche, mais les cinq minutes immédiates après la rencontre étaient interdites aux âmes sensibles.

En clair? Les Montains ont reproché aux Argoviens d’avoir un peu trop couinés et perdu de temps, se couchant à chaque contact entre la 80e et la 90e minute, le tout avec quelques clins d’oeil et provocations qui ont mal passé. Bref, il y a eu des mots tendres, de la testostérone et des phrases bien envoyées dans ces couloirs du Brügglifeld qui en ont vu d’autres, sans doute.

Rien de grave, en somme, mais cet état de nervosité témoigne assez bien de l’importance que revêtait ce match. Cette défaite fait en effet très mal au Mont, qui avait une occasion en or d’enfoncer Aarau. S’ils avaient gagné, les Vaudois auraient mis les Argoviens à… 10 points, avec encore un match à disputer qui plus est! Le maintien aurait alors quasiment été assuré, sans exagérer le moins du monde. Hélas, cette défaite-là, si elle ne fait pas du Mont un relégué en puissance, relance complètement Aarau.

Le Mont a très bien débuté la partie

Le Brügglifeld? Un endroit qui respire le vrai football, où 2730 personnes sont capables de venir supporter leur équipe (pourtant dernière du championnat) par un froid fort sympathique, et de la porter à la victoire. Ce FC Aarau a une vraie qualité: son public et l’atmosphère qui règne dans ce Brügglifeld. Une autre? Son meneur de jeu brésilien Carlinhos, vraiment un joli joueur. Sinon? Pas grand-chose, voire rien, en l’absence, toujours, de Ridge Mobulu, blessé jusqu’à la fin de l’année civile. Samedi, la meilleure équipe sur le terrain s’appelait Le Mont, et celle qui a gagné n’est pas celle qui le méritait. Alors, d’accord, Aarau a été solide, grâce notamment au bon match du défenseur vaudois Igor Nganga, mais c’est à peu près tout ce que les Argoviens ont proposé, avec un éclair de Carlinhos pour le 2-1. « On doit mener 0-2 après trente minutes. On a les occasions, on est meilleurs qu’eux. Franchement, je ne comprends pas. » Orhan Mustafi, auteur pourtant de son deuxième but en deux matches ce samedi, n’avait d’ailleurs pas d’explication à fournir sur la défaite de son équipe.

Le miracle de Steven Deana face à Orhan Mustafi

Car oui, les Vaudois ont dominé tout la match, et plus particulièrement les trente premières minutes. Assez largement, même. Leur 4-4-2 leur a permis d’avoir le ballon, sous la direction d’un Fabrizio Zambrella impressionnant à mi-terrain. Orhan Mustafi et Adrian Alvarez ont reçu des ballons et le premier nommé s’est même créé une immense occasion dès la 5e minute, sa frappe étant repoussée miraculeusement par un Steven Deana impressionnant sur ce coup-là. Aarau était acculé, privé de ballons, mais a relevé la tête dès la 30e minute, se créant alors deux occasions par Mart Lieder (35e) et par Daniele Romano (38e). Le 1-0 tombera des pieds du premier nommé, attaquant hollandais, qui trompait Ibrahim Tall sur son contrôle orienté et s’en allait tromper Maxime Brenet, glissant le ballon entre les jambes du gardien montain.

Encore une défaite à l’extérieur

Le Mont a cependant très vite réagi, égalisant instantanément par Orhan Mustafi, servi d’une belle talonnade par Adrian Alvarez (42e), mais l’artificier brésilien Carlinhos offrait le 2-1 aux Argoviens à la 45e d’une frappe splendide en pleine lucarne de Brenet. En deuxième période, Le Mont a pressé, se créant des occasions, mais sans parvenir à égaliser. Et au final, comme toujours depuis le début de la saison, les Montains sont revenus d’un déplacement en championnat sans la victoire. Et en Coupe? Deux victoires très laborieuses à Buochs et Martigny avant une élimination ici-même au Brügglifeld. Clairement, le bonheur se trouve à Baulmes pour Claude Gross et ses hommes.

Le même état d’esprit, pas la même réussite

Alors, pourquoi Le Mont y arrive-t-il à la maison (5 victoires en 8 matches) et pas à l’extérieur (5 points en 9 matches)? « Franchement, c’est une coïncidence. Je ne sais pas. Il n’y a pas d’explication », soutient Orhan Mustafi. Ibrahim Tall, lui non plus, n’a pas de réponse toute faite: « Franchement, ce sont plus des faits de jeu qu’autre chose. A Bienne, on aurait pu gagner. A Wohlen aussi. A Lausanne, même si le match nul n’est pas immérité, on aurait pu gagner à cinq minutes de la fin et personne ne nous poserait cette question. Et on aussi gagné des matches à la maison sans complètement les maîtriser, comme face à Winterthour ou Schaffhouse. Il y a un peu de réussite, sincèrement, surtout qu’on joue de la même manière. »

Claude Gross va dans le même sens: « On ne joue pas différemment. Aujourd’hui, à Aarau, on vient pour gagner! L’état d’esprit est le même, la tactique aussi. Après, j’ai peut-être un début d’explication… » Lequel? « Peut-être, je dis bien peut-être, que l’arbitrage est moins défavorable à la maison. Quand je vois qu’aujourd’hui, le 2-1 est entaché de deux erreurs, un hors-jeu litigieux suivi d’un corner inexistant, je me dis qu’on est peut-être mieux servis à la maison. Et j’ai regardé les statistiques de la SFL: Aarau a fait 17 fautes et nous 12. A la fin, ils ont deux cartons et nous six. Je vous laisse interpréter ces chiffres ».

