«Le bon moment pour revenir»

«Le bon moment pour revenir»

« Oui, j’ai mon diplôme UEFA Pro! J’ai obtenu 107 points sur 110. Ils m’ont enlevé trois points, sûrement à cause de la coupe de cheveux! » Marco Simone était en forme lundi matin, dans la salle de presse de La Pontaise, visiblement heureux de revenir dans des lieux qu’il connaît bien. Après s’être excusé pour le petit quart d’heure de retard (« J’avais oublié qu’il était compliqué de conduire à Lausanne quand il pleut! ») et absolument pas fatigué par le voyage depuis Monaco, il a spontanément parlé de Super League lorsque lui a été posée la question de savoir quel était l’objectif du LS pour cette fin de saison.

L’homme n’est pas là pour rigoler et a tiqué une seule fois, lorsqu’a été évoquée dans l’assemblée l’idée d’un retour « par amitié ». Là, il n’a pas aimé et a mis les choses au point: « Non, je suis là pour le football, pas par amitié. J’ai de bons rapports avec Jean-François Collet et Alain Joseph, c’est vrai, mais mon retour n’a rien à voir avec ça. Je suis parti parce que c’était le bon moment pour partir, et je reviens car c’est le bon moment pour revenir. » Il a précisé s’être mis d’accord avec la direction du LS pour un contrat jusqu’au 15 juin. « Je crois, hein! Rien n’est signé encore », a-t-il plaisanté avant de se tourner vers Alain Joseph, qui a acquiescé avec le sourire, précisant qu’il s’agissait bien du 15 juin… 2015.

Marco Simone, l’évidence

La surprise était totale dans la salle de presse en voyant entrer l’Italien, mais Alain Joseph se montrait détaché et sûr de son choix. Avait-il déjà le nom de Marco Simone en tête lorsqu’il déclarait jeudi vouloir un entraîneur « fédérateur », qui sache « gagner un vestiaire »? La réponse est immédiate: « Oui ». L’Italien était-il le premier choix? « Oui ». Net, précis. Alain Joseph a donc pris son téléphone et contacté le Monégasque d’adoption, qui a donc accepté de quitter le Rocher pour venir aider le LS à retrouver le moral. « J’étais en contact permanent avec Jean-François Collet pendant ces quatre mois. Il vient de temps en temps pour son plaisir personnel sur la Côte d’Azur, mais l’impulsion est venue de ce téléphone d’Alain Joseph », explique l’ancien buteur de l’AC Milan, qui a indiqué avoir eu des contacts en Suisse, en France, en Turquie, en Hongrie et en Belgique. « Mais aucun n’a abouti ».

Il avait choisi le championnat de Suisse dans Wyscout!

Lausanne a donc désormais une semaine pour préparer son déplacement à Wohlen, un match qui pourrait bien être déjà décisif. Pas de quoi inquiéter le nouvel entraîneur du LS: « Wohlen, Chiasso, Lugano… Il faudra jouer contre tout le monde, et je préfère presque commencer chez le premier que chez le dernier, je vous assure. » Connaît-il déjà ce championnat de Challenge League? »Oui, j’ai vu des matches, j’ai tout suivi. » Comment cela? A-t-il reçu les DVD en express ces trois derniers jours? Il sourit: « Non, vous savez, il y a des moyens technologiques plus modernes… Dans le cadre de mon diplôme, la Fédération italienne met à disposition le logiciel Wyscout, qui permet de voir tous les championnats du monde. Ils en offrent deux, à choix, mais en imposant celui d’Italie. Alors, dans mon autre choix gratuit, j’ai décidé de sélectionner le championnat suisse. » Comme quoi, l’idée de revenir n’est pas complètement sortie de nulle part ces trois derniers jours…

Francesco Gabriele n’a pas encore pris sa décision

Concernant Francesco Gabriele, le président du LS espère qu’une solution sera trouvée cette semaine encore: « On discute, mais je ne vous cache pas que c’est assez compliqué. Il a un contrat qui est plus large que celui d’entraîneur de la première équipe, et nous avons toujours respecté nos contrats. Mais lui est sans doute venu à Lausanne dans le but d’entraîner la première équipe… On lui propose quelque chose dans la formation et c’est à lui d’accepter ou non. » La situation n’a pas évolué depuis l’annonce de son remplacement, mais devrait donc se décanter dans les jours à venir.

Un redressement déjà visible lundi prochain à Wohlen?

Marco Simone va donc travailler avec le préparateur physique Patrick Legain, ainsi qu’avec Florent Delay, l’entraîneur des gardiens. Ayant obtenu son diplôme UEFA Pro, il n’a plus besoin de « couverture » et Henri Atamaniuk ne fait donc pas partie de la nouvelle aventure. Alors, l’effet Simone va-t-il déjà se faire sentir lundi prochain à Wohlen? On a envie d’y croire, forcément, tant l’entraîneur italien avait impressionné lors de son premier passage à La Pontaise. Il n’avait pas réussi à empêcher la relégation, c’est vrai, mais le redressement avait été spectaculaire tant dans le classement que dans l’état d’esprit. Lausanne peut se remettre à espérer.

Categories: Football d'élite