Le FC Bienne est invincible en 2015

Le FC Bienne est invincible en 2015

« On est vraiment solides derrière, ça fait plaisir. Même aujourd’hui, alors qu’on a pris le 0-1 d’entrée, on n’a pas paniqué et on a continué à jouer notre jeu. » Mirko Salvi n’a pas eu l’occasion de fêter son troisième blanchissage de l’année, mercredi face à Winterthour (victoire 4-1) en match en retard, mais n’en veut absolument pas à ses défenseurs. Le gardien vaudois le sait bien, l’essentiel est ailleurs et la victoire de son FC Bienne suffit amplement à son bonheur.

Paulo Sousa avait fait le déplacement en personne

Tiens, savait-il que Paulo Sousa lui-même et Massimo Colomba, entraîneur des gardiens du FC Bâle, avaient spécialement fait le déplacement de la Gurzelen pour le superviser? « Je viens de l’apprendre! » Pas de quoi le perturber, apparemment, mais la présence de l’entraîneur du FC Bâle est forcément le signe qu’il se passe quelque chose pour cet été. Le Portugais a-t-il été convaincu par la performance du jeune gardien, prêté par le FCB à Bienne jusqu’en juin? On le lui a demandé à la mi-temps, mais on a eu droit qu’à un sourire poli en guise de réponse.

Le Mont dimanche? « Un match-charnière dans la saison »

Mirko Salvi, lui, ne se prend pas la tête avec ça pour l’instant, mais préfère insister sur la bonne tenue du FC Bienne. Il a d’ailleurs été sélectionné avec la Suisse M21 pour les deux matches amicaux de la fin du mois. Mais il jouera quand même à Chiasso avec Bienne entre les deux parties. « On est sur une bonne série et on est bien en confiance avant de recevoir Le Mont dimanche. Le coach nous a déjà averti que c’était un match-charnière dans la saison. On est déjà concentrés dessus et on n’a pas le choix, parce qu’on sait que Le Mont va venir très motivé. Leur match nul face à Servette leur a fait du bien moralement et ils pensent qu’ils ont un coup à jouer ici. »

Ainsi est Mirko Salvi, déjà très professionnel malgré ses 20 ans. La victoire face à Winterthour? Dix minutes après le match, elle est déjà derrière, quasiment oubliée. Seule compte la réception du Mont, laquelle peut donner aux hommes de Jean-Michel Aeby… neuf points d’avance, eux qui en comptaient quatre de retard à la trêve!

Solide derrière, décisif devant: Bienne est en confiance

« Mais il ne faut pas croire que ce serait fini, même si on gagne! », prévient « JMA » lui-même. « Rien ne serait fait, mais c’est sûr que ce match est très important d’un point de vue comptable. Ce qui me fait plaisir, c’est qu’on est solides derrière, mais aujourd’hui, on marque quatre buts, il faut le souligner aussi. Et on aurait pu en mettre deux de plus, facilement », continue l’ancien coach du SFC.

Il est vrai que le FC Bienne a été particulièrement convaincant mercredi dans sa Gurzelen, que ce soit derrière ou devant. Avec la traditionnelle paire Mustafa Sejmenovic-Jérémy Manière devant lui (quel match encore des deux Nord-Vaudois, qui plus est face à la paire Bengondo-Paiva…), Mirko Salvi était tranquille, mais c’est bien offensivement que Bienne a séduit et surpris.

Une attaque à une pointe… mais jamais la même

Jean-Michel Aeby a, semble-t-il, trouvé la formule gagnante en titularisant Cidimar et Luis Pimenta. Les deux hommes, aux qualités vraiment différentes, alternent en pointe. Une fois, c’est au Lausannois de prendre la profondeur avec sa vitesse, et l’autre fois c’est au Brésilien, qui fait parler son jeu de tête et sa protection de balle. Ainsi, Bienne joue avec une seule pointe, mais jamais la même, ce qui peut être déstabilisant pour une défense. Wohlen n’a rien compris samedi dernier et, mercredi, c’est Winterthour qui a craqué. Pimenta a fait un bon match (avec un assist sur le 1-0 de Steven Ukoh), très volontaire, mais le héros du soir est bien Cidimar.

Que ce Brésilien est étonnant! Avant d’arriver dans le Seeland cet hiver, il n’avait joué que dans son pays et dans les divisions inférieures allemandes (Greuther Fürth, FSV Francfort, Dynamo Dresde et Aalen) et ses premières entrées lui avaient valu les moqueries du public de la Gurzelen. Un tout petit peu en surpoids, avec une demi-calvitie, il n’a en effet pas l’allure de Neymar ou de Vagner Love, mais alors, pardon, quel joueur!

Cidimar marque le 3-1… de la ligne médiane!

Mercredi, il a tout fait juste pour sa deuxième titularisation de suite et il a fait taire tous les sceptiques et les moqueurs. Comment? En gagnant l’immense majorité de ses duels, déjà, et surtout en marquant un doublé qui restera longtemps dans les mémoires des 982 spectateurs. A la 45e, il a catapulté de la tête le ballon au fond sur un corner de Steven Ukoh pour le 2-1 et, surtout, il a marqué le 3-1 à la 76e en frappant en force de… la ligne médiane! Oui, monsieur! Et le plus beau, c’est que sa frappe n’était même pas un lob, mais bien un joli tir, tendu.

« Un but venu de nulle part, il l’a inventé tout seul », résumait Mirko Salvi. Une réussite également saluée par Jean-Michel Aeby, qui souriait: « Heureusement qu’on ne savait pas qu’il en marquait des comme ça, on aurait dû le payer plus cher cet hiver! »

Onze points en cinq matches

Au final, donc, le FC Bienne s’est imposé 4-1 et compte onze points en cinq matches depuis la reprise, en ayant joué trois fois à la maison il est vrai. Mais à ce rythme, il ne sera bientôt plus question du tout de relégation du côté de la Gurzelen, mais bien de préparation de la saison prochaine, dans le nouveau stade. Le Mont, en tout cas, est prévenu: le FC Bienne est en pleine confiance.

Categories: Football d'élite

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*