Le Mont a énormément progressé dans le jeu

Une chose est sûre: la qualité de jeu n’est pas en cause, car Le Mont, ce samedi, a montré des phases de jeu plus qu’intéressantes. Voir combiner Xavier Hochstrasser, Fabrizio Zambrella et Bojan Dubajic à mi-terrain est un régal et, on l’a dit déjà ici, les Montains ont énormément progressé dans ce secteur de jeu depuis la saison dernière. Disons-le clairement: en 2014/2015, Le Mont s’est sauvé principalement grâce à son état d’esprit et à son énergie, ce qui ne veut pas dire qu’il ne jouait pas au football. Mais cette saison, c’est nouveau, les Vaudois peuvent dominer un adversaire et le priver de ballon, comme cela a été le cas durant la première demi-heure de cette rencontre et comme cela a souvent été le cas à Baulmes ces dernières semaines. La seule différence réside, pour l’instant, dans le bilan comptable à la maison et  à l’extérieur.

S’imposer face à Bienne pour reprendre les sept points d’avance

La bonne nouvelle? Le dernier match de l’année se jouera à Baulmes ce mercredi, face au FC Bienne. Dans son Stade Sous-Ville, Le Mont reste sur cinq victoires et un nul et n’a encaissé qu’un but lors de ces six matches-là. De quoi être vraiment confiant avant d’affronter les Seelandais, comme le pense Bertrand Ndzomo: « On veut bien terminer, c’est important. Mercredi, on veut reprendre ces sept points d’avance sur Aarau, histoire d’être plus sereins cet hiver ». En s’imposant, Le Mont serait en effet 3e ou 4e durant toute la longue trêve hivernale. Un classement pas désagréable à regarder au Teletext.

Il a dit à Footvaud.ch

Marco Schällibaum, entraîneur du FC Aarau

On a eu à faire à une très belle équipe, mais on le savait. Il y a des vrais joueurs de ballon au Mont, comme Fabrizio Zambrella et Xavier Hochstrasser et on s’attendait vraiment à souffrir. Cela a été le cas, mais on a bien défendu et, au final, on s’en sort avec ces trois points qui nous font énormément de bien. On envoie un signal à tout le monde: Aarau est dernier, mais n’est pas relégué. La Promotion League, ce serait une catastrophe pour un club comme Aarau. C’est inimaginable, mais si on est derniers aujourd’hui, et qu’on va passer l’hiver à cette place, c’est qu’on le mérite. Ce club doit voir plus haut, et une deuxième relégation d’affilée serait… j’ai déjà utilisé le mot « catastrophe » il y a dix secondes, donc je ne sais pas lequel utiliser. Ce n’est pas en disant qu’on va gagner des matches que cela va venir. Il faut travailler, retrouver la confiance. Quand je vois aujourd’hui ces 2730 personnes qui nous soutiennent, qui nous applaudissent, cela fait chaud au coeur. A nous de faire en sorte qu’encore plus de gens viennent nous supporter et nous aider à sortir de la merde, pardonnez-moi pour ce mot. Les accrochages dans le couloir à la fin? Ce n’est rien. C’est le foot. Pas de souci. Il nous reste ce match de Coupe de Suisse face à Lucerne, une bonne équipe de Super League. On va le préparer dès lundi et, pourquoi pas, créer une surprise. C’est mieux d’aborder ce match en ayant gagné aujourd’hui face au Mont, l’atmosphère sera plus propice à l’exploit.

Les hommes du match

Gros match de Fabrizio Zambrella à mi-terrain. A notre avis, il a été l’un des meilleurs Montains lors de ce premier tour. Il se bat, il récupère des ballons, mais il a la capacité d’en faire quelque chose de bien. A ce titre, il est très complémentaire avec Bertrand Ndzomo, qui lui laisse plus de libertés qu’à un milieu défensif traditionnel. Au Brügglifeld, il a été énorme dans tous les secteurs de jeu. François Marque a été ultra-solide, comme d’habitude, mettant quelques jolies sonnées à Mart Lieder, l’avant-centre hollandais, qui risque de s’inventer une maladie au match retour pour éviter d’avoir à croiser la route du défenseur central français du Mont. Quel guerrier que ce François Marque, qui a retrouvé la Suisse comme il l’avait quittée: en patron. Et très belle présence dans le couloir d’après-match, aussi. On a compris une chose ce samedi: si une fois on devait s’engueuler avec lui, on éviterait la confrontation, en tout cas à chaud.

Les prochains rendez-vous

Encore un match pour Le Mont! La partie face à Bienne se jouera ce mercredi à 18h30, à Baulmes.

FC Aarau – FC Le Mont-sur-Lausanne 2-1 (2-1)

Buts: 40e Lieder 1-0; 42e O. Mustafi 1-1; 45e Carlinhos 2-1.

Arbitres: M. Stephan Klossner, assisté de M. Vital Jobin et de M. Benjamin Zürcher.

Aarau: Deana; Peralta, Jäckle, Nganga, Jaggy; Burki; Lüscher (46e Spielmann), Radice (74e Perrier), Carlinhos (88e Stoller), Romano; Lieder.

Entraîneur: Marco Schällibaum

Le Mont: Brenet; Meite (88e Gauthier), Tall, Marque, Chappuis; Hochstrasser, Zambrella, Ndzomo, Dubajic (81e Khelifi); Mustafi, Alvarez (66e Pacarizi).

Entraîneur: Claude Gross

Brügglifeld, 2730 spectateurs.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*