Le genre de défaites qui doivent faire grandir

Le genre de défaites qui doivent faire grandir

Il ne faut jamais penser avec des « si ». Mais quand même: ce vendredi matin, le Stade Nyonnais se serait réveillé en 8e position de Promotion League, s’il avait battu le FC Köniz! Mais pour cela, il aurait faire plus, surtout offensivement, pour essayer de bousculer des Bernois campés en défense. Ce match de jeudi à Colovray, en fait, avait tout du 0-0. Nyon a eu deux ou trois occasions, sans plus, tandis que le FCK, en contre, en a eu à peu près le même nombre. Mais les deux équipes voulaient surtout ne pas perdre et avaient décidé de ne prendre aucun risque dans cette partie. En fait, pour être clair, Nyon a essayé d’aller de l’avant, sans vraiment y arriver et en se méfiant toujours des contres bernois. Köniz est par contre resté bien sagement derrière, n’opérant que par incursions sporadiques. Et c’est sur l’une d’elles, à la 86e, qu’Altin Osmani a pu remettre parfaitement en retrait à son coéquipier Raphaël Walther. L’ancien attaquant d’Azzurri trompait Osni Mutombo quasiment à bout portant et offrait les trois points à un FC Köniz fou de joie.

La passe parfait de Ruben Fernandez pour Dylan Dugourd

Une défaite forcément très rageante pour les Nyonnais, car elle les garde engoncés dans la lutte contre la relégation, eux qui pouvaient faire un grand pas en avant en gagnant jeudi. Bien en place derrière, le Stade Nyonnais a montré un très bel état d’esprit, volontaire, mais sans génie. Et pour faire la différence dans cette Promotion League si serrée, il faut, parfois, une inspiration géniale, celle qui transperce les défenses les plus regroupées. Il y en a une en première mi-temps, venue des pieds de Ruben Fernandez. Le milieu de terrain de 19 ans a trouvé Dylan Dugourd d’une passe en profondeur parfaite, à mi-hauteur, mais l’avant-centre nyonnais n’a pas pu tromper Severin Keller, le gardien bernois. Sa frappe, du droit, était trop centrée pour inquiéter le dernier rempart du FCK. Dommage, car l’action de Ruben Fernandez aurait mérité une meilleure finition.

Osni Mutombo décisif deux fois en première mi-temps

D’autres actions nyonnaises en première mi-temps? Non, aucune. Au contraire, de l’autre côté, Osni Mutombo a dû s’employer à deux reprises pour contrer le très bon Altin Osmani et le moins bon Cristian Miani, de manière à garder son équipe dans le match. Une ouverture du score bernoise aurait clairement été cruelle, tant Nyon a été solide derrière. Le bloc défensif dans son ensemble est d’ailleurs à saluer ici, notamment le travail de la charnière centrale Emiliano Etchegoyen-Joao Duarte. Les deux hommes ne se connaissaient pas il y a encore quelques semaines et leur complémentarité saute déjà aux yeux. Le capitaine Oliver Maric, blessé, sera de retour bientôt et Sébastien Bichard devra faire un choix pas forcément évident.

L’entrée de Jordan Della Vecchia a fait du bien

La deuxième mi-temps est repartie sur les mêmes bases que la première, les deux équipes se livrant peu. La solution a failli venir des pieds de Jordan Della Vecchia. Le Français de 20 ans, formé à Lyon, revenait de blessure. I est entré à la 73e à la place de Roland Ndongo et a apporté deux fois l’étincelle espérée. Trente secondes après son entrée en jeu, il frappait dans le petit filet des buts bernois. A la 81e, encore, son pied gauche lui permettait d’enrouler une frappe dangereuse, malheureusement au dessus. Depuis l’entrée de son dynamique ailier, Nyon cherchait alors à obtenir les trois points, se montrant plus entreprenant durant le dernier quart d’heure que durant le reste du match. Köniz semblait fatigué, au bord de la rupture, et sa charnière Miguel Portillo-Jiri Koubsky ne faisait plus qu’envoyer les ballons par dessus la tribune de Colovray. Mais, alors que l’on se disait justement que les Bernois ne tiendraient pas, ce sont eux qui ont frappé en contre, punissant la très jeune équipe nyonnaise.

