Le dernier renfort d’Yverdon Sport s’appelle Marco Gabriele

Le dernier renfort d’Yverdon Sport s’appelle Marco Gabriele

« Oui, notre recrutement est bouclé! Notre contingent est complet et je considère qu’il est de qualité suffisante pour atteindre nos objectifs. » Mario Di Pietrantonio était de bonne humeur au téléphone, lundi après-midi. Le président d’Yverdon Sport a obtenu la signature, en prêt, de Marco Gabriele. « Il nous rejoint pour six mois, mais il n’est évidemment pas impossible qu’il reste chez nous à plus long terme », explique l’homme fort d’YS. Après l’arrivée d’Ange Nsilu, lui aussi venu du Mont (lire ici), Yverdon a effectué un recrutement très intelligent et de qualité cet hiver.

« On veut terminer à la première place »

L’objectif du club? « Les efforts que l’on fait là, ce n’est pas pour jouer le maintien », sourit Mario Di Pietrantonio. Concrètement, direction les finales? « Oui. Et même plus que ça. On veut terminer à la première place », affirme le président, que l’on avait l’habitude d’entendre plus mesuré. Il ne s’en cache pas, il commence à se « prendre au jeu » et entend tout faire pour ramener Yverdon Sport à son statut de club-phare de la région. Une anecdote? Lorsque Bavois était venu s’imposer au Stade Municipal il y a quelques mois, nous avions écrit que le club de Jean-Michel Viquerat était actuellement la force numéro un dans le secteur (lire ici). Mario Di Pietrantonio n’avait rien dit sur le moment, mais nous l’a reproché, gentiment et avec le sourire, quelques semaines plus tard. Vexé? Non. Amusé, plutôt, et soucieux de rétablir la hiérarchie, tant, on le répète, il entend refaire d’Yverdon une place forte. Cela commence par ramener le public au stade, ce qui est de plus en plus le cas, et de monter le plus vite possible d’une ligue, voire de deux.

YS doit diversifier ses ressources

Le deuxième défi de Mario Di Pietrantonio? Rendre le club moins dépendant de ses ressources personnelles. Il a injecté de sa poche une somme qu’il ne divulguera pas, mais qui n’est pas anecdotique, et il ne se voit pas faire cela chaque année jusqu’à sa mort, si l’on ose s’exprimer ainsi. Aujourd’hui, YS doit diversifier encore plus ses revenus en s’appuyant sur le tissu économique local, qui ne demande qu’à être fier de son club de football.

Marco Gabriele, un joueur complet

Marco Gabriele rejoint donc Yverdon, où il remplacera numériquement Aziz Demiri, parti à Bavois. Vittorio Bevilacqua réclamait un grand numéro 8 à son président, il a donc été entendu et exaucé. Si Marco Gabriele jouait dernièrement en milieu défensif, ce poste est déjà bien occupé à YS avec Sacha Margairaz notamment et « VB » le voit plutôt en milieu droit dans son 4-4-2. Pas de problème a priori pour l’ancien joueur du LS, très polyvalent. A 25 ans, il exprime au mieux ses qualités de combattant, couplées à une technique plus que correcte. Un joueur complet, clairement, et qui s’intègre à merveille dans un groupe. Il n’est pas très expansif et n’est pas un leader par la parole, mais un élément fiable, qui ne passe jamais au travers. Titulaire en 1re ligue et en Promotion League, il avait débuté la saison de Challenge League dans le onze de base du Mont avant d’en sortir, victime d’une très forte concurrence.

Trop de concurrence au milieu

Serge Duperret regrette le départ d’un joueur qu’il appréciait: « Marco a été très précieux pour nous ces deux dernières saisons. Il était quelqu’un d’important au Mont. Après, nous sommes en Challenge League, nous avons de plus en plus de professionnels. Marco ne pouvait pas s’entraîner tout le temps et il a pris du retard sur les gars que nous avons aujourd’hui. Aujourd’hui, il n’est plus dans les premiers choix. On a Musa Araz, Aurélien Chappuis, N’diasse N’diaye qui peut jouer au milieu, Fabrizio Zambrella qui arrive, Hélios Sessolo… Je lui souhaite tout de bon à Yverdon. »

Agonit Sallaj va s’engager avec Xamax

Le contingent du Mont est donc un peu plus léger, surtout qu’Agonit Sallaj va également s’en aller. Le défenseur central ou latéral devrait officiellement s’engager dans les prochaines heures avec Neuchâtel Xamax en Promotion League. « Il voulait jouer et il n’était pas non plus un premier choix chez nous », regrette Serge Duperret, qui n’exclut pas l’arrivée d’un jeune défenseur central pour le remplacer. « A voir? Pourquoi pas un M21, qui engrangerait l’expérience de la Challenge League? », termine le président du Mont.

Ecrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*