Le FC Orbe perd deux joueurs, mais conserve l’ambition

Le FC Orbe perd deux joueurs, mais conserve l’ambition

Mary-Claude Chevalier a eu du boulot ces dernières semaines en préparant le calendrier 2015 du FC Orbe. Un manque d’inspiration pour le fameux billet de la présidente? Pas vraiment, non, puisque cette année, elle a décidé de… ne pas en faire. Fâchée, madame la présidente? « Pas du tout, non! Mais cette fois, je voulais innover. J’ai donc décidé de souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et d’adresser mes meilleurs voeux dans toutes les langues représentées au sein du club. Ca m’a pris du boulot, mais j’y suis arrivée », sourit-elle. Les voeux du FC Orbe seront ainsi adressés en… 32 langues! « Enfin, pas tout à fait, car certaines sont les mêmes d’un pays à l’autre. Pour les Belges, les Français et les Suisses, une seule suffit. Mais bon, j’ai quand même dû faire des recherches poussées! Parmi nos juniors, il y a un Mongol, et bien figurez-vous que j’ai réussi, il aura le message de la nouvelle année dans sa langue d’origine. » Une initiative sympa pour un club qui cherche à se construire une meilleure image et y arrive petit à petit.

Bruno Gomes et la II veulent monter en 3e ligue

« Je sais bien que l’on n’a pas une très bonne réputation, mais je sens que cela s’améliore quand je parle avec les représentants des autres clubs. On aura toujours ce rapport entre petite ville et campagne, c’est inévitable. Toutefois, je pense que notre image s’améliore. En tout cas, je martèle le message au quotidien, que ce soit à la I, à la II ou à la III. » Entraîneur d’une deuxième équipe qui a été empêchée de monter deux fois dans les trois dernières années à cause d’un classement fair-play catastrophique, Bruno Gomes estime lui aussi que le FCO va dans le bon sens: « Avec mes joueurs, les choses sont claires. Ce n’était pas forcément facile au début, mais aujourd’hui, tout le monde s’arrête à la buvette après les matches. » Finaliste en 4e ligue à la trêve, le FCO II vise la montée le plus vite possible.

La première équipe n’est qu’à trois points des finales

« Oui, c’est vrai, on aimerait réduire l’écart entre la I et la II », confirme Mary-Claude Chevalier. « C’est important pour que les joueurs qui ont moins de temps de jeu avec la I puissent quand même jouer en 3e ligue. Il y a de très bons joueurs à la II, ils méritent de jouer en 3 ligue, j’en suis convaincue », continue la présidente du FCO. A la trêve, tout va bien au Puisoir, ce qui n’était pas forcément une certitude en début de saison. La II est toujours en course pour la montée et, de manière plus surprenante, la I aussi. L’équipe entraînée par Pippo Vietri est en effet 5e du groupe 2, à trois points seulement de Pied du Jura (2e). Direction les finales? « Il ne faut pas s’emballer. On veut aller le plus haut possible et je ne mettrai jamais aucun frein aux joueurs. Si on pouvait faire ces finales, ce serait fantastique pour le club », explique une présidente ambitieuse, qui a toujours le même rituel pendant les matches: se placer derrière les buts adverses pour attirer les ballons!

Le retour des Urbigènes, un sujet récurrent

Si le FC Orbe est aussi bien placé à la trêve, c’est qu’il ne s’est pas trompé dans son recrutement. Le comité et le staff souhaitaient faire revenir un grand nombre d’Urbigènes « exilés » dans les clubs de la région (La Sarraz-Eclépens, Bavois, Chavornay…), mais leurs souhaits se sont vite heurtés à la réalité, aucun d’eux ne souhaitant revenir « à la maison » pour l’instant. Ce sera peut-être pour l’été prochain. « Les clubs autour de nous sont avisés que l’on souhaite retrouver une forte identité locale. Je n’irai jamais chercher un joueur à Chavornay, qui est un club rival et ami, sauf s’il s’agit d’un de nos jeunes. Ceux-là, c’est normal que je les appelle », estime la présidente. Hélas, l’opération « rapatriement » a subi un nouveau coup dur, avec le… départ cet hiver de deux vrais Urbigènes, Fallah Ismail et Edgar Alves.

Deux départs en direction de Siviriez

« Oui, c’est vrai, ils vont nous quitter pour aller à Siviriez, en 3e ligue fribourgeoise. Cela m’attriste. Ils ont décidé de rejoindre Admir Bilibani, leur ancien entraîneur ici à Orbe… Ils vont faire beaucoup de kilomètres et descendent d’une ligue, ce que j’ai de la peine à comprendre, mais je leur souhaite bonne chance. Ils savent que la porte sera toujours ouverte chez nous et qu’on espère qu’ils reviendront tous deux encore plus forts », continue Mary-Claude Chevalier, qui espère bien que ces deux départs seront les seuls de l’hiver. « On ne peut rien exclure, mais je n’espère pas qu’ils seront suivis d’autres joueurs. Au contraire, maintenant on doit se renforcer. Comment? Pour l’instant, je ne sais pas. Mais nous aurons besoin d’attaquants pour continuer à jouer le haut du tableau, c’est sûr. » A moins que le jeune Mataku Monoke, espoir du club, ne parvienne à trouver la maturité nécessaire et n’ait le déclic. La présidente y croit: « A lui de voir, il a une carte à jouer. Il aura sa chance, on espère qu’il la saisisse. »

Wilfried Fricker, la bonne surprise du premier tour

A elle de faire en sorte que le recrutement soit aussi réussi que cet été. Amine Karam, Walid Boudjeriou et Jahid Sadir, voilà le nom de trois renforts arrivés il y a quelques mois au Puisoir et qui ont eu un impact immédiat. Ces trois excellents joueurs sont tous venus pour le travail et devraient rester fidèles au FCO, tout comme Wilfried Fricker, la très bonne surprise du premier tour. Arrivé de Vila Mea, en 5e ligue, ce puissant attaquant a fait des dégâts en 2e ligue. Une vraie trouvaille. « Il a déjà eu des offres de plus haut, mais il m’a promis qu’il allait rester », espère la numéro 1 du FCO, confiante.

 

L’entraîneur principal s’appelle toujours Pippo Vietri

L’entraîneur du deuxième tour sera le même qu’en automne, à savoir l’emblématique Pippo Vietri. « Le seul changement, c’est que Jérôme Boulaz, l’assistant, va prendre plus d’importance. Il veut faire ses diplômes d’entraîneur, donc Pippo va le coacher et lui donner plus de responsabilités. » Le ticket gagnant? Les deux hommes ont le FCO dans la peau, en tout cas, et s’entendent bien. C’est déjà un début.

Categories: 2e ligue, FC Orbe

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*