Une leçon qui doit servir

Cette défaite est cruelle, mais, quelque part, elle doit servir aux hommes de Sébastien Bichard. La moyenne d’âge du onze de départ nyonnais jeudi? Moins de 23 ans. Tenir un score dans un match serré et important pour le maintien face à un adversaire plus expérimenté, cela s’appelle le rude apprentissage du football. En espérant que cette saison se conclue par une bonne nouvelle: le maintien en Promotion League.

Il a dit à Footvaud.ch

Sébastien Bichard, entraîneur du Stade Nyonnais

C’est désolant… Franchement, je suis triste de cette défaite. On aurait dû arriver à 0-0, c’est ce que méritait ce match entre deux équipes qui n’ont pas pris de risques. En fait, on a manqué de percussion, de jeu de transition vers l’avant. On aurait dû mettre plus de rythme, chercher à les bousculer, mais on n’y est pas arrivés ce soir. C’est pour ça que je dis qu’un 0-0 aurait été logique. Si Dylan marque le 1-0 à la 9e, ça déverrouille tout et là, peut-être qu’on aurait eu un autre match, on ne sait pas… Je n’ai rien à reprocher aux gars dans l’état d’esprit, ils ont fait ce qu’ils avaient à faire et ont montré de l’envie. Si c’est une défaite qui doit nous faire grandir? Oui, c’est ce que j’ai dit aux joueurs. On doit s’en servir. Je ne dis pas qu’on doit chercher le 0-0 à la maison dès le coup d’envoi, mais dans un match comme ça, on doit garder ce score. On le savait, en plus, que Köniz était dangereux en contres. Et à la fin, on pousse pour aller chercher la victoire et on se fait planter. Bien sûr que ça fait mal, mais on va continuer, on va s’accrocher. On va s’entraîner vendredi soir et ensuite, les gars auront deux jours de libre. On recommence lundi et on va travailler, encore et toujours, pour aller chercher le maintien.

Les hommes du match

Ruben Fernandez a été le meilleur homme sur le terrain, et de loin. Le petit milieu de terrain, formé à Servette, a réalisé quelques actions de grande classe, à l’image de son ouverture pour Dylan Dugourd à la 8e. Techniquement, il est au dessus de tout le monde et il a une vision du jeu hors du commun à ce niveau. Certaines de ses protections de balles et l’immense majorité de ses contrôles orientés sont à montrer à beaucoup de jeune footballeurs. A 19 ans, bientôt 20, il a un bel avenir devant lui. Bon match également de Gabriel Cuénoud. Le latéral gauche, arrivé d’Azzurri cet hiver, est en train de gagner sa place. Formé à Team Vaud, il enchaîne les bonnes prestations depuis son arrivée et jeudi, il a été très convaincant.

Les prochains rendez-vous

Le Stade Nyonnais recevra Sion M21 le samedi 2 avril à 16h à Colovray.

Stade Nyonnais – FC Köniz 0-1 (0-0)

Buts: 86e Walther 0-1.

Arbitres: M. Michael Huber, assisté de M. Dave Contesse et de M. Ramon Lisci.

Nyon: Mutombo; Cazzanniga, Etchegoyen, Duarte, Cuénoud; Camara, Fernandes, Gaillard; Ndongo (73e Della Vecchia), Dugourd (79e Bunjaku), Brito (89e De Oliveira).

Entraîneur: Sébastien Bichard.

Köniz: Keller; Pfründe, Koubsky, Portillo, Ledesma; Schubert, Balvis (73e Mallia), Demolli; Miani (82e Walther), Osmani, Acosta (89e Junior Wellington).

Entraîneur: Bernard Pulver.

Colovray, 235 spectateurs.

Categories: Promotion League

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*