Le LS a refait le coup à Bienne

Le LS a refait le coup à Bienne

Il avait tout raté devant le but, jusque-là, Jocelyn Roux. Le meilleur buteur de Challenge League a eu deux occasions très nettes, qu’il n’a pas su cadrer, après deux cadeaux de la défense biennoise. En plus de ces deux frappes de son pied droit, d’habitude si tueur, il a trouvé deux fois la latte sur des coups de tête très opportunistes. Quatre fois, donc, il aurait pu marquer. Sa tentative manquée de la 67e, d’ailleurs, a provoqué une vive colère chez Fabio Celestini, qui en a frappé les gourdes de rage. L’entraîneur du LS n’en voulait évidemment pas à son buteur, mais pestait contre ce manque de réussite. Il y a des soirs comme ça, pensait-on alors du côté du LS… Il arrive même aux meilleurs attaquants de passer des soirées noires, celles où rien ne rentre. Mais Jocelyn Roux a quelque chose de plus que les autres. Et cela s’appelle le caractère.

Il restait dix secondes!

Alors, dans la dernière des quatre minutes du temps additionnel, alors que le score était de 2-2, il a flairé le bon coup et ce ballon par dessus la défense, dans les seize mètres biennois. Il restait exactement dix secondes, quand Nicolas Gétaz, très intelligemment, a servi son numéro 9 seul devant le but vide. Là, Jocelyn Roux n’a pas manqué de réussite, mais simplement glissé au fond cette offrande de son latéral gauche. Non, celle-là, il ne pouvait pas la louper: Bienne 2, Lausanne-Sport 3! Une juste récompense pour un homme qui ne lâche jamais rien, même les soirs où l’on croit que rien ne va.

Son douzième but de la saison, déjà

Quelle tronche, quand même, ce Jocelyn Roux, et quel buteur formidable! La Challenge League est son jardin, les seize mètres son terrain de jeu. Fabio Celestini le répète souvent: dans le style de jeu de son LS, fait de redoublements de passes et de jeu au sol permanent, un joueur comme lui n’a pas forcément sa place. Mais Roux est tellement fort, tellement bon devant le but, qu’il apporte justement la balance nécessaire. Oui, ce Lausanne-Sport fait bien circuler le ballon. Oui, ce que proposent les Vaudois est magnifique. Lui, le numéro 9, est là pour les mettre au fond, tel le fer de lance d’une machine bien huilée, lui qui a inscrit lundi son 12e but du championnat (0,75 but de moyenne par match).

La très bonne entrée de Santiago Feuillassier

Le problème est cependant le même depuis le début du championnat, à quelques exceptions près: quand Roux ne marque pas, le LS non plus. C’est moins vrai depuis quelques semaines, mais ce n’est pas complètement faux non plus. Alors, quand il met tout à côté, comme ce lundi soir à Bienne, difficile de voir d’où peut venir le danger. Des coups de pieds arrêtés? Oui, bien sûr, tellement Olivier Custodio les tire bien. Mais en l’occurrence, ce lundi à la Tissot-Arena, la lumière est venue… du banc. Plus précisément des pieds de Santiago Feuillassier, auteur d’une très bonne entrée alors que Bienne venait d’ouvrir la marque par Gaëtan Karlen (68e). L’Argentin est entré sur le terrain, a marqué sur son premier ballon, et a ramené le score à 1-1. Vif balle au pied, très bon dans la percussion, Feuillassier a effectué une entrée remarquée. Fabio Celestini estime qu’il a encore des lacunes tactiques qui l’empêchent d’être titularisé, et on est évidemment enclin à le croire, mais force est de constater que ce rôle de joker convient à merveille au petit attaquant du LS.

Nicolas Gétaz, un but et un assist

Après le 1-2 de Nicolas Gétaz, d’une frappe déviée suite à un coup de pied arrêté, le Lausanne-Sport a encaissé l’égalisation à cinq minutes de la fin. L’arrêt de Thomas Castella sur le coup-franc d’Antonio Marchesano était parfait, mais Lucas, le Biennois, avait bien suivi et le trompait sur le rebond. Le LS avait-il tout perdu? Non! Nicolas Gétaz et Jocelyn Roux ont uni leurs efforts, on l’a dit, pour offrir trois points au Lausanne-Sport, une semaine avant de recevoir Wil pour une « finale du premier tour » dont on se réjouit déjà.

A peine moins spectaculaire que le 5-4 de l’aller

2-3, donc, et une nouvelle gifle pour le FC Bienne, qui avait encore dans un coin de la tête le 5-4 de l’aller. A la Pontaise, les Seelandais menaient 1-4 à la 70e, avant de tout perdre dans les vingt dernières minutes. Le scénario de ce lundi a été à peine moins spectaculaire, mais quand même! C’est sans doute une coïncidence, mais les deux matches entre le LS et Bienne cette saison se sont conclus avec un total de 0 but en première mi-temps et de… 14 en deuxième! De là à dire que les spectateurs devraient avoir droit à un billet demi-tarif pour les matches du deuxième tour, il y a un pas que l’on ne franchira pas: des deuxièmes périodes aussi spectaculaires et riches en émotions valent bien le prix entier d’un billet!

Benjamin Kololli victime d’un claquage?

On terminera simplement en regrettant la sortie sur blessure de Benjamin Kololli. L’ailier bellerin du FC Bienne a dû quitter ses partenaires avant la fin, sans doute victime d’un claquage qui pourrait, même si on ne l’espère pas, lui faire rater les deux derniers matches de la saison. Ce serait dommage, après un premier tour d’aussi grande qualité de sa part, lui qui a encore été très bon jusqu’à sa sortie.

Les hommes du match

Elton Monteiro a été absolument énorme en défense centrale, surtout en première période. Il a gagné absolument tous ses duels, que ce soit en première période face à Gaëtan Karlen ou en toute fin de match face au Nord-Coréen Pak. Match extrêmement solide du grand défenseur du LS. Gross prestation aussi d’Arnaud Bühler, son coéquipier dans l’axe. On a bien aimé aussi l’entrée supersonique de Santiago Feuillassier, qui a égalisé sur son premier ballon et amené beaucoup de dynamisme. Enfin, Nicolas Gétaz, un but et un assist, mérite également une mention.

Les prochains rendez-vous

Le choc, ce dimanche à 15h à la Pontaise! Le LS reçoit Wil!

FC Bienne – Lausanne-Sport 2-3 (0-0)

Buts: 68e Karlen 1-0; 73e Feuillassier 1-1; 76e Gétaz 1-2; 86e Lucas 2-2; 90e Roux 2-3.

Arbitre: M. Tomas Superczynski, assisté de M. Alain Heiniger et de M. Julien Mora.

Bienne: Frick; Schultz, Ferati, Lucas, Brunner (78e Pak); Ljubicic, Lukovic; Hayoz (66e Kamber), Marchesano, Kololli (83e Popara); Karlen.

Entraîneur: Patrick Rahmen

LS: Castella; Gétaz, Bühler, Monteiro, Lavanchy; Pasche, Custodio; Marazzi (70e Feuillassier), Margairaz (90e Krasniqi), Dessarzin (59e Sessolo); Roux.

Entraîneur: Fabio Celestini

Tissot-Arena, 1454 spectateurs.